Elections au Maroc: Beaucoup de choix, peu de choix (Tahesschau)

Maroc, élections, monarchie, #Maroc,

Super jour des élections au Maroc : Beaucoup de choix, peu de choix

Au Maroc, les élections législatives, régionales et locales tombent un jour. Plus de 30 partis se battent pour les votes. Mais très peu d’électeurs croient au changement – également parce que le pouvoir dans le pays est entre d’autres mains.

Par Dunja Sadaqi

Dans la matinée, des électeurs individuels d’un quartier populaire de Rabat sortent précipitamment de l’isoloir. Comme le jeune Hassan. Il a 32 ans et travaille comme fonctionnaire : « Nous votons pour que notre pays se porte mieux. Nous les jeunes avons le devoir de voter. Nous attendons que beaucoup de choses changent : les infrastructures, le travail, la santé. Il y a un beaucoup ce que nous attendons. »

Une campagne électorale tranquille

Plus de 30 partis se présentent aux élections au Maroc. Chacun d’eux est lié à un symbole très reconnaissable : comme un tracteur, une tête de lion, la lampe à huile ou des pages de livre ouvertes. Ces derniers jours, les tracts étaient collés sur les voitures et sur les murs, et peu avant les élections, des équipes électorales défilaient dans les districts pour se mobiliser. Mais cette campagne électorale a été beaucoup plus calme et moins visible que lors des précédentes élections législatives de 2016 – en raison de la pandémie de corona. Beaucoup de choses se sont passées en ligne.

Faible participation électorale attendue

Les experts s’attendent à une faible participation électorale. Dans les sondages, un bon deux tiers des personnes interrogées ont déclaré ne pas vouloir voter.Selon les chiffres officiels, environ 43% des personnes éligibles aux élections législatives de 2016 avaient voté.

Cette année, seuls environ 18 millions des 25 millions d’électeurs éligibles se sont même inscrits, et le chauffeur de taxi Mohammed ne votera pas non plus. Il semble résigné : « Je ne vote pas parce que je n’ai de toute façon aucun droit dans ce pays. Je suis chauffeur de taxi depuis 46 ans et je n’ai rien. J’ai des enfants qui ne travaillent pas. Je m’occupe d’eux et je travaille pour eux et me torturer. Moi j’ai 70 ans.  »

L’espoir de la reprise ne s’est pas réalisé

Dix ans après le  » Printemps arabe « , peu de choses ont changé pour beaucoup de gens. L’espoir d’une reprise économique personnelle est assombri. Le chômage des jeunes en particulier est resté élevé. Beaucoup veulent partir, c’est ce dont a peur Intissar Berhoun. Elle vient d’un milieu pauvre, explique la mère de cinq enfants. L’un de ses fils s’enfuit en Espagne par bateau et est à nouveau expulsé. Elle vote pour l’avenir de ses enfants, souligne-t-elle, même si elle ne sait pas exactement quel parti pourrait vraiment être le meilleur pour elle. Elle s’inquiète : la pauvreté doit être moindre. J’ai trois enfants adultes qui ont terminé leurs études secondaires et qui ne trouvent pas de travail. La jeunesse est perdue. Un autre fils parle déjà de s’enfuir. Chaque fois qu’il rentre tard, j’ai peur qu’il soit parti. Et même mon jeune de 21 ans, qui a obtenu son diplôme d’études secondaires, n’arrive pas à trouver un emploi.

La réforme électorale pourrait affaiblir les partis forts

Bien que beaucoup pensent que cette élection n’apportera à nouveau aucun changement, la réforme électorale a récemment suscité des discussions animées. Les experts s’attendent à ce que les grands partis perdent le pouvoir lors des élections législatives. La raison en est une nouvelle méthode de calcul pour la répartition des sièges au parlement, qui pourrait frapper le PJD islamique conservateur, le Parti de la justice et du développement, qui est la force la plus puissante au parlement depuis 2011. Avec le nouveau calcul, il perdra probablement de nombreux sièges au parlement même sans perdre de voix.

Une compétition entre le roi et le gouvernement

Le système politique au Maroc reste difficile, selon l’analyste Rachid Touhtouh : « Nous avons deux chefs d’État : le roi et le gouvernement élu. À mes yeux, il existe une concurrence politique avec le roi, qui supervise de nombreux projets sociaux, économiques et stratégiques – peut-être les plus grands et les plus importants. Et nous devons nous demander ce qu’il reste à tout gouvernement. »

L’homme le plus puissant de l’Etat restera le roi Mohammed VI même après les élections législatives. Il a déjà annoncé à l’avance un programme de développement massif. Bien que les manifestations du « Printemps arabe » il y a dix ans aient conduit à des réformes, une nouvelle constitution et plus de pouvoir pour le parlement – le roi détient toujours fermement les départements les plus importants entre ses mains. Peu importe les élections d’aujourd’hui.

Tagesschau, 08/09/2021

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire