L’UE au Maroc : « Personne ne peut faire chanter l’Europe »

Maroc, Union Européenne, UE, migration, #Maroc, #UE, Ceuta,

 » Personne ne peut faire chanter l’Europe  » : le message de l’UE au Maroc après l’afflux massif à Ceuta.
Le vice-président de la Commission européenne a analysé l’entrée « organisée, préméditée et hybride » du mois de mai, et considère que le pays voisin a tenté de faire pression sur l’Union européenne par le biais de l’immigration irrégulière.

 » Personne ne peut faire chanter l’Europe  » : le message de l’UE au Maroc après l’afflux massif à Ceuta.
Le vice-président de la Commission européenne a analysé l’entrée « organisée, préméditée et hybride » du mois de mai, et considère que le pays voisin a tenté de faire pression sur l’Union européenne par le biais de l’immigration irrégulière.

 » Personne ne peut faire chanter l’Europe  » : le message de l’UE au Maroc après l’afflux massif à Ceuta.
Le vice-président de la Commission européenne a analysé l’entrée « organisée, préméditée et hybride » du mois de mai, et considère que le pays voisin a tenté de faire pression sur l’Union européenne par le biais de l’immigration irrégulière.

La Commission européenne estime que le Maroc, le Belarus et la Turquie ont utilisé les « mêmes tactiques de chantage » pour tenter de faire pression sur l’Union européenne par le biais de la migration irrégulière, a déclaré le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas.

Lors d’une conversation avec plusieurs médias espagnols au cours de la session plénière du Parlement européen à Strasbourg (France), M. Schinas a analysé l’incident survenu en mai dernier à Ceuta, où entre 8 000 et 10 000 personnes ont traversé illégalement depuis le Maroc, et a indiqué qu’il s’agissait d’une attaque  » organisée, préméditée et hybride  » contre la frontière extérieure de l’UE.

Une attaque, a-t-il souligné, à laquelle Bruxelles a réagi avec « force » et un message politique « très bien compris par Rabat ».

Le Maroc a compris que « personne ne peut faire chanter l’Europe », que la migration « fait partie de nos relations diplomatiques » et qu’il est l’un des principaux bénéficiaires de l’aide européenne à la gestion des frontières, raison pour laquelle il a « plus intérêt à travailler avec l’Europe que contre l’Europe », a déclaré M. Schinas.

En fin de compte, a-t-il dit, Rabat a fait la même chose que les autorités turques il y a un an et demi, lorsqu’elles ont conduit en bus quelque 20 000 personnes à la frontière grecque en leur disant que « de là, elles pouvaient se rendre à Berlin », et il y a quelques semaines, le Belarus, à sa frontière avec la Lituanie, la Pologne et la Lettonie.

« Aucune des trois attaques n’a eu l’effet escompté », a déclaré Schinas, qui a souligné qu’avec le nouveau Pacte européen sur les migrations et l’asile, de telles pratiques « ne seront plus aussi faciles à organiser ».

Pacte européen sur les migrations

Concernant le Pacte européen sur les migrations et l’asile, présenté en septembre dernier, le vice-président de l’UE a déclaré que la pandémie n’a pas aidé à sa négociation, qu’il ne peut réellement progresser que dans des contacts « face à face », étant donné qu’il s’agit d’une question très sensible, et a ajouté qu’un « mouvement » vers un accord peut maintenant être perçu.

Il a également estimé que les crises extérieures, actuellement celle de l’Afghanistan, peuvent pousser à trouver un accord.

La « clé » sera de rassurer les pays du sud de l’UE qu’ils auront le niveau de solidarité dont ils auront besoin à tout moment et de convaincre les -autres- Etats membres de contribuer à la solidarité (…), « qu’avec le pacte il y aura moins de pression et qu’ils auront la possibilité d’offrir différents types de solidarité ».

Contrairement à la proposition avancée par la précédente Commission, dirigée par Jean-Claude Juncker, qui a « échoué dans sa tentative de faire un pacte migratoire en 2016 », la solidarité dans le nouveau pacte va « au-delà de la question de la répartition » des migrants et des demandeurs d’asile.

« Maintenant, nous n’allons pas procéder à des délocalisations et à des quotas, car ils ne sont peut-être pas nécessaires. Peut-être que le type de solidarité que nous recherchons maintenant n’est pas la distribution, mais des moyens, de l’argent, des retours et une certaine relocalisation », a-t-il souligné.

Un accord dans ce sens « est possible », a déclaré M. Schinas, qui a dit voir « une convergence arriver ».

Quant à savoir quand cela pourrait se produire, il a déclaré qu’après les élections en Allemagne cette année et les élections présidentielles en France l’année prochaine, « nous serons en mesure de voir un horizon plus clair ».

Bien que des divergences persistent entre les pays sur la proposition de Bruxelles, aucun d’entre eux ne l’a rejetée en bloc.

La solidarité en Europe

« Tous les pays, l’Espagne en est un exemple, nous disent ce qu’ils n’aiment pas. Ils reproduisent leurs lignes rouges et tandis que l’Espagne et ceux du sud disent qu’ils acceptent le système mais veulent d’abord être sûrs qu’il y aura le type de solidarité qui leur convient, ceux de l’est, la Hongrie et la Pologne, ne rejettent pas la solidarité mais l’idée que Bruxelles les force contre leur gré à accepter des délocalisations », a-t-il expliqué.

« Nous préparons une zone d’atterrissage », une tâche qui incombe désormais à la présidence tournante du Conseil de l’UE, jusqu’à la fin décembre aux mains de la Slovénie et au début de l’année prochaine à la France, a déclaré M. Schinas.

El Faro de Ceuta, 16/09/2021