Tel-Aviv aiderait le Maroc à construire des drones kamikazes

Israël, Maroc, drones, #Maroc, #Israël,

Tel-Aviv aiderait Rabat à construire des drones kamikazes : La ligue des criminels!

Rien n’arrête le rapprochement, jadis secret, et incestueux, désormais étalé au grand jour entre le royaume chérifien et l’entité sioniste. Dernière « info » en date, et non des moindres : Tel Aviv serait en train de seconder Rabat dans le domaine du montage de drones kamikazes. Cette révélation fait craindre le pire, sachant que le conflit armé vient d’éclater de nouveau entre l’armée d’occupation marocaine et l’APLS (armée populaire de libération du Sahara Occidental).

La rupture du cessez-le-feu avait été provoquée de façon unilatérale par les FAR (forces armées royales), lorsque ces dernières ont investi la zone tampon d’El Guergurat en date du 16 novembre passé.

Bref,  l’assistance technique et matérielle fournie au Maroc par l’entité sioniste fait craindre le pire à partir du moment où le Makhzen n s’encombre d’aucun scrupule, ni ne recule devant aucun crime dès lors qu’il s’agit de défendre ses intérêts étroits et mercantiles.

Le plus grave, c’est que la même source précise qu’il est relativement aisé de monter ce genre d’engins meurtriers et destructeurs. Cela même s’ils devraient être interdits et classés dans la case des armes prohibées, à l’image des ADM (arles de destruction massive.

Au reste, il n’est pas exclu que le lâche assassinat du chef de la gendarmerie sahraouie, Dah El Bendir, alors qu’il se trouvait en mission dans la zone libérée de Tifariti, la résultante d’un acte commis par un drone sioniste.

C’est ce qui expliquerait le fait que le Maroc eut gardé un silence pudique sur cette affaire. Après coup, on se rend compte également que la collaboration criminelle entre les armées terroristes sioniste et marocaine a dû leur permettre de traquer et de suivre à la trace pas mal de cibles, cela dans l’illégalité la plus totale et la plus condamnable qui soit.

Dans une récente déclaration, Sidi Ougal, secrétaire général du ministère sahraoui de la Sécurité,  avait assuré que le régime marocain avait fait appel à ses alliés après les grandes difficultés qu’il a rencontrées sur le terrain, précisant que le drone ayant ciblé dernièrement le chef de la gendarmerie sahraouie, Dah El Bendir était un drone israélien.

Le chef militaire sahraoui a été éliminé par un drone Harfang, qu’il y a lieu de souligner est une version francisée par Airbus Defense and Space du drone israélien Héron. Des informations obtenues par le site marocain, le Desk.ma font état d’une opération combinée menée par un drone Harfang de conception israélienne qui a pointé la cible au télémètre Laser en permettant à un chasseur d’exécuter la frappe à grande distance par un ou plusieurs tirs de missiles air-sol.

Selon Sidi Ougal, le Maroc a commencé à utiliser des drones dès la reprise du conflit armé entre le Front Polisario et le Royaume du Maroc, le 13 novembre dernier, suite à la violation du cessez-le-feu par le Maroc.

La présence israélienne et française aux côtés de l’occupation marocaine prouve, avait-il ajouté, que le Makhzen veut aller vers l’escalade au Sahara occidental.

« D’un autre côté, l’usage des drones est une preuve qu’il existe bien une guerre au Sahara occidental contrairement à ce que soutient le régime marocain qui parle de simples accrochages», signale-t-il.

Commentant l’assassinat de Dah El Bendir, le responsable sahraoui a soutenu que le Maroc utilisait la méthode sioniste d’assassinats ciblés qui consiste à éliminer les dirigeants à l’image de ce que fait l’entité sioniste en Palestine.

Il a expliqué, dans ce contexte, que les membres du  commandement de l’armée sahraouie combattaient en première ligne car ils sont membres d’une «armée populaire engagée dans une lutte pour l’indépendance».

Difficile d’en dire autant pour les chefs de l’armée d’occupation marocaine, outrageusement vautrés dans le luxe et la luxure, à l’image de leur roi fainéant et jouisseur invétéré…

Mohamed Abdoun