BBC: Comment le roi du Maroc a porté un coup à l’islam politique

Maroc, PJD, élections, islamistes, Mohammed VI, #Maroc,

Par Magdi Abdelhadi*

Le parti islamiste au pouvoir au Maroc a subi une défaite choquante lors des récentes élections – une tournure des événements qui se répercute dans toute l’Afrique du Nord, compte tenu du rôle pionnier de l’islam politique dans le cadre du printemps arabe.

Le Parti du développement et de la justice (PJD), qui a été le premier parti islamiste à arriver au pouvoir lors d’une élection dans la région et au Moyen-Orient élargi, a vu sa part des voix décimée, passant de 125 à seulement 12 sièges.

En 2011, le sentiment d’un nouveau départ pour beaucoup au Maroc était réel.

L’ascension du PJD correspondait à l’air du temps.

Les protestations qui ont d’abord éclaté en Tunisie, connues plus tard sous le nom de Printemps arabe, battaient leur plein. Zine al-Abidine Ben Ali en Tunisie, Hosni Mubarak en Égypte et Muammar Gaddafi en Libye ont tous été renversés cette année-là.

Les partis islamistes étaient sur le point de remporter les élections en Égypte et en Tunisie et de changer le cours de l’histoire, comme beaucoup l’avaient espéré.

Le roi du Maroc, Mohammed VI, a vu où le vent soufflait et a agi rapidement pour prévenir tout bouleversement similaire qui pourrait menacer son trône.

Il a limogé le cabinet et dissous le parlement. Pour endiguer la vague de protestations, il a annoncé son intention de rédiger une nouvelle constitution afin d’engager le Maroc sur une nouvelle voie.

Des changements cosmétiques

La Constitution, approuvée par 98,5 % des voix, a été saluée comme un changement de cap et a contribué à faire du roi un autocrate bienveillant désireux de partager le pouvoir avec le peuple.

Mais les réformes promises par le roi ont été jugées superficielles par le Mouvement du 20 février pour le changement, la bannière sous laquelle les manifestations ont été organisées pendant le printemps arabe.

Ce mouvement était descendu dans la rue pour réclamer une réforme radicale visant à faire du Maroc une monarchie constitutionnelle, où le roi “régnerait mais ne gouvernerait pas”, un symbole de la nation – plus conforme aux monarchies européennes du Royaume-Uni ou de la Scandinavie.

En fait, le roi a conservé dans la nouvelle constitution presque tous les pouvoirs qu’il détenait par le passé. Il a continué à contrôler la politique étrangère, de défense et de sécurité.

Il a également conservé sa position de chef spirituel de la nation – il est officiellement le “commandant des croyants”, une description historique utilisée nulle part ailleurs aujourd’hui, et qui repose sur l’affirmation que sa dynastie est une descendante directe du prophète Mahomet.

Cependant, la nouvelle constitution a fait miroiter un nouveau départ à une partie de la classe politique, dont le PJD.

Le parti a saisi l’occasion et a surfé sur la vague de mécontentement généralisé à l’égard des anciens partis politiques.

Et le roi et ses courtisans – qui avaient toléré les islamistes à contrecœur – n’ont pas bloqué leur ascension pour compléter la façade démocratique, tout en gardant les ficelles du pouvoir réel sous sa coupe.

Le PJD a encore augmenté sa part de voix lors des élections suivantes, en 2016, pour atteindre 125 sièges et passer encore cinq ans au pouvoir.

Un calice empoisonné

Bien que presque tout le monde s’attendait à ce que le parti perde quelques voix lors des élections de la semaine dernière, personne n’avait prévu cette défaite écrasante – même le chef du parti et son adjoint ont perdu leurs sièges, ce qui a entraîné leur démission immédiate.

Il est peut-être trop tôt pour expliquer pleinement les raisons de cette chute spectaculaire. Mais les observateurs s’accordent à dire que le PJD n’a tout simplement pas réussi à tenir ses promesses électorales.

Un parti qui a pour nom “justice” et “développement” n’a pas réussi à tenir ses promesses, affirment-ils.

Il avait, par exemple, promis de sortir davantage de Marocains de la pauvreté, d’améliorer l’éducation et la santé publiques, mais n’a rien fait de tout cela. Au contraire, le fossé entre les riches et les pauvres s’est tout simplement creusé.

En outre, le parti s’est aliéné une partie de sa base en approuvant une loi controversée introduisant des contrats de deux ans pour les enseignants, ce qui les prive de la sécurité de l’emploi et est considéré par certains comme la première étape de la privatisation du système éducatif.

Sur la question du statut de la langue française dans l’éducation – un sujet particulièrement sensible pour un parti qui défend l’identité arabo-islamique dans l’ancienne colonie française – il n’a pas réussi à bloquer une loi qui faisait du français la langue d’enseignement des sciences dans les écoles.

Les détracteurs du parti affirment qu’une fois au pouvoir, il est devenu plus royaliste que le roi, prenant le parti du “makhzen” – le terme utilisé par les Marocains pour désigner le roi, les puissants courtisans et les agences de sécurité – contre le peuple dans les principaux conflits de droits et de travail.

Certains commentateurs estiment que la plus grande erreur du parti a été d’assumer la responsabilité du gouvernement sans détenir le véritable pouvoir, qui appartenait au roi.

C’était comme un calice empoisonné.

Cela dit, la modification de la loi électorale, qui n’avait pas été proposée par le PJD mais qui a été adoptée par le Parlement en mars, a également porté un coup décisif aux chances du parti de remporter une autre grande victoire électorale.

L’abaissement du seuil de référence pour les petits partis et le décompte des voix sur la base de tous les électeurs éligibles plutôt que sur les seuls bulletins valides ont contribué à la défaite du parti.

Le parti avait contesté ces changements, les qualifiant d’inconstitutionnels, mais n’avait pas réussi à les bloquer au Parlement.

En apparence, ces changements visaient à permettre une plus grande pluralité, mais en réalité, ils n’ont fait que fragmenter davantage le paysage politique, une tactique utilisée depuis longtemps par le makhzen, selon les analystes, pour miner les partis politiques.

Une mascarade électorale ?

Au niveau régional, la nouvelle de l’échec a été accueillie avec jubilation.

En Égypte et dans le Golfe, le parti est considéré comme la version marocaine des Frères musulmans, un mouvement politico-religieux national et transnational qui a été désigné comme “terroriste” dans certains pays.

Les commentateurs ont considéré la chute du PJD comme le dernier clou du cercueil de l’islam politique.

Au Maroc, on peut affirmer sans risque de se tromper que la marginalisation du PJD suggère que le makhzen a désormais complètement traversé la tempête du printemps arabe et de ses suites immédiates.

Mais les tensions sous-jacentes, nées de la quête d’un gouvernement véritablement représentatif et responsable, ou du désir de contrôler les pouvoirs du roi, n’ont pas disparu.

L’homme désigné par le roi pour former le nouveau gouvernement, Aziz Akhannouch, le leader milliardaire du Rassemblement national des indépendants (RNI), qui a remporté le plus grand nombre de voix, a déclaré que son gouvernement s’emploiera à “mettre en œuvre la stratégie du roi”.

Commentant cette déclaration, le journaliste marocain chevronné, Hamid Elmahdaouy, a écrit que tous les candidats précédents au poste de Premier ministre avaient dit la même chose.

Il s’est demandé quel était l’intérêt de l’élection, estimant que “le vote et toute l’élection n’étaient qu’une mascarade”.

*Analyste de l’Afrique du Nord

BBC, 16/09/2021