Algérie: Les 20 ans de Boutef

Algérie, Bouteflika, #Algérie, #Bouteflika,

par Madjid Khelassi

Abdelaziz Bouteflika est décédé hier ( vendredi NDLR) ont dit les bandeaux des chaînes télés.

Arrivé au pouvoir en grandes pompes en 1999, celui qui gouverna le pays pendant 20 ans (1999- 2019) meurt à l’âge de 84 ans dans un anonymat monacal.

Boutef comme on le surnomme ou le pouvoir en projet de vie absolu.

Ministre préféré de Boumedienne, il survola la scène politique éparse de l’ère Houari, comme un Icare, planant sur le quiproquo des années décrétées socialistes.

À la mort de son mentor, Bouteflika pensait lui succéder. Niet, ont dit les décideurs de l’époque. Commence alors une traversée du désert qui le mènera de l’Helvétie aux émirats.

1999, Boutef est porté au pouvoir par une élection- installation, marquée par le retrait de 6 candidats dont Ait Ahmed, Hamrouche et Taleb.

Il arrive à la fin d’une décennie sanglante, prône la réconciliation nationale, amnistie à tour de bras.

S’ensuit une embellie économique via un pétrole culminant vers des prix jamais atteints.

Après le rodage de son système, toujours clanique ( en Algérie), il fit un 2e mandat, amenda la constitution et régna sans partage.

Chose inédite, de son clan naquit une clique : Hommes politiques marrons, affairistes , ex commis sur le retour, entremetteurs en cols blancs.

L’oligarchie made in bladi est maîtresse des lieux. La morale expie et la prévarication est un mode de gouvernance.

Il est où Boutef ? Un AVC, non prévu au programme, bouleverse la donne pendant le 3e et 4e mandat. Le pillage est plus que jamais un modèle économique.

Boutef est dans un monde antérograde…Sa photo encadrée gouvernera le pays.

Si Abdelaziz Bouteflika devient « Abdel Cadre Mali », candidat à un 5e mandat.

Et vlan, un mouvement- né des entrailles du déni -appelé Hirak, envoie Boutef vers une retraite médicalisée.

Vacance de pouvoir, puis Tebboune est élu président. La suite tout le monde la connaît.

Le Covid, virus médico- politique plombe le Hirak, le pays, le moral et l’avenir.

Rapté d’un pays par un destin toujours compliqué …le peuple apprend le décès de Boutef via un bandeau télévisé.

20 ans de l’histoire du pays réduite à une bande-annonce : le malaise est manifeste.

La Nation, 19/09/2021