Média allemand: Akhannouch, au service de Sa Majesté

Maroc, Mohammed VI, monarchie, Aziz Akhannouch, #Maroc,

LE NOUVEAU CHEF DU GOUVERNEMENT DU MAROC : Au service de sa majesté

La proximité avec la famille royale a aidé Aziz Akhannouch à devenir l’un des hommes les plus riches du Maroc. Maintenant, il doit diriger le destin du pays – la proximité avec le roi demeure.

Le futur chef du gouvernement marocain n’a pas à se soucier de sa notoriété. Les stations-service Afriquia d’Aziz Akhannouch font partie du paysage urbain du pays d’Afrique du Nord que l’homme d’affaires de 60 ans est désormais censé promouvoir. le roi Mohammed VI embauché le directeur de Sa Majesté, comme l’appelait le journal français Libération, pour former le nouveau gouvernement. Après le monarque lui-même, son confident Akhannouch est considéré comme le deuxième homme le plus riche du royaume.

Le magazine Forbes a estimé à plus de cinq milliards de dollars la fortune du « roi des pauvres », auquel Mohammed aime s’adresser comme, à plus de cinq milliards de dollars, celle d’Akhannouch à deux milliards de dollars. Son épouse Salwa Idrissi, qui détient une participation dans l’un des plus grands centres commerciaux du pays, figure sur la liste Forbes des femmes d’affaires les plus prospères du Moyen-Orient. Depuis l’indépendance, une cinquantaine de familles contrôlent en grande partie l’économie du pays maghrébin, qui a reçu une importante aide au développement de l’Allemagne.

Les bonnes relations avec la famille royale l’ont aidé

Le 8 septembre, l’« Assemblée nationale indépendante » (RNI) économiquement libérale d’Akhannouch est devenue le parti le plus puissant du nouveau parlement lors des élections. Auparavant, il avait été ministre de l’Agriculture et de la Pêche pendant quatorze ans. Il a désormais jusqu’à début octobre pour constituer sa propre coalition gouvernementale. Akhannouch s’est retiré de la direction de son groupe Akwa. Il détient la majorité des actions du conglomérat que son père a fondé en 1932, qui faisait d’abord le commerce de l’essence. Son fils formé au Canada s’est lancé dans les secteurs de l’immobilier et des médias.

Aujourd’hui, près de 70 entreprises appartiennent à l’empire du chef du gouvernement désigné, dont des éditeurs de journaux et un complexe touristique de luxe et de golf. Les bonnes relations avec la famille royale qu’il avait avec le père de Mohammed Hassan II l’ont aidé dans son ascension. Le monarque actuel aurait été plusieurs fois invité au domaine d’Akhannouch à Casablanca.

Le journal français Le Monde a comparé l’accession d’Akhannouch au sommet du gouvernement à une sorte de rachat d’entreprise – dans l’esprit du monarque, qui a le dernier mot au Maroc sur toutes les questions importantes, notamment en matière de politique intérieure et étrangère. Le roi était le grand vainqueur électoral, car ses amis et confidents donnaient enfin le ton au parlement et non plus les islamistes modérés qui avaient dominé la politique marocaine pendant une décennie.

L’« Assemblée nationale indépendante » d’Akhannouch, économiquement libérale, a été fondée autrefois en tant que « parti du palais » par un beau-frère du roi Hassan II. Il l’a modernisé de fond en comble avec son propre argent et l’aide de conseillers étrangers. Le RNI a recherché avec succès les jeunes Marocains et les personnes en dehors des grandes villes ; environ 300 000 $ auraient coulé dans la campagne sur les réseaux sociaux, ce qui était particulièrement important pendant la pandémie.

Retraite des islamistes modérés

Le RNI est devenu la force la plus puissante non seulement lors des élections législatives, mais aussi lors des élections locales et régionales qui ont eu lieu en même temps. Akhannouch lui-même a également été élu maire d’Agadir. Avec 102 membres, le RNI est le plus grand groupe parlementaire du nouveau parlement. Il est suivi par le « Parti de l’authenticité et de la modernité » (PAM) de gauche laïc avec 82 mandats, qu’un conseiller du roi Mohammed a fondé il y a 13 ans.

Cependant, le succès du RNI d’Akhannouch marque un tournant bien plus important pour la politique marocaine, puisqu’il s’est accompagné de la chute du Parti de la justice et du développement (PJD) : les islamistes modérés ont remporté à deux reprises les élections législatives en 2011 et 2016 et le président du gouvernement a posé. Au lieu des 195 précédents, le parti ne comptait plus que 13 des 395 députés. Le Premier ministre Saad Eddine Othmani et tous les ministres ont perdu leur siège.

Jusqu’à présent, le PJD a eu une position particulière dans la région : alors que l’Arabellion en 2011 a balayé les anciens régimes dans d’autres pays et a amené les islamistes au gouvernement pour une courte période au mieux, le PJD marocain était deux fois la force la plus puissante dans le domaine pacifique. élections au Maroc. Une réforme constitutionnelle prudente par le roi les a amenés au pouvoir. Tout d’abord, elle était la voix des Marocains mécontents qui ont manifesté dans les rues en 2011.

Mais au parlement et au gouvernement, ils devinrent bientôt les loyaux administrateurs du roi. Les critiques ont accusé les islamistes d’être plus royaux que le roi. De nombreux électeurs ont récemment été déçus par les politiques sociales et pandémiques du PJD. Le gouvernement a relevé l’âge de la retraite peu avant les élections. Lorsque le parti a également soutenu la normalisation des relations avec Israël et la légalisation du cannabis, de nombreux électeurs conservateurs lui ont apparemment tourné le dos. Il ne reste pratiquement plus rien d’islam politique au Maroc.

Frankfurter Algemeine Zeitung, 21/09/2021