Maroc: Comment l’Europe a arrêté la crise de Ceuta

People mainly from Morocco stand on the shore as Spanish Army cordon off the area at the border of Morocco and Spain, at the Spanish enclave of Ceuta, on Tuesday, May 18, 2021. Ceuta, a Spanish city of 85,000 in northern Africa, faces a humanitarian crisis after thousands of Moroccans took advantage of relaxed border control in their country to swim or paddle in inflatable boats into European soil. Around 6,000 people had crossed by Tuesday morning since the first arrivals began in the early hours of Monday, including 1,500 who are presumed to be teenagers. (AP Photo/Javier Fergo)

Maroc, Ceuta, Espagne, Migration, #Maroc,

« Ce furent des jours très difficiles mais la force de notre réaction a aidé à calmer le Maroc », se souvient Schinas

Lorsque Rabat a lancé l’attaque migratoire contre Ceuta en mai dernier, il croyait que Bruxelles la comprendrait comme un combat bilatéral entre l’Espagne et le Maroc en dehors de l’Union européenne. Mais ça c’est pas passé comme ça. Ce n’était pas la première fois qu’un pays voisin faisait appel à des expatriés pour prendre d’assaut la frontière européenne et le vice-président de la Commission, Margaritis Schinas, n’a pas tardé à repérer le schéma qu’il avait déjà observé à la frontière grecque.

« Moi, personnellement, comme j’avais été à Evros, je savais parfaitement de quoi il s’agissait et je pense que j’étais le premier à sortir en disant clairement qu’il s’agissait d’une attaque à la frontière extérieure, que Ceuta est l’Europe, et qu’ils ne passeront pas », a-t-il rappelé cette semaine lors d’une conversation avec des journalistes espagnols à Strasbourg. « Ensuite, Josep Borrell (chef de la diplomatie et de la sécurité européennes) est entré car c’est son travail de parler à ses homologues marocains », a-t-il poursuivi. «Je pense qu’ils ne s’attendaient pas à une réaction européenne aussi forte et que la force de notre réaction a aidé un peu à calmer les esprits de l’autre côté et à ne pas continuer avec cette tactique. Vous vous souviendrez que cela a duré un jour et demi », se souvient-il avec un certain soulagement.

Et est-ce bien que l’Union européenne a été la clé de la sortie rapide de la crise à Ceuta, l’épisode n’a pas été facile pour Bruxelles. «Ce furent des jours très difficiles dans le sens où c’est arrivé très soudainement. Il n’y avait pas eu de signaux ou de mouvements antérieurs, ce qui montre qu’il était complètement conçu pour être une attaque frontale », explique Schinas.

Sur les erreurs diplomatiques commises par l’Espagne et les raisons qui ont poussé Rabat à prendre d’assaut la frontière, le vice-président européen évite de commenter. Pour Bruxelles, cela a toujours été une question secondaire car rien ne justifie un assaut de ce calibre. « Quelles que soient les raisons qui l’ont généré, c’est la même chose qui s’est produite lorsqu’Erdogan a fait sortir 20 000 immigrants d’Istanbul, les a mis dans des bus et les a emmenés à la frontière grecque en disant ‘de cette façon, vous pouvez aller à Berlin, la route est gratuite .’ Ce que nous avons vu, c’est une attaque à la frontière extérieure de l’Union européenne. Une attaque organisée, préméditée et hybride », a-t-il affirmé.

Schinas estime que le roi du Maroc a « très, très bien compris » le message que l’Europe lui a envoyé sur ses tactiques de pression politique.

Qu’est-ce que Bruxelles a transmis à Rabat pendant ces heures de tension maximale ? « Le Maroc, comme tous nos voisins, doit se rendre compte que personne ne peut faire chanter l’Europe, que la migration fait partie des relations diplomatiques et que nous aidons beaucoup à gérer ses frontières et qu’il est l’un des grands bénéficiaires de l’aide européenne ». Schinas a détaillé publiquement ces trois clés lors d’un débat au Parlement européen.

Les négociations dans les positions privées et publiques ont été plus tard accompagnées d’une résolution énergique de cette caméra. Début juin, Strasbourg a blâmé le Maroc pour la crise de Ceuta et a condamné son utilisation des migrants, et en particulier des mineurs non accompagnés, comme outil de pression politique contre l’Espagne. La résolution a été adoptée à une large majorité de 397 voix pour, contre 85 contre et 196 abstentions, grâce au soutien des conservateurs, des socialistes, des verts et des libéraux.

« Le message était clair : pour le Maroc, il est plus intéressant de travailler avec l’Europe que contre l’Europe », explique Schinas. Mohamed VI a-t-il compris ? Le vice-président européen n’a aucun doute : « Je pense que notre message politique a été très, très bien compris ».

A la recherche d’un accord

Les esprits de Rabat sont apaisés, mais la frontière de l’UE a récemment subi à nouveau le même type d’attaque. Cette fois à la frontière de la Lettonie, de la Lituanie et de la Pologne avec la Biélorussie. « Ce sont des tactiques pour faire chanter l’Europe à travers ses États membres. Et ce sont des tactiques qui ont échoué car aucune n’a produit les effets prévus », explique Schinas.

Néanmoins, il est prévisible que ce type d’agression se reproduise à l’avenir. C’est l’une des raisons pour lesquelles la Commission européenne promeut le Pacte européen pour les migrations dans le but, entre autres, d’augmenter la sécurité des frontières extérieures et que ces attaques ne sont pas si faciles à organiser. A quand l’accord ? Ce ne sera pas rapide. « Une fois les élections tenues en Allemagne, Berlin aura un gouvernement avec plus de légitimité pour s’engager. Plus tard, la présidence européenne française et les élections présidentielles françaises viendront, donc de mars à mai (2022) cela s’arrêtera. Dans un scénario optimiste, après les élections présidentielles françaises, nous pourrions voir un accord. Je ne sais pas quand, mais ça arrivera. Tant que ce pacte arrivera, Rabat ne songera pas à attaquer à nouveau la frontière avec les migrants… grâce à l’Europe.

ABC, 18/09/2021