Tunisie: Le président Saïed annonce qu’il modifiera la constitution

Tunisie, Kaïs Saïed, #Tunisie, Constitution, #Tunisie,

TUNIS, 11 septembre (Reuters) – Le président tunisien Kais Saied a indiqué samedi qu’il se préparait à modifier la constitution du pays, mais a déclaré qu’il ne le ferait qu’en utilisant les moyens constitutionnels existants, sept semaines après avoir pris les pouvoirs par des mesures que ses ennemis ont qualifiées de coup d’État.

Les commentaires représentaient sa déclaration la plus claire à ce jour sur ce qu’il avait l’intention de faire ensuite, ayant juré qu’il n’y avait « pas de retour en arrière » sur la situation dans la nation nord-africaine avant son intervention le 25 juillet.

S’exprimant en direct à la télévision sur un boulevard du centre de Tunis, Saied a déclaré qu’il respectait la constitution démocratique de 2014, mais qu’elle n’était pas éternelle et pouvait être amendée.

« Des amendements doivent être apportés dans le cadre de la constitution », a-t-il déclaré à la chaîne Sky News Arabia et à la télévision d’Etat tunisienne.

L’un des conseillers de Saied a déclaré jeudi à Reuters que le président prévoyait de suspendre la constitution et de proposer une version amendée via un référendum, suscitant l’opposition des partis politiques et du puissant syndicat UGTT.

L’inquiétude grandit, à la fois en interne et parmi les démocraties occidentales qui ont soutenu les finances publiques de la Tunisie, au sujet des intentions de Saied depuis son annonce du 25 juillet qu’il limogeait le Premier ministre et suspendait le parlement.

L’ancien professeur de droit constitutionnel a justifié ces mesures en citant des mesures d’urgence dans la constitution qui, selon ses détracteurs et de nombreux juristes, ne soutenaient pas son intervention.

Bien qu’il ait prolongé indéfiniment les mesures après un mois, il n’a pas encore nommé de nouveau gouvernement ni fait de déclaration claire de ses intentions à long terme, alors que la Tunisie lutte pour faire face à une crise économique continue.

Saied a également déclaré samedi qu’il était sur le point de nommer un nouveau gouvernement. Les ambassadeurs du Groupe des sept économies avancées l’ont exhorté cette semaine à le faire rapidement et à revenir à « un ordre constitutionnel, dans lequel un parlement élu joue un rôle important ».

INTERVENTION

L’intervention de Saied a suscité un large soutien après des années de paralysie politique, mais elle a plongé la Tunisie dans la crise une décennie après avoir rejeté l’autocratie et adopté la démocratie dans la révolution qui a déclenché le printemps arabe.

Les dirigeants politiques se sont plaints de la constitution depuis qu’elle a été adoptée en 2014, appelant à ce qu’elle soit changée en un système plus directement présidentiel ou plus directement parlementaire.

L’article 144 de la constitution stipule qu’un amendement au document ne peut être soumis à référendum que s’il a déjà été approuvé par les deux tiers du parlement, une institution que Saied a qualifiée le mois dernier de « danger pour l’État ».

Le parlement actuel a été élu en 2019, une semaine après l’élection de Saied. Il n’a pas le pouvoir de le dissoudre et de convoquer de nouvelles élections, mais certains des partis de la chambre profondément fragmentée ont indiqué qu’ils pourraient le faire eux-mêmes.

L’islamiste modéré Ennahda, le plus grand parti au parlement avec un quart des sièges, a accusé Saied d’avoir mené un coup d’État et a déclaré samedi que s’écarter de la constitution signifierait un retrait de la démocratie. Lire la suite

L’UGTT, le principal syndicat en Tunisie, a également signalé samedi qu’elle s’opposait à l’idée de suspendre la constitution et a appelé à la place à de nouvelles élections législatives – une voie que Saied pourrait maintenant envisager.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire