L’UA regrette la non-reconnaissance par la GB des vaccins administrés en Afrique

Union Africaine, UA, vaccins, Grande-Bretagne, Royaume Uni, Afrique, #covid19,

La non-reconnaissance par la Grande-Bretagne des vaccins administrés par l’Afrique est regrettable – UA

NAIROBI, 23 septembre (Reuters) – Le principal responsable de la santé de l’Union africaine (UA) a qualifié de regrettable l’absence de reconnaissance par la Grande-Bretagne des vaccins contre le coronavirus administrés en Afrique, estimant jeudi que cela envoie un message de santé publique confus.

L’Angleterre a annoncé la semaine dernière qu’elle allait élargir la liste des pays dont elle reconnaît les vaccins, en ajoutant 17 autres pays à la liste initiale des États-Unis et de l’Europe. Aucun de ces pays ne se trouve en Afrique. Le gouvernement britannique définit la politique en matière de coronavirus pour l’Angleterre, tandis que l’Écosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord sont responsables de leurs propres règles.

« Nous regrettons que le Royaume-Uni adopte cette position. Nous leur demandons de revoir cette décision, car elle ne témoigne pas d’un véritable esprit de solidarité et de coopération », a déclaré John Nkengasong, directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies.

« Si … vous nous envoyez des vaccins et que nous les utilisons, et que vous dites que vous ne reconnaissez pas les personnes qui ont été vaccinées avec ces vaccins … cela envoie un message très difficile pour nous », a-t-il déclaré.

Le haut-commissariat britannique au Kenya a déclaré mardi, dans une déclaration commune avec le ministère kenyan de la santé, qu’il fallait du temps pour mettre en place un système permettant de reconnaître les certificats de vaccination pour les voyages internationaux.

Richard Mihigo, un fonctionnaire de l’Organisation mondiale de la santé, s’est fait l’écho de ces propos, affirmant que le problème est fondamentalement lié aux certificats.

« Nous devons voir comment certains de ces certificats qui sont générés pourraient être mutuellement reconnus par différents pays », a déclaré M. Mihigo, coordinateur du Programme pour le développement de la vaccination et des vaccins en Afrique de l’OMS, lors d’une conférence de presse jeudi.

Toutefois, le taux de vaccination en Afrique est encore très faible. Seuls 4 % des Africains ont été vaccinés et une grande partie du continent est encore au milieu d’une troisième vague, a précisé M. Nkengasong.

Les expéditions mensuelles de vaccins vers le continent devraient être multipliées par sept pour atteindre l’objectif des Nations Unies d’une vaccination de 70 % de la population d’ici septembre 2022, a indiqué l’OMS Afrique dans un communiqué distinct.