Maroc- Centenaire de la République du Rif : une dette à payer

Maroc, Rif, République du Rif, Espagne, #Maroc, Abdelkrim El Khattabi,

Notre pays a une dette impayée vis-à-vis du peuple rifain et qui se perpétue lorsque l’Espagne tourne le dos devant la répression du régime de Mohamed VI.

Le 18 septembre, le centenaire de la République du Rif est commémoré. Dirigée par Abd el-Krim, elle a réalisé le rêve de nombreux Riffiens d’unifier les tribus dispersées et parfois conflictuelles du Rif pour former un État indépendant.

La proclamation est intervenue quelques mois après la défaite humiliante des troupes espagnoles dans ce qui est devenu connu sous le nom de « désastre annuel ». C’était une tentative coloniale de plus d’une puissance mineure, en retrait, pour conquérir un territoire qui appartenait aux Riffiens et qui lui était arbitrairement assigné dans le jeu des stratégies des puissances réelles de l’époque.

Les conséquences d’une telle défaite aux mains de tribus mal armées, que les racistes militaires espagnols méprisaient, étaient considérables. En septembre 1923, le général Miguel Primo de Rivera organise un coup d’État militaire avec le soutien du monarque bourbon Alphonse XIII et instaure une dictature militaire.

Pendant ce temps, sous la houlette d’Abd el-Krim, la République du Rif fait ses premiers pas. Elle a été proclamée le 18 septembre 1921, après la convocation d’un Congrès général avec représentation démocratique de toutes les kabilas. La République nouvellement proclamée s’est déclarée indépendante, s’est dotée d’un drapeau, a approuvé une constitution de 40 articles, a mis en place une force de police, un système de santé précaire (l’Espagne et la France ont bloqué l’arrivée de tout matériel humanitaire dans le Rif) et du matériel pédagogique. Ils ont été les premiers pas vers un État moderne et démocratique.

Ils ont déclaré : « Nous n’avons jamais reconnu ce protectorat et nous ne le reconnaîtrons jamais. Nous souhaitons être nos propres dirigeants et maintenir et préserver nos droits légaux et incontestables, nous défendrons notre indépendance avec tous les moyens à notre disposition et nous élèverons notre protestation devant la nation espagnole et devant son peuple intelligent, que nous pensons ne pas contester la légalité de nos demandes ».

Dans tous les proclasmes rifains, il y a une insistance sur la volonté de paix envers le peuple espagnol, sur la nécessité d’accords juridiques basés sur le dialogue et la reconnaissance mutuelle du bon voisinage.

Un esprit éloigné de celui qui animait les militaires espagnols qui après le coup d’état voulaient achever la conquête coloniale et se venger des Riffiens. La guerre dura 6 ans, jusqu’à ce qu’en 1926 les Riffiens soient vaincus et qu’Abd el-Krim dut s’exiler.

Au cours de cette terrible guerre, qui culmina avec le « débarquement d’Al Hoceima » en septembre 1925, des armes chimiques comme l’iperita furent utilisées pour la première fois contre les souks et les médinas des kabilas rifaines, dont les conséquences continuent de durer cent ans. .

La guerre du Rif est intimement liée à notre histoire. Ne serait-ce que parce que les généraux qui y ont participé étaient les mêmes qui plus tard se sont soulevés contre la démocratie et ont mené une guerre totale contre le peuple espagnol.

Nous pensons que notre pays a une dette impayée vis-à-vis du peuple rifain et qu’elle se perpétue lorsque l’Espagne détourne le regard devant la répression déchaînée par le régime dictatorial de Mohamed VI sur le peuple rifain et le Hirak de nos jours. Une dette qu’il est obligatoire de payer.

Andalucía Información, 13/09/2021

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire