UE: Les auditeurs soulignent les failles du programme d’expulsion des migrants

Union européenne, UE, #UE, Migration, expulsion,

BRUXELLES (AP) – Les auditeurs de l’Union européenne ont déclaré lundi que le programme d’expulsion des migrants du bloc des 27 pays ne fonctionnait pas bien, mais ils ont averti que toute tentative visant à forcer les pays à reprendre leurs citoyens par la coercition pourrait être contre-productive.

L’UE est profondément divisée sur la meilleure façon de gérer l’arrivée de migrants non autorisés depuis que plus d’un million de personnes sont entrées en 2015, pour la plupart des Syriens et des Irakiens arrivant en Grèce à la recherche d’une meilleure vie en Europe.

Mais la plupart des pays de l’UE conviennent que l’accent devrait être mis sur l’empêchement des migrants d’entrer en premier lieu en concluant des accords avec les pays d’origine ou de transit, et sur l’expulsion d’un plus grand nombre de ceux qui n’ont pas le droit de rester.

Dans un nouveau rapport, la Cour des comptes européenne a déclaré que sur environ 500 000 personnes ayant reçu l’ordre de quitter l’UE depuis 2008, seules 29% ont finalement été expulsées. Mais seulement 19% – à peine un sur cinq – qui sont entrés en dehors de l’Europe continentale ont été renvoyés.

L’auditeur en chef Leo Brincat a déclaré aux journalistes que les expulsions « efficaces » sont une « partie essentielle d’une politique migratoire globale ». Mais il a déclaré que « le système de retour actuel de l’UE souffre grandement d’inefficacités qui conduisent à l’opposé de l’effet escompté ».

Le rapport note que l’UE est divisée sur l’opportunité d’utiliser des mesures coercitives telles que la suspension de l’aide au développement ou des sanctions ou d’employer des incitations politiques et économiques pour encourager d’autres pays à coopérer sur la gestion des migrants.

En particulier, la commission a averti qu’elle utiliserait sa politique de visa pour encourager les pays à reprendre leurs citoyens. En juillet, après que de nombreux migrants irakiens aient traversé la Biélorussie pour se rendre en Lituanie, membre de l’UE, la commission a menacé d’imposer des restrictions de visa aux diplomates et aux fonctionnaires irakiens.

Cette décision visait à « stimuler l’Irak à améliorer sa coopération » en acceptant le retour de ses citoyens qui se sont vu refuser l’entrée en Europe, selon la commission. Les vols en provenance d’Irak vers la capitale biélorusse de Minsk – une fois au nombre de quatre par semaine – se sont brusquement arrêtés.

Mais Brincat a déclaré que « l’essentiel, si vous me demandez, est que vous ne pouvez pas forcer la coopération en menaçant un pays de se mettre en place. Il doit s’agir d’un accord donnant-donnant, et il doit y avoir un élément important entre les deux parties : l’élément de confiance. »

Brincat a exhorté la commission à développer rapidement des incitations pour encourager les pays extérieurs à reprendre leur population, mais a déclaré que les restrictions de visa « continueront d’être utilisées à plusieurs reprises ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire