Sahara Occidental: le Maroc accepte la nomination de Staffan de Mistura

Maroc, Sahara Occidental, Front Polisario, ONU, Staffan de Mistura,

Selon des médias marocains, qui citent le représentant permanent du Maroc à l’ONU, Omar Hilale, le royaume chérifien a accepté la nomination de Staffan de Mistura comme Envoyé Personnel du Secrétaire Général des Nations Unies pour le Sahara Occidental succédant ainsi l’ancien président allemand Horst Kohler qui a démissionné « pour des raisons de santé » selon la version officielle.

« Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a entamé, mardi, des consultations auprès des membres du Conseil de Sécurité pour la nomination de l’italo-suédois, Staffan de Mistura en tant que son Envoyé Personnel pour le Sahara », indique la même source ajoutant que « le Maroc a été consulté au préalable au sujet de cette nomination et a déjà notifié son accord à M. Antonio Guterres ».

D’après le magazine Jeune Afrique « au cours des deux dernières années, treize noms ont été proposés et aucun n’a trouvé grâce aux yeux » de l’une des deux parties bélligérantes, le Maroc et le Front Polisario.

Après plusieurs mois de réticence, Rabat a fini par donner le feu vert à l’italo-suédois De Mistura, ancien secrétaire général adjoint et envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie ; ancien sous-secrétaire d’État italien aux affaires étrangères ; ancien représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en Afghanistan, en Irak et au Liban ; ancien représentant personnel du secrétaire général pour le Sud-Liban ; ancien directeur du Centre d’information des Nations Unies à Rome.

Au mois d’octobre prochain, le Conseil de Sécurité ouvrira le débat annuel sur le renouvellement du mandat de la MINURSO, la mission onusienne de paix qui surveille un cessez-le-feu qui n’existe plus depuis le 13 novembre 2020.

En agissant ainsi, le Maroc ferme un des fronts ouverts récemment suite au conflit avec l’Espagne, l’Allemagne, l’Union Européenne et l’Algérie et le scandale provoqué par l’affaire d’espionnage « Pegasus ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire