Afrique: Le centre de vaccination soutenu par l’OMS va copier le vaccin Moderna

Afrique, OMS, pandémie, vaccin, Moderna, covid19,

-L’OMS tente d’aider les pays les plus pauvres à obtenir les vaccins COVID-19.
-Moderna a déclaré qu’elle ne ferait pas valoir ses droits de brevet.
-Mais l’impasse dans les négociations avec la société pourrait ralentir le projet

CAPE TOWN, 14 septembre (Reuters) – Les efforts visant à développer une base africaine pour la production du vaccin COVID-19 seront axés sur la reproduction de la dose de Moderna (MRNA.O), mais l’absence de progrès dans les discussions avec la société américaine signifie que le projet prendra du temps, a déclaré à Reuters un haut responsable de l’OMS.

La campagne de production de vaccins en Afrique vise à permettre à davantage de pays en développement d’accéder aux vaccins COVID-19 après que les pays riches ont acheté la majeure partie de l’approvisionnement de cette année.

En octobre dernier, Moderna a déclaré qu’elle ne ferait pas valoir les brevets liés à son vaccin pendant la pandémie, ce qui a suscité l’espoir que d’autres sociétés pourraient le copier et contribuer à stimuler la production de vaccins COVID-19.

Dans la pratique, cependant, il est difficile de reproduire un vaccin sans disposer des informations sur son mode de fabrication, et le centre de transfert de technologie soutenu par l’Organisation mondiale de la santé en Afrique du Sud – créé en juin pour donner aux nations les plus pauvres le savoir-faire nécessaire pour produire des vaccins COVID-19 – n’a pas encore conclu d’accord avec la société.

« Les pourparlers n’ont donné aucun résultat », a déclaré à Reuters Martin Friede, coodinateur de l’Initiative de l’OMS pour la recherche sur les vaccins.

Moderna n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Cette affaire met en lumière les défis auxquels l’OMS est confrontée dans sa lutte pour accroître la production de vaccins afin de contribuer à réduire les inégalités flagrantes entre les nations riches et les nations pauvres face à la pandémie.

Plus des trois quarts des 5,5 milliards de doses de COVID-19 administrées dans le monde sont allées à des pays à revenu élevé ou moyen supérieur, qui représentent un peu plus d’un tiers de la population mondiale.

Actuellement, seuls 3 % de l’Afrique sont vaccinés, a déclaré la semaine dernière le principal responsable de la santé de l’Union africaine, contre plus de la moitié des États-Unis et les trois quarts de l’Espagne.

M. Friede a déclaré que le vaccin de Moderna avait été choisi en raison de l’abondance d’informations publiques et de son engagement à ne pas appliquer de brevets, ce qui rendait le vaccin légèrement plus facile à copier que certains rivaux.

« Nous devons faire un choix maintenant. L’échéance est proche ; il est temps de commencer à commander des produits chimiques. Nous avons choisi Moderna », a-t-il déclaré.

Mais même si le centre se débrouille sans l’aide de Moderna, il pourrait falloir plus d’un an pour obtenir un vaccin distribuable, car les essais cliniques ne commenceraient que dans la seconde moitié de 2022, a-t-il ajouté.

TIRAILLEMENT AUTOUR DES DÉROGATIONS

En mai, les États-Unis ont déclaré qu’ils étaient prêts à renoncer aux droits de propriété intellectuelle pour les vaccins COVID-19 afin de contribuer à accélérer la fin de la pandémie.

Mais l’idée s’est heurtée à l’opposition des entreprises pharmaceutiques, qui affirment devoir superviser tout transfert de technologie en raison de la complexité du processus de fabrication.

Pfizer (PFE.N) et son partenaire BioNTech (22UAy.DE) ont conclu séparément en juillet un accord pour que la société sud-africaine Biovac les aide à fabriquer environ 100 millions de doses par an de leur vaccin COVID-19 pour l’Afrique. Leur vaccin, comme celui de Moderna, utilise la technologie ARNm.

Toutefois, l’accord porte sur le « remplissage et la finition » du vaccin, c’est-à-dire les étapes finales de la production où le produit est mis dans des flacons, scellés et emballés pour l’expédition. Il ne couvre pas le processus complexe de production de l’ARNm, que Pfizer et BioNTech réaliseront dans leurs usines européennes. en savoir plus

Aucun des deux n’a répondu aux demandes de commentaires.

L’OMS a essayé de persuader Moderna et Pfizer-BioNTech d’unir leurs forces à son centre africain de transfert de technologie.

Mais les fabricants de vaccins COVID-19 ont prévenu que les producteurs non autorisés se disputeraient les matières premières vitales et le matériel de production dont dépendent les acteurs établis, dont la plupart ont réalisé d’énormes profits grâce à la vaccination.

Afrigen Biologics, partenaire du consortium du Hub, produira le lot initial de doses, avant de transférer les compétences et la technologie à Biovac Institute, partenaire de fabrication local – tous deux basés au Cap – qui produira les vaccins en masse.

« Ce n’est pas quelque chose que nous demandons à l’industrie de nous donner gratuitement », a déclaré Friede à propos des discussions avec les entreprises pour l’accès à l’information, ajoutant que des redevances, des limitations territoriales et d’autres contraintes pourraient être intégrées dans un accord.

Les analystes du secteur de la santé doutent que le plan puisse être mobilisé rapidement.

« Il y a de nombreuses étapes qui nécessiteront de nombreuses itérations avant d’être prêt pour une production de qualité commerciale en prime time », a déclaré Prashant Yadav, expert en chaîne d’approvisionnement des soins de santé mondiaux au Center for Global Development à Washington.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire