Bientôt des mercenaires russes au Mali?

Mali, Wagner, mercenaires, #Mali, #Wagner, Russie,

EXCLUSIF: Un accord autorisant des mercenaires russes à entrer au Mali est proche – sources

-Accord autorisant des mercenaires russes à entrer au Mali
-Paris veut empêcher la signature d’un accord, selon des sources
-Au moins 1 000 mercenaires pourraient être impliqués – deux sources

PARIS, 13 septembre (Reuters) – Un accord est conclu qui permettrait aux mercenaires russes d’entrer au Mali, étendant l’influence russe sur les affaires de sécurité en Afrique de l’Ouest et déclenchant l’opposition de l’ancienne puissance coloniale française, ont déclaré sept sources diplomatiques et sécuritaires.

Paris a entamé une campagne diplomatique pour empêcher la junte militaire au Mali de conclure l’accord, qui permettrait aux entrepreneurs militaires privés russes, le groupe Wagner, d’opérer dans l’ancienne colonie française, ont indiqué les sources.

Une source européenne qui suit l’Afrique de l’Ouest et une source de sécurité dans la région ont déclaré qu’au moins 1000 mercenaires pourraient être impliqués. Deux autres sources pensaient que le nombre était inférieur, mais n’ont pas fourni de chiffres.

Quatre sources ont déclaré que le groupe Wagner serait payé environ 6 milliards de francs CFA (10,8 millions de dollars) par mois pour ses services. Une source de sécurité travaillant dans la région a déclaré que les mercenaires entraîneraient l’armée malienne et assureraient la protection des hauts responsables.

Reuters n’a pas pu confirmer de manière indépendante combien de mercenaires pourraient être impliqués, combien ils seraient indemnisés, ni établir l’objectif exact de tout accord impliquant des mercenaires russes serait pour la junte militaire malienne.

Reuters n’a pas pu joindre le groupe Wagner pour commenter. L’homme d’affaires russe Yevgeny Prigozhin, que les médias dont Reuters ont lié au groupe Wagner, nie tout lien avec l’entreprise.

Son service de presse indique également sur son site de réseautage social Vkontakte que Prigozhin n’a rien à voir avec une entreprise militaire privée, n’a aucun intérêt commercial en Afrique et n’est impliqué dans aucune activité là-bas.

Son service de presse n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires de Reuters pour cette histoire.

MENACE POTENTIELLE POUR L’EFFORT DE LUTTE CONTRE LE TERRORISME

L’offensive diplomatique de la France, selon les sources diplomatiques, comprend l’obtention de l’aide de partenaires, dont les États-Unis, pour persuader la junte malienne de ne pas poursuivre l’accord, et l’envoi de hauts diplomates à Moscou et au Mali pour des entretiens.

La France craint que l’arrivée de mercenaires russes ne compromette son opération antiterroriste vieille de dix ans contre al-Qaïda et les insurgés liés à l’État islamique dans la région du Sahel en Afrique de l’Ouest à un moment où elle cherche à réduire sa mission Barkhane de 5 000 hommes. pour le remodeler avec davantage de partenaires européens, ont indiqué les sources diplomatiques.

Le ministère français des Affaires étrangères n’a pas non plus répondu mais une source diplomatique française a critiqué les interventions du groupe Wagner dans d’autres pays.

« Une intervention de cet acteur serait donc incompatible avec les efforts déployés par les partenaires sahéliens et internationaux du Mali engagés dans la Coalition pour le Sahel pour la sécurité et le développement de la région », a précisé la source.

Un porte-parole du chef de la junte malienne, qui a pris le pouvoir lors d’un coup d’État militaire en août 2020, a déclaré qu’il n’avait aucune information sur un tel accord.

« Ce sont des rumeurs. Les responsables ne commentent pas les rumeurs », a déclaré le porte-parole, Baba Cissé, qui a refusé de commenter davantage.

Le porte-parole du ministère malien de la Défense a déclaré : « L’opinion publique au Mali est en faveur d’une plus grande coopération avec la Russie compte tenu de la situation sécuritaire actuelle. Mais aucune décision (sur la nature de cette coopération) n’a été prise ».

Les ministères russes de la Défense et des Affaires étrangères n’ont pas répondu aux demandes de commentaires, pas plus que le Kremlin ou la présidence française.

La présence des mercenaires mettrait en péril le financement du Mali par les partenaires internationaux et les missions de formation alliées qui ont aidé à reconstruire l’armée malienne, ont déclaré quatre sources sécuritaires et diplomatiques.

RIVALITÉ EN AFRIQUE

Avoir des mercenaires russes au Mali renforcerait la poussée de la Russie pour le prestige et l’influence mondiale, et ferait partie d’une campagne plus large visant à bouleverser la dynamique de longue date du pouvoir en Afrique, ont déclaré les sources diplomatiques.

Plus d’une douzaine de personnes ayant des liens avec le groupe Wagner ont précédemment déclaré à Reuters qu’il avait mené des missions de combat clandestines pour le compte du Kremlin en Ukraine, en Libye et en Syrie. Les autorités russes refusent aux entrepreneurs de Wagner d’exécuter leurs commandes.

La junte militaire du Mali a déclaré qu’elle superviserait une transition vers la démocratie menant à des élections en février 2022.

Alors que les relations avec la France se sont détériorées, la junte militaire du Mali a multiplié les contacts avec la Russie, notamment le ministre de la Défense Sadio Camara en visite à Moscou et en supervisant les exercices de chars le 4 septembre.

Une source du ministère malien de la Défense a déclaré que la visite s’inscrivait dans « le cadre de la coopération et de l’assistance militaire » et n’a donné aucun autre détail. Le ministère russe de la Défense a déclaré que le vice-ministre de la Défense Alexander Fomin avait rencontré Camara lors d’un forum militaire international et « avait discuté en détail des projets de coopération en matière de défense ainsi que des questions de sécurité régionale liées à l’Afrique de l’Ouest ». Aucun autre détail n’a été divulgué.

Le plus haut diplomate africain du ministère français des Affaires étrangères, Christophe Bigot, a été dépêché à Moscou pour des entretiens le 8 septembre avec Mikhaïl Bogdanov, l’interlocuteur de Poutine sur le Moyen-Orient et l’Afrique. Le ministère russe des Affaires étrangères a confirmé la visite.

Le ministère français des Affaires étrangères a refusé de commenter la visite. Bigot n’a pas pu être joint dans l’immédiat pour commenter. Le ministère russe des Affaires étrangères n’a pas répondu à une demande de commentaires de Reuters de Bogdanov.