Le président tunisien rejette le dialogue avec les « traîtres »

Tunisie, Kaïs Saïed, #Tunisie, Ennahdha, UGTT,

TUNIS, 14 septembre (Reuters) – Le président tunisien Kais Saied a déclaré mardi qu’il ne conclurait pas d’accord avec ceux qu’il qualifiait de « traîtres », une référence apparente au parti islamiste modéré Ennahda, le plus important du parlement suspendu.

Ennahda a appelé à un dialogue national pour trouver une voie à suivre après que Saied le 25 juillet a limogé le Premier ministre, gelé le parlement et saisi les pouvoirs exécutifs, ce que le parti à appeler un coup d’État.

« Je ne traiterai pas avec… les traîtres et ceux qui paient de l’argent pour offenser leur pays. Pas de dialogue avec eux », a-t-il déclaré dans une vidéo mise en ligne par la présidence.

Les médias locaux ont rapporté qu’Ennahda avait payé une société de lobbying étrangère, ce qu’elle a nié avoir fait.

« Ils ont payé près de 3 millions de dinars à des groupes de pression étrangers pour nuire à leur pays », a déclaré Saied dans la vidéo, sans nommer Ennahda.

Plus de sept semaines après que son intervention a plongé la Tunisie dans sa plus grande crise politique depuis l’introduction de la démocratie lors d’une révolution de 2011 qui a déclenché le printemps arabe, Saied n’a pas encore nommé de nouveau Premier ministre ni déclaré ses intentions futures.

La semaine dernière, l’un de ses conseillers a déclaré à Reuters qu’il prévoyait de suspendre la constitution et de proposer une version modifiée pour un référendum public.

Le puissant syndicat UGTT a rejeté cette approche le lendemain et Saied a alors déclaré que tout amendement à la constitution devait être apporté dans le cadre constitutionnel existant.

Le syndicat, ainsi qu’Ennahda, d’autres partis politiques et démocraties occidentales qui ont soutenu les finances publiques tunisiennes, l’ont tous exhorté à nommer rapidement un nouveau gouvernement et à revenir à l’ordre constitutionnel.

Saied, dans ses commentaires mardi, a déclaré: « Le gouvernement est important. Mais ce qui est plus important, c’est comment ce gouvernement fonctionnera ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire