Nabil Karoui devant le juge à Constantine

Tunisie, Algérie, Nabil Karoui, Qalb Tounes, #Tunisie, #Algérie,

L’homme d’affaire tunisien Nabil Karoui devant le juge à Constantine

Le magistrat près le pole judiciaire spécialisé de Constantine devra se prononcer prochainement sur l’affaire de l’homme d’affaire et le propriétaire de la chaîne de télévision tunisienne Nessma TV, Nabil karoui et son frère, le parlementaire Ghazi Karoui, arrêtés dimanche 29 août dans la wilaya de Tébessa. C’est ce qu’a appris ce samedi le Jeune Indépendant de source judicaire à Constantine.

Les deux hommes accusés de s’être introduits illégalement dans le territoire algérien devront comparaître en compagnie de quatre autres personnes de nationalité algérienne, trois hommes et une femme originaire de la wilaya d’Alger, mis en cause dans la même affaire pour complicité, précise-t-on de mémé source. Ils ont été entendus par les enquêteurs de la police judiciaire de la sûreté de wilaya de Tébessa qui les a déférés sur instruction des autorités judiciaires devant le pole judiciaire spécialisé de la capitale de l’Est.

Les deux frères Karoui avaient été arrêtés par les éléments de la sûreté de wilaya de Tébessa dans une maison appartenant à un commerçant activant dans la région.

Le candidat à l’élection présidentielle de 2019 en Tunisie qui avait rappelons-le obtenu le deuxième score au premier tour du scrutin juste après celui de l’actuel président tunisien Kais Saied, est poursuivi en compagnie de son frère par la justice de son pays dans une affaire de blanchiment d’argent. Le patron de Nessma TV incarcéré depuis décembre 2020 avait été libéré au mois de juin dernier.

Le président du parti Qalb Tounes interdit de sortie du territoire tunisien avait réussi à s’introduire sur le sol algérien avec la complicité des quatre personnes toutes arrêtées. Il avait réussi d’abord à passer la frontière via la région de Kasserine du coté tunisien au niveau de l’axe frontalier El Houidjbet dans la wilaya de Tébessa où l’attendait un chauffeur avant qu’il ne soit récupéré par un second à bord d’un autre véhicule qui le déposera au niveau d’un appartement appartenant à une femme. Des suspicions amèneront alors le groupe à changer de lieu d’hébergement, le choix sera alors porté sur une maison appartenant à un commerçant présenté comme le frère d’un ex-député de la région où les deux frères tunisiens seront d’ailleurs arrêtés, précise la même source.

Le candidat malheureux à la présidentielle tunisienne de novembre 2019, n’en est pas à ses premiers déboires avec la justice. Il avait été arrêté le 23 août 2019 en plein campagne électorale pour les élections législatives et présidentielles de 2019, par la justice de son pays suite à des accusations de corruption et placé en détention où il avait passé plus d’un mois, avant d’être relâché quelques jours avant le deuxième tour de la présidentielle.

Cette affaire avait en son temps défrayé la chronique dans le pays du Jasmin où des accusations avaient été portées contre certaines parties au pouvoir de « manœuvrer contre le patron de Nessma TV pour l’empêcher d’arriver au Palais de Carthage ». La machine judiciaire avait été déclenchée suite à une plainte déposée en mars 2019 par l’ONG « I Watch » auprès du pôle judiciaire économique et financier tunisien pour « suspicion de blanchiment d’argent » à travers des sociétés dont les deux frères Karoui seraient propriétaires en Algérie, au Maroc et au Luxembourg, la justice tunisienne avait alors décidé, en juillet 2019, de geler les avoirs de Nabil et Ghazi Karoui et de leur imposer une interdiction de quitter le territoire tunisien. Avant que le patron du groupe audiovisuel ne soit de nouveau arrêté en décembre 2020, et placé en détention provisoire, il ne sera libéré qu’en juin 2021, il y a à peine deux mois.

Le président du parti Qalb Tounes n’avait fait aucune apparition publique depuis le 25 juillet dernier, date à laquelle le président tunisien Kaïs Saïed a décidé de limoger le chef du gouvernement Hichem Mechichi, de geler les prérogatives du parlement et de lever l’immunité des députés de l’Assemblée des représentants du peuple, le parlement tunisien.

Le Jeune Indépendant, 05/09/2021

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire