Maroc: Avec Medgaz, ça gaze plus

Algérie, Maroc, gazoduc Maghreb-Europe, Medgaz, gaz,#Algérie, #Maroc,

L’Algérie abandonne le Gazoduc Maghreb-Europe : Plus de gaz algérien pour le Maroc

En décidant de revoir à la hausse le volume de la production de gaz à destination de la péninsule ibérique via le Medgaz, passant ainsi de 8 à 10,5 milliards de mètres cubes dès la fin de novembre, l’Algérie se passe inéluctablement du gazoduc Maghreb-Europe, dont le contrat arrive à terme le 31 octobre prochain.

Et dire que le Maroc, traversé par un tronçon de 450 kilomètres duquel il tirait les droits de passage a joué le cafouillage quant à sa position de reconduire ou pas le contrat de ce gazoduc. Résultat des courses, il se voit volatilisé devant ses yeux de quelque 800 millions de royalties et un milliard de mètres M3 de gaz.

Depuis lors, l’eau a coulé sous les ponts, et les négociations de l’Algérie avec son partenaire espagnol au sujet de la sécurité des approvisionnements en gaz ont abouti à la mise en service, à partir de fin novembre, du Medgaz.

En d’autres termes, la totalité de l’approvisionnement en gaz algérien passera par ce gazoduc, comme réitéré récemment par le patron de Sonatrach, lors d’une visite au projet de la quatrième unité de pression de gaz sis à Béni Saf.

Sur les lieux de ce point de départ de l’approvisionnement jusqu’au port d’Almeria, Toufik Hakkar s’est enquis des capacités de production ainsi passées à 10,5 milliards de M3 suivant la demande du partenaire espagnol.

S’exprimant récemment à la Radio chaine 3, l’expert en questions énergétiques, Mourad Preure, il ne pense pas moins que le Maroc a joué le chantage dans cette affaire.

Il a fait même la comparaison avec le conflit du même ordre entre la Russie et l’Ukraine, dont le dernier pays cité a empêché que le gaz russe passe vers l’Europe.

Fins stratèges qu’ils sont, les Russes avaient alors construit le gazoduc Nord Stream 2, dont la mise en service est toute proche. Mais, Dr Preure n’en fait pas source d’inquiétude des manœuvres marocaines, estimant que l’Algérie dispose d’un plan « B », que constitue le Medgaz.

Farid Guellil

Le Courrier d’Algérie, 07/09/2021

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire