Violences à Marseille, un policier accuse le Maroc

Maroc, trafic de drogue, cannabis, herbe, haschich, #Maroc,

À Marseille, depuis le début de l’été, la guerre des gangs fait la une de la presse locale. Depuis le 16 juin, la ville a enregistré 16 morts dans le cadre des règlements de comptes liés aux réseaux de trafic de cannabis et de cocaïne.

Le phénomène n’est pas nouveau dans les villes Frais-Vallon, les Oliviers, Campagne Lévêque, la Castellane, la Paternelle, où la « vague » d’homicides constatée depuis quatre mois est un phénomène bien connu des enquêteurs locaux.

Selon un enquêteur de la brigade des stupéfiants qui a opté pour l’anonymat, dans ces cités gangrénées par les trafics, on tue « soit pour récupérer un point de vente, soit c’est du « carottage », quelqu’un qui a volé une nourrice ou de l’argent… ».

Le trafic de stupéfiants est très lucratif. À Campagne Levêque, la recette de marijuana tourne entre 80.000 et 100.000 euros par jour. La cocaïne, elle, rapporte près de 15.000 euros, détaille une source cité par France3. « De quoi susciter les convoitises et alimenter une guerre sans merci entre les « patrons » des points de drogue des différentes cités. 200 sont recensés sur la ville de Marseille, dont 140 dans les cités », signalle-t-on.

Les victimes qui tombent sous les balles des kalachnikov sont souvent des mineurs, pauvres, sans perspective d’avenir. Pour eux, le trafic de drogue est le seul espoir pour gagner beaucoup d’argent et flamber.

Un enquêteur de la brigade des stups propose de lutter contre le trafic de drogue au Maroc, « la source » du cannabis commercialisé à Marseille. Dans cette ville, les trafics s’organisent principalement autour de l’herbe et de la résine de cannabis dont 90 % arrive du Maroc.

« Tout le monde sait que ça vient de là-bas, alors qu’est-ce qu’on attend ?, s’interroge l’enquêteur français. « C’est bien de faire une guerre contre les stups, mais si on ne va pas à la source, ça ne sert à rien… c’est de la com. Si on veut vraiment s’attaquer au fond du problème, il faut verrouiller les frontières, c’est diplomatique », martèle-t-il.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire