Le Polisario exhorte l’Espagne d’intervenir pour « sauver la vie de Sultana Khaya et sa famille »

Maroc, Sahara Occidental, Sultana Khaya, #Maroc, #SaharaOccidental,

-La militante sahraouie et une de ses sœurs sont infectées au coronavirus.

-Il demande au gouvernement de Madrid d’assumer sa responsabilité et de garantir la protection de la famille Khaya.

-Le leader du Front Polisario, Brahim Ghali a écrit au secrétaire général de l’ONU à ce sujet

Le Front Polisario a demandé au gouvernement espagnol de garantir la protection de la militante sahraouie Sultana Khaya et de sa famille.

Sultana et sa sœur cadette sont infectées par la COVID-19. Elles attribuent cette infection à « une attaque le 22 août au domicile familial à Boujdour, au Sahara occidental, par des agents marocains dans laquelle elles ont été aspergées de produits chimiques ».

Le délégué sahraoui pour l’Espagne, Abdulah Arabi, dénonce dans un communiqué la situation grave dans laquelle se trouve la famille Khaya, « soumise à un harcèlement et un siège qui durent depuis plus de 290 jours par les autorités marocaines dans les zones occupées du Sahara occidental et qui s’est aggravé ces derniers jours suite à l’infection au coronavirus ».

Selon le Polisario, le Maroc marocain profite de la situation de guerre et de la fermeture des frontières due à la pandémie pour instaurer un climat de peur et de répression contre les civils sahraouis dans les zones occupées du Sahara occidental, « la dernière colonie en Afrique en attendant la décolonisation et dont la puissance administrante continue d’être l’Espagne ».

Le Polisario demande au gouvernement espagnol d’assumer ses responsabilités de puissance administrante et, en particulier, « de garantir la protection de la militante sahraouie Sultana Khaya et de sa famille et d’exiger que le gouvernement marocain respecte le droit international humanitaire ».

Il souligne que Sultana Khaya est « l’une des figures les plus visibles dans les zones occupées du Sahara occidental et dans la confrontation directe contre les autorités marocaines d’occupation ».

« Leur résistance pacifique – ajoute-t-il – attire l’attention de la communauté internationale et mobilise des collectifs pour dénoncer la situation grave que vit la population civile dans les villes occupées et les dangers auxquels sont exposés les militants depuis la violation du cessez-le-feu par le Maroc et l’annulation du « Plan de Règlement » en vigueur depuis 1991″.

Il a indiqué que depuis le 19 novembre 2020, plusieurs unités de la police marocaine ont imposé un siège autour de la maison de Sultana Khaya, la soumettant ainsi que toute sa famille à des violences physiques et psychologiques afin qu’elles cessent leurs revendications pacifiques en faveur de l’autodétermination et de l’indépendance sahraouie.

Il ajoute que la défenseuse des droits humains et sa famille sont toujours assignées à résidence, ce qui a été imposé sans aucun ordre du juge ni aucune base légale, et que des véhicules de police bloquent l’entrée de la maison.

El Arabi signale qu’à plusieurs reprises, alors qu’elle tentait de partir, « la défenseuse des droits humains a été agressée physiquement » et que l’armée et la police marocaines empêchent également la visite de militants ou de citoyens sahraouis au domicile de la famille Khaya.

Brahim Ghali s’adresse à l’ONU

Concernant la situation de Sultana Khaya, le plus haut dirigent de la République sahraouie et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a envoyé une lettre au secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, dans laquelle il dit que Sultana et Um Almuminin Buta ont été infectée au coronavirus « aux mains des forces de sécurité de l’Etat d’occupation marocaine ».

Le responsable sahraoui, qui a adressé un message similaire à la présidente du Conseil de sécurité de l’ONU, l’Irlandaise Geraldine Byrne Nason, affirme que Sultana et Um Almuminin Buta Jaya ont été testées positives au COVID-19, « probablement à la suite de la dernière attaque contre la famille le 22 août ».

« D’après la famille », indique la lettre, « un groupe de forces de sécurité marocaines a de nouveau fait une descente dans la maison de la famille et a pillé son contenu. Au cours de l’attaque, un agent de sécurité a violemment attrapé Sultana et lui a mis un linge sur la bouche et le nez jusqu’à ce qu’elle faillit s’étouffer. À la suite de cet acte brutal, Sultana a commencé à se sentir malade avec des douleurs musculaires, un essoufflement et d’autres symptômes associés à la maladie à coronavirus. Sa sœur souffre des mêmes symptômes et il est probable que d’autres membres de la famille soient également touchés ».

Brahim Ghali a demandé au secrétaire général de l’ONU et au Conseil de sécurité d' »agir d’urgence pour sauver la vie de Sultana et de sa famille, qui, selon des sources sanitaires, sont en grave danger ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire