4ème anniversaire de la création du G5-Sahel

G5, Sahel, Mali, #G5, #Sahel, #Mali, #Barkhane,

La force conjointe du G5 pour le Sahel a été mise en place il y a quatre ans : pourquoi les progrès sont lents

Le Sahel s’étend de l’océan Atlantique à la mer Rouge et à l’océan Indien. Il englobe une dizaine de pays dont le Burkina Faso, le Cameroun, le Tchad, la Gambie, la Guinée, la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Sénégal.

La région est aux prises avec d’énormes problèmes de sécurité. Depuis 2013, les violences liées aux groupes armés, dont les organisations terroristes, ont contraint plus de 2,9 millions de personnes à fuir leur foyer. Environ 14 millions de personnes sont confrontées à l’insécurité alimentaire et près de 31,4 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire.

Une douzaine de stratégies de sécurité et de développement, et plusieurs opérations civiles et militaires, ont été mises en œuvre par les États et les organisations intergouvernementales pour lutter contre l’insécurité.

La Force conjointe du G5 Sahel , une task force lancée par le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Tchad et la Mauritanie en 2017, reste l’une des initiatives les plus populaires dans la lutte contre l’insécurité au Sahel. Sa création a suscité des espoirs dans la lutte contre l’extrémisme violent et le crime organisé dans la région.

La création de la force a reflété un effort de gouvernance transrégionale des questions de sécurité au Sahel. Il a présenté une nouvelle opportunité pour la sécurité.

Cependant, la valeur militaire réelle de la force dans la lutte contre ces menaces reste à déterminer. Il y a eu quelques petites victoires tactiques, comme la Mauritanie mobilisant son armée pour sécuriser ses frontières. Mais, pour la plupart, le groupe de travail lui-même a été inefficace.

La situation sécuritaire au Sahel est telle qu’il est difficile pour une armée nationale ou une coalition militaire, aussi sophistiquée soit-elle, d’être décisive contre le terrorisme.

La coopération entre les pays sahéliens a longtemps été difficile en raison des tensions interétatiques et des relations fragiles de défiance qui en découlent. Par exemple, la Mauritanie accuse souvent le Mali de ne pas être dur avec les groupes terroristes.

Un certain nombre de facteurs ont entravé les efforts de la Force conjointe du G5 Sahel pour rendre la région plus sûre. Le premier est qu’il a été construit à partir d’armées nationales préexistantes. Les défis structurels et opérationnels auxquels il a été confronté sont principalement ceux des États et des armées nationales qui ont mis en place le groupe de travail.

Il a également été sévèrement contraint en matière de financement, ce qui signifie qu’il n’a pas les moyens matériels de faire un travail décent. D’autres difficultés auxquelles elle est confrontée sont le fait que la région est vaste, une zone beaucoup trop grande pour le groupe de travail prévu de 5 000 hommes.

À mon avis, même le soutien continu et multiforme de plusieurs acteurs internationaux, dont la force française Barkhane, la MINUSMA au Mali et l’Union européenne, ne garantira pas le succès.

La Force conjointe du G5 Sahel fait face à des défis de taille. La volonté politique affichée par les pays membres apparaît en décalage avec les capacités réelles de leurs armées.

Les failles

Le manque de ressources financières reste l’un des principaux obstacles à la capacité de la force à fonctionner pleinement. Quatre des membres du groupe de travail (Burkina Faso, Tchad, Mali et Niger) font partie des dix pays les plus pauvres du monde.

Un financement stable n’a pas été obtenu au titre du Chapitre VII des Nations Unies, qui permet de soutenir les efforts visant à mettre fin aux actes d’agression et à les arrêter.

Le déficit n’a pas non plus été comblé par les contributions des pays membres du groupe de travail ou par les budgets de la défense nationale. Le Burkina Faso, le Mali et le Niger ont augmenté leurs budgets de défense nationale. Mais la corruption a fait que l’efficacité militaire n’a pas suivi le rythme des investissements financiers. L’argent qui a été mobilisé dans le cadre du budget de la défense ou accordé via des programmes de renforcement des capacités a été gaspillé en raison d’une mauvaise gouvernance.

Enfin, la Force conjointe du G5 Sahel s’appuie fortement sur les contributions volontaires des acteurs internationaux. Mais ces engagements fluctuent en fonction des circonstances géopolitiques et des intérêts.

Le résultat de ces défaillances est que les armées sahéliennes n’ont pas pu protéger leurs populations. Ceci, à son tour, a conduit à une augmentation des attaques terroristes, des milices communautaires d’autodéfense et des massacres intercommunautaires. Les milices Dozo du centre du Mali et les milices communautaires Mossi Kolgweogo au Burkina Faso ont mené de nombreuses attaques contre des villages peuls pour se venger des crimes commis par les milices peules et les groupes terroristes.

De leur côté, les organisations terroristes ont profité de la vulnérabilité des armées nationales pour renforcer leur influence et leur capacité de nuisance.

Ces groupes sont bien armés avec des armes arrachées aux forces armées ou obtenues grâce au trafic illicite d’armes volées aux garnisons militaires.

Petites victoires, grands défis

Depuis sa création en 2017, la Force conjointe du G5 Sahel a mené de nombreuses opérations contre des organisations terroristes. Plus récemment, la concentration de ses activités militaires, et celles de la Barkhane dans le Liptako-Gourma, la zone tri-frontière entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger, a desserré l’étau des groupes terroristes.

Et de son côté, la Mauritanie a mobilisé son armée pour la surveillance de ses frontières, désormais sécurisées.

Mais ce sont de petites victoires dans le contexte du défi.

La lutte contre l’extrémisme violent au Sahel nécessite des troupes suffisantes, bien entraînées et bien équipées dans une zone de près de 4 millions de kilomètres carrés – la zone combinée des cinq pays impliqués dans la force opérationnelle.

Cependant, comme au Burkina Faso, au Mali et au Niger, les effectifs militaires sont encore limités. En considérant, par exemple, un ratio de 20 à 25 soldats pour 1 000 habitants, les régions de Gao, Kidal, Mopti et Tombouctou au Mali auraient besoin de mobiliser un nombre total de soldats compris entre 90 000 et 112 500. C’est trois fois plus que les soldats de l’armée malienne, de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali et de l’opération française Barkhane réunis – 33 000 soldats .

À son apogée, la Force conjointe du G5 Sahel devrait compter 5 000 soldats. Ce ne sera pas suffisant.

Les ressources sont si limitées que leur déploiement d’un pays à l’autre crée lui-même des vulnérabilités. Le Tchad a une force militaire beaucoup plus grande et plus forte. Il a été engagé dans plusieurs opérations militaires tant au pays qu’à l’étranger. Mais pour déployer des hommes sur un théâtre d’opération, l’armée tchadienne est obligée d’en dégager un autre. En août, la moitié des troupes déployées dans le cadre de la task force ont été retirées pour des raisons stratégiques, selon Ndjamena .

La suite

La France a récemment annoncé qu’elle retirerait ses troupes au Sahel et mettrait fin à l’opération Barkhane en 2022 . La mise en œuvre de ces décisions sera un tournant dans la lutte contre le terrorisme dans la région. La question est de savoir si Takuba , un groupe de travail européen récemment créé et axé sur la formation, conduira à une appropriation régionale des initiatives anti-insurrectionnelles au Sahel.

Certes, il est très tôt pour faire des projections. Puisque Takuba représente une autre force militaire dans la région, cela confirme la priorité donnée à l’approche centrée sur l’État en matière de sécurité. Cette approche a réussi à protéger des États sahéliens comme le Mali et le Burkina Faso de l’effondrement , mais elle ne s’est pas traduite en sécurité pour les populations.

The Conversation, 14/09/2021