Pourquoi les EAU ont-ils kidnappé, maltraité et expulsé 700 travailleurs africains ?

EAU, Emirats Arabes Unis, traite humaine, travailleurs africains,

Aux premières heures des 24 et 25 juin 2021, des responsables de la sécurité des Émirats arabes unis ont fait une descente dans des immeubles résidentiels à Abou Dhabi et ont jeté au moins 700 travailleurs migrants africains dans une prison. Les mains et les pieds des travailleurs ont été menottés pendant les deux premières semaines de détention, et les femmes parmi eux se sont vu refuser l’accès aux serviettes hygiéniques ou aux soins médicaux.

Ces détails sont allégués dans un rapport (pdf) publié ce mois-ci par deux organisations de défense des droits humains – ImpACT International et Euro-Mediterranean Human Rights Monitor – qui accusent les Émirats arabes unis de violations des droits humains à motivation raciale.

Plus de 20 témoignages officiels de travailleurs pour la plupart originaires d’Ouganda, du Nigeria et du Cameroun sont contenus dans le rapport, avec une vidéo montrant ce qui semble être des scènes des nuits des raids.

La police a fait usage d’une force excessive et a harcelé des femmes sexuellement
L’opération a été menée par l’équipe des armes spéciales et tactiques (SWAT) des Émirats arabes unis, le département des enquêtes criminelles (CID) et la police d’Abou Dhabi, selon le rapport.

Avant de faire irruption dans les appartements des travailleurs, les agents ont désactivé les installations de surveillance et de wi-fi, utilisant des pistolets paralysants et des tasers sur les travailleurs lors des arrestations. « Ils ont tout volé dans ma chambre. Ils m’ont battu et m’ont emmené à moitié nu, uniquement avec mes vêtements de nuit », a déclaré Melachio Keanfe Carlos, 34 ans, un Camerounais qui a déclaré qu’il était aux Émirats arabes unis depuis octobre 2019 et travaillait dans un restaurant à Abu Dhabi.

« L’agent du CID qui m’a emmené me touchait les fesses et la poitrine. Dans ce bâtiment, ils touchaient les parties intimes des gens au nom de l’arrestation », a déclaré la reine Nkechi, une femme nigériane qui a déclaré qu’elle vivait avec son mari et travaillait légalement comme femme de ménage dans la capitale.

Les agents ont demandé des pièces d’identité et des visas, mais même lorsque la plupart des travailleurs ont présenté les deux, ils ont été emmenés à la prison d’al-Wathba à Abu Dhabi et enfermés dans des cellules dans des conditions désastreuses. Les travailleurs ont été détenus pendant six semaines en moyenne, après quoi les autorités des Émirats arabes unis les ont mis sur des vols commerciaux vers leur pays d’origine sans aucun effet personnel, à l’exception des documents de voyage et des téléphones pour certains.

La plupart de ces travailleurs ont été expulsés au cours de la première semaine d’août, mais un nombre inconnu est toujours détenu aux Émirats arabes unis, selon le rapport.

Le ministère de l’Intérieur des Émirats arabes unis a déclaré avoir arrêté et détenu 376 hommes et femmes pour « infractions de traite des êtres humains, actes indécents et cas d’extorsion et d’agression qui menacent la sécurité de la société ». Il a également déclaré que le processus était basé sur des preuves concluantes et qu’il avait été effectué « dans le cadre de procédures judiciaires visant à lutter contre les crimes liés à la traite des êtres humains et les cas de préjudice causé aux femmes et d’extorsion, d’agression et d’actes contraires à la moralité publique ». Il a indiqué que la plupart des travailleurs avaient été expulsés, à l’exception de 50 personnes toujours détenues parce qu’elles n’avaient pas de documents de voyage.

Mais les travailleurs et les deux groupes de défense des droits disent que le racisme était une motivation.

« Nous avons été brutalement poursuivis sur la base de la couleur de la peau », a déclaré Kenneth Rubangakene, un enseignant ougandais qui a passé 38 jours à al-Wathba. « Ils nous ont fait savoir qu’il s’agissait de pur racisme et qu’ils n’avaient plus besoin d’Africains noirs dans le pays », a déclaré Lawrence Kingsley Ikechukwu, un Nigérian qui a déclaré que lui et sa mère de 60 ans avaient été déportés ensemble.

Dans un communiqué, Michela Pugliese, qui étudie les migrations à Euro-Med Monitor, a déclaré que les actions des Émirats arabes unis étaient sans aucun doute « une violation massive des droits de l’homme à motivation raciale. Et cela continue aux Émirats arabes unis en ce moment. »

Les migrants expulsés demandent justice
Parce qu’ils sont riches en ressources et ont besoin de main-d’œuvre, les pays de la région du Golfe attirent de grands groupes de travailleurs migrants, en particulier en provenance d’Asie et d’Afrique. La disponibilité de voyages sans visa pour certains pays et les efforts de Dubaï pour attirer les visiteurs africains de la classe moyenne ont accru l’intérêt pour la région. 90% des 9 millions d’ habitants du pays sont des étrangers.

Mais la main-d’œuvre migrante aux Émirats arabes unis est souvent bon marché et sans droits clairement définis, laissant les travailleurs vulnérables aux caprices de leurs employeurs ou, dans le cas de ces travailleurs africains, de l’État.

« Il y a un besoin urgent de rendre justice aux victimes », a déclaré Pugliese. Elle suggère que les travailleurs portent plainte auprès de leur ministère des Affaires étrangères pour générer une pression politique en faveur de la justice et déposent des plaintes auprès de l’Organisation internationale du travail (OIT) contre les Émirats arabes unis.

On ne sait pas exactement à quoi ces efforts aboutiront. Le ministère nigérian des Affaires étrangères n’a pas répondu à une demande de commentaires de Quartz. L’histoire sera mise à jour en conséquence.

Certains travailleurs ont déclaré qu’ils n’avaient pas reçu de réponse des ambassades de leur pays lorsque leurs familles ont tenté de porter plainte. En attendant que justice soit rendue, les travailleurs devront recommencer leur vie sans les actifs qu’ils avaient aux Emirats Arabes Unis.

Veronica Ebude, une Camerounaise qui a déclaré qu’elle était aux Emirats Arabes Unis depuis 2017, a déclaré qu’elle avait un visa valide qui expirerait le 24 décembre de cette année. « Je suis revenu dans mon pays uniquement avec mon téléphone. Mon acte de naissance et mes papiers sont toujours là. Ces gens nous ont kidnappés et nous ont renvoyés chez nous. Nous ne savons pas quoi faire de nos vies maintenant », a-t-elle déclaré, selon le rapport.

Quartz Africa, 08/09/2021

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire