Les prix élevés du gaz ne se modéreront pas avant le printemps

Espagne, Maroc, Algérie, gaz, gazoduc, #Maroc, #Algérie,

Les prix élevés du gaz ne se modéreront pas avant le printemps, tant que les tensions géopolitiques ne s’aggraveront pas.

Les prix du gaz naturel maintiendront leur tendance à la hausse sur les marchés internationaux au cours des prochains mois, mais baisseront une fois l’hiver terminé, tant que les tensions géopolitiques affectant les principaux producteurs tels que la Russie et l’Algérie n’augmenteront pas, selon les experts consultés par Efe.

La hausse du gaz naturel, qui fait grimper les prix de l’électricité dans toute l’Europe, est une réponse à la reprise économique, à l’attraction de la demande en Asie, notamment en Chine, et au fait qu’il est devenu l’énergie de transition pendant le développement des énergies renouvelables.

« Si nous regardons les prix du marché à terme, le gaz a un maximum de 4-5% de hausse restante. Ensuite, au cours des mois de mars ou d’avril, on peut observer une forte baisse de 20 ou 30 %. Mais c’est ce que dit le marché à terme, ce qui ne signifie pas que c’est ce qui va se passer », déclare Juan Ignacio Crespo, analyste financier.

Bank of America estime que la hausse du gaz naturel sera d’environ 30 % sur l’ensemble du mois de septembre et de 7 % en octobre.

Selon le négociant en énergie Aldro Energía, la tendance à la hausse persistera parce que les facteurs qui stressent le marché persistent.

« Toutefois, on s’attend à ce qu’une fois l’hiver terminé et la demande diminuée, les prix se modèrent à nouveau », explique-t-il.

Javier Santacruz, professeur à l’Instituto de Estudios Bursátiles (IEB), estime que le gaz naturel va augmenter le reste de l’année et « la première partie de 2022 » en raison de l’arrivée de l’hiver et de « la réticence du président russe, Vladimir Poutine, à baisser le prix ».

« La Russie fournit moins de gaz que d’habitude et personne ne sait si c’est parce qu’elle remplit ses réserves ou si elle utilise le gaz comme une arme politique pour que l’Allemagne décide d’approuver le gazoduc Nord Stream 2 après la réticence des États-Unis », explique Crespo.

M. Santacruz conditionne une baisse des prix au printemps à un apaisement des tensions avec la Russie, qui passe selon lui par un accord sur l’avenir de la Crimée, ce qui permettrait également de débloquer le projet Nord Stream 2.

Le professeur de l’IEB évoque également le conflit entre le Maroc et l’Algérie, qui met en péril l’approvisionnement de l’Espagne en gaz algérien par le gazoduc du Maghreb, qui passe par le territoire marocain.

L’Espagne reçoit également du gaz naturel d’Algérie via le Medgaz, un gazoduc sous-marin reliant l’Algérie à Almeria.

« L’Espagne doit voir ce qu’elle peut faire pour s’approvisionner si le pipeline qui passe par le Maroc devait être fermé », souligne M. Santacruz.

M. Crespo admet qu’une éventuelle fermeture du gazoduc du Maghreb « pourrait entraîner des problèmes d’approvisionnement pour l’Espagne », mais il estime que cela ne risque pas de se produire. « Le Maroc tire un bon revenu du droit de passage du gaz », explique-t-il.

Les facteurs à l’origine de la hausse des prix du gaz ces derniers mois se situent tant du côté de l’offre que de la demande.

Selon Aldro Energía, la demande a augmenté en raison de la reprise économique et de la hausse de la consommation en Asie, une tendance qui est accentuée par l’arrivée de l’hiver dans l’hémisphère nord.

En outre, les réserves sont à des niveaux comparativement bas en Europe, ce qui réduit la marge de manœuvre.

« L’épuisement des stocks, associé à une très forte demande liée à la reprise économique, a augmenté la pression sur la production de gaz », ajoute M. Santacruz.

Du côté de l’offre, Aldro souligne les contraintes d’approvisionnement de la Russie vers l’Europe.

M. Crespo met en avant une raison plus structurelle, liée aux objectifs de réduction des émissions de CO2.

« Dans cette transition des énergies fossiles vers les énergies propres, le gaz naturel est la gare de passage. Cela signifie que la demande de gaz naturel est en forte hausse », explique-t-il.

Un autre élément clé est la capacité du secteur à répondre à une demande croissante.

Dans des circonstances normales, des prix élevés inciteraient à investir dans de nouveaux champs de gaz, ce qui augmenterait l’offre.

En effet, selon un commentaire récent de la banque privée suisse Julius Baer, « les prix élevés du gaz sont le meilleur remède aux prix élevés ».

Toutefois, selon M. Crespo, les plans de réduction des émissions de CO2 découragent les investissements dans le secteur du gaz.

Quoi qu’il en soit, souligne M. Crespo, les prix du gaz étaient « très bas » au début de l’année et les prix actuels sont encore loin des sommets historiques enregistrés en 2005.

Les prix internationaux du gaz naturel, tant au comptant qu’à terme, sont fixés sur une série de marchés internationaux. Les références sont le TTF néerlandais, en Europe, et le Henry Hub, aux États-Unis.