L’affaire Ghali : entre espionnage, justice et zone grise

Maroc, Espagne, Sahara Occidental, Pegasus, Espionnage, #Maroc, #SaharaOccidental,

Par Nestor Prieto*

L’accueil par l’Espagne pour soigner le président sahraoui et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a été le prétexte officiel utilisé par le Maroc pour déclencher une crise bilatérale de premier ordre avec l’Espagne, malgré le fait que le fond du conflit réside dans la position sur le Sahara occidental.

Tout ce qui a entouré son arrivée, son séjour et son départ a été surnommé « l’affaire Ghali » et, au-delà des implications avec le Maroc, a eu un impact sur la presse espagnole – qui a fait les gros titres de cette question pendant des semaines – et sur la politique intérieure. élément d’usure utilisé par l’opposition contre le gouvernement.

Il est bien connu que recevoir un traitement médical dans les pays européens est la norme et non l’exception parmi les dirigeants africains : Ghali a été soigné en Espagne, Mohamed VI fréquente les meilleures cliniques de Paris et cette même année le président algérien Tebboune se remettait également du COVID- 19 en Allemagne. En effet, les forts liens hispano-sahraouis ont permis à plusieurs hauts fonctionnaires et diplomates de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) d’être soignés dans l’ancienne métropole pendant des décennies.

Alors, qu’est-ce qui est différent maintenant dans l’accueil du leader du Polisario pour qu’une telle crise puisse se déclencher ? Le Maroc a lu le contexte international et a vu dans l’entrée de Gahli la possibilité de faire monter les enchères et de faire pression sur l’Espagne pour qu’elle modifie sa position sur le Sahara occidental en faveur de sa thèse. L’arrivée du leader sahraoui -prétexte- a été systématiquement exploitée pour rapprocher Madrid de ses positions annexionnistes -objectif-. Bien que la position espagnole concernant le conflit du Sahara soit celle d’une passivité consciente, qui permet de maintenir un statu quo qui profite au Maroc, Mohamed VI sait que l’Espagne, de par son rôle d’ancienne métropole et de puissance administrante de droit du territoire, aurait le possibilité de casser le pont à un certain moment et de changer l’équilibre du conflit; Bien que l’ambiguïté hispanique ne nuise pas à la position alaouite, un changement de position en faveur de l’autonomie pourrait gravement nuire au processus des Nations Unies pour la décolonisation du territoire.

La déclaration de Donald Trump en décembre 2020 reconnaissant la « marocaine » du Sahara a enhardi la diplomatie alaouite qui, parallèlement à la crise avec l’Espagne, entretient depuis des mois une campagne agressive avec d’autres pays pour suivre dans le sillage nord-américain ; stratégie infructueuse car aucun pays n’a fait une déclaration similaire. Cette campagne a également eu des échos en Allemagne, où le refus de Berlin d’abandonner le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui en tant que politique d’État a conduit Rabat à couper le travail entre les ambassades.

L’« Affaire Ghali » illustre cette politique hostile et habile de Rabat, dont la diplomatie évolue mieux dans l’ombre que sous la lumière des officiers internationaux. La crise générée n’a été possible que par une combinaison de différentes actions, la plupart sans rapport avec ce que devraient être des « relations bilatérales de bon voisinage ». Un mélange de pression diplomatique, d’espionnage, de droit et de zone grise, qui englobe largement tout ce qui précède.

Espionnage

Le transfert de Brahim Ghali vers l’Espagne a été minutieusement planifié de trois manières entre les services de l’Intérieur et de la Défense de l’Espagne, de la RASD et de l’Algérie, médiateur nécessaire dans l’équation. La relation bilatérale hispano-algérienne, bonne, stable et discrète depuis des décennies, a facilité la gestion.

L’Espagne avait auparavant accueilli des dirigeants sahraouis, mais la réception du secrétaire général du Polisario pourrait encore resserrer la corde dans les relations toujours complexes et imprévisibles avec le Maroc. D’un commun accord, les parties ont opté pour effectuer le transfert avec la plus grande discrétion possible, évitant les fuites et permettant au gouvernement espagnol de gérer les délais pour communiquer -ou non- au Maroc et à la presse l’accueil du président sahraoui.

Ghali a quitté Alger dans un avion médicalisé le 18 avril vers l’aérodrome de la base militaire de Saragosse, d’où il a été transféré en ambulance à Logroño. Le voyage a été organisé dans le cadre d’un protocole diplomatique strict et d’un secret absolu. Dans la nuit de ce même dimanche 18, Ghali se trouvait déjà au troisième étage de l’hôpital Riojan. Une réussite totale : l’arrivée sans incident, la santé du président stable dans la gravité et l’absence de fuites ou de presse.

Mais la joie aux Affaires étrangères n’a pas duré longtemps, car trois jours plus tard, le 21 avril, le média francophone Jeune Africaine, dont la ligne éditoriale est proche de Rabat, publiait en exclusivité l’arrivée de Ghali en Espagne dans les moindres détails. Une carafe d’eau froide pour les trois parties impliquées dans le déménagement ; pas seulement un scandale de communication mais un grave problème de sécurité intérieure. Existence de « taupes », espionnage, peu de sécurité dans les protocoles ?

Le prétexte a été servi au Maroc pour lancer une prise de contrôle hostile sur l’Espagne comme cela s’est produit, provoquant une cascade de déclarations et de réactions qui conduiraient à la crise bilatérale susmentionnée.

Mais qu’est-ce qui s’est mal passé pour que la nouvelle sorte ? Seule une poignée de hauts fonctionnaires des trois administrations étaient au courant du voyage. La presse algérienne, espagnole et marocaine a spéculé sur une fuite de Jeune Africaine qui n’a même pas mentionné l’origine de la source. Ce qui est certain, c’est que l’obtention et la fuite de l’information ont été le déclencheur de la crise, l’élément nécessaire pour que la situation dégénère.

Il a fallu plusieurs mois pour que la cause de la fuite soit découverte de manière collatérale. Le consortium médiatique Forbidden Stories a publié fin juillet l’utilisation massive du logiciel espion israélien « Pegasus » par une dizaine de pays. L’enquête a détaillé avec une grande précision comment cette technologie, développée par le Groupe des ONG, pénètre dans les appareils mobiles des victimes et permet d’accéder à tous leurs fichiers et conversations.

Le Maroc est l’un des pays qui utilise ce logiciel, et bien que sur le plan de la communication les coups du royaume alaouite à Macron ou à Charles Michel aient été les plus notoires, la vérité est que c’est l’Algérie qui a le plus souffert des conséquences de Pégase. Au total, plus de 6 000 mobiles algériens ont été touchés selon l’enquête, dont ceux de ministres, de militaires, de responsables et de la société civile. Dans ce groupe il faut aussi situer la direction du Polisario, qui opère avec la téléphonie algérienne depuis ses camps de réfugiés à Tindouf, un territoire de ce pays.

Bien qu’il y ait eu silence d’Alger et de Rabuni (capitale administrative des camps sahraouis), leurs alentours laissent présager l’utilisation de Pégase comme cause de la fuite du transfert du président. Bien que l’utilisation alaouite de cette technologie devienne plus tard publique, dès l’éclatement de l’affaire Ghali, les procédures et protocoles de sécurité algériens ont été revus, conscients qu’ils étaient les victimes prévisibles du logiciel espion. C’est la seule façon d’expliquer que quelques semaines après l’éclatement de l’affaire Ghali, le président algérien Tebonne a publié un décret accordant 10 jours aux entreprises algériennes qui utilisaient des logiciels marocains pour résilier tous les contrats.

Le président a exigé que les entreprises algériennes fassent preuve de « responsabilité dans leurs relations avec les partenaires étrangers, assurant en tout état de cause la préservation des intérêts supérieurs de l’Etat ». Il a estimé que ces contrats « conclus sans concertation, mettent à la disposition d’entités étrangères des informations sensibles pouvant nuire aux intérêts vitaux de notre pays et à sa sécurité ».

Bref, l’espionnage marocain était un élément essentiel de l’affaire Ghali, permettant avec la fuite à la presse de déclencher une offensive contre l’Espagne pour forcer un changement de position à Madrid. L’utilisation de Pégase était le facteur nécessaire pour que Rabat démarre sa machinerie.

Droit

Une fois le scandale éclaté, la diplomatie marocaine a lancé la seconde de ses tactiques, la guerre judiciaire ou judiciaire. Un terme qui a gagné en pertinence au cours des dernières décennies et qui sert à définir l’usage abusif voire illégal de la justice, utilisant les tribunaux pour déformer et user un adversaire.

Rabat, qui utilise déjà cette technique dans plusieurs pays, a relancé un procès déposé en 2014 resté en hibernation devant la justice espagnole – faute de témoignages – contre Brahim Ghali. La plainte accusait le leader sahraoui de « génocide, meurtre, torture et disparitions », une accusation sans doute grave et préoccupante présentée par l’Association sahraouie des droits de l’homme (ASADEDH). Mais alors pourquoi parle-t-on de droit ?

L’ASADEDH est présidée par le Sahraoui Ramdan Messaoud, un transfuge du Polisario qui a quitté l’organisation en 1992 en raison de « désaccords avec la direction ». Quelques années après son abandon, il est parrainé par Rabat, qui utilise habilement la dissidence sahraouie à son avantage ; ainsi Messaoud a été nommé par Mohamed VI membre du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires du Sahara (CORCAS) le 25 mars 2006. Le CORCAS est un organe de conseil et d’accompagnement du roi composé de Sahraouis -principalement les dissidents précités- qui soutiennent sa thèse d’autonomie pour le Sahara.

Un an et demi seulement après cette nomination, l’ASADEH a déposé plainte auprès de la justice espagnole, désignant 27 personnalités du gouvernement et de l’armée sahraouie comme responsables de ces crimes. Sur cette liste figurait Brahim Ghali.

L’objectif était clair, la criminalisation générale de la cause sahraouie en créant un cas artificiel avec peu ou pas de support dans des événements réels. Cette conclusion a été donnée par le juge Santiago Pedraz, en charge de l’affaire, qui a assuré que : il est responsable de tout crime ; car il a simplement souligné qu’il s’agissait de crimes très graves, qu’il y avait des indices sans en indiquer aucun (un rapport de l’ONU, comme il disait (?)) ». L’affaire a été définitivement close le 29 juillet 2021, mais avant que les effets de la loi n’aient déjà porté leurs fruits.

La fuite que Ghali était en Espagne a permis à divers groupes de pression marocains en Espagne d’exiger devant l’opinion publique que le juge rouvre la plainte – jusqu’alors hibernée – pour prendre une déclaration du président sahraoui, qui depuis le début de l’affaire avait refusé de témoigner pour avoir qualifié le procès de « farce ».

Rapidement les pressions se sont multipliées et les crimes dont Ghali était accusé ont été considérés comme vrais par un groupe de médias non négligeable qui ont consacré des reportages approfondis et spéciaux à l’affaire. L’amplification du message a remis en cause la figure de Ghali, qui a finalement accepté de témoigner depuis l’hôpital par visioconférence. Son avocat, Manuel Ollé, a assuré que l’affaire répondait à « des fins politiques (…) pour tenter une nouvelle fois de saper la crédibilité du peuple sahraoui ». Bien que l’accusation ait nié que Rabat soit à l’origine de la plainte, aucune des parties n’a clarifié la relation entre le CORCAS et l’ASADEH.

Zone grise

La zone grise est l’espace intermédiaire entre la compétition pacifique -blanche- et le conflit armé entre acteurs -noirs- ; harcèlement par différents moyens avec lesquels on cherche à atteindre un objectif, mais sans forcer le casus beli. Un mode de confrontation en deçà du seuil de la guerre pour faire pression et épuiser l’adversaire géopolitique sans tomber dans un affrontement militaire. C’est une politique agressive dans le fond (atteinte d’un objectif stratégique), mais pas dans ses formes, puisque les moyens utilisés évitent le militaire.

En bref, il s’agit d’une pratique politique qui combine différents éléments de pression et d’usure qui poursuivent un objectif stratégique précis. Tout cela a le soutien militaire conventionnel nécessaire, car pour appliquer cette stratégie sans tomber dans la guerre, il est nécessaire d’avoir une armée opérationnelle qui fonctionne comme dissuasion afin que l’escalade ne dépasse jamais cette ligne rouge.

C’est le « modus operandi » de plusieurs pays, parmi lesquels on trouve le Maroc, qui l’utilise depuis des années contre l’Espagne ; C’est le facteur déterminant qui explique l’escalade progressive des tensions sur différents fronts, foyers avec lesquels le royaume alaouite cherche à conditionner la politique espagnole de manière planifiée sans tomber dans l’affrontement direct.

Le Maroc contourne et dépasse magistralement la légalité internationale et les relations de voisinage entre les États à travers une stratégie qui combine différents éléments tels que les cas d’espionnage et de justice susmentionnés, qui doivent être compris dans une large mesure comme des éléments cohésifs et coordonnés qui répondent à cette logique de conflit. dans la zone grise.

En plus de ces aspects, le Maroc utilise également la guerre économique (asphyxie Ceuta et Melilla), la guerre communicationnelle, la guerre diplomatique, l’immigration irrégulière, les flux de trafic de drogue, entre autres.

Sous prétexte de l’affaire Ghali, le Maroc a joué à ce jour la plus grande manifestation de conflit dans la zone grise contre l’Espagne, à l’exception de la Marche verte de 1975. Une fois l’affaire filtrée et le procès contre le président sahraoui lancé, Rabat se considérait prêt à franchir plusieurs autres étapes dans sa stratégie :

Sur le plan diplomatique, avec des déclarations dures pour avoir accueilli le chef d’une « organisation terroriste », appelé l’ambassadeur d’Espagne à des consultations, retiré l’ambassadeur alaouite à Madrid et coupé la coopération sur différents sujets entre les deux gouvernements – notamment en matière de lutte contre le terrorisme et de sécurité. – .

Sur le plan de la communication, avec une campagne médiatique brutale, qui avait déjà commencé depuis l’arrivée de Ghali mais qui s’est aggravée au fil des jours. En interne, en fédérant l’opinion publique nationale en soulevant un nationalisme exacerbé (Sahara et Ceuta et Melilla) et en externe en présentant l’Espagne comme une puissance coloniale et en accueillant des criminels.

Mais sans aucun doute l’aspect le plus important était le recours à l’immigration irrégulière. Les 18 et 19 mai, plus de 15 000 migrants sont entrés à Ceuta depuis le territoire marocain. L’entrée de ces personnes, à l’évidence, n’était pas accidentelle mais encouragée et facilitée par le gouvernement de Rabat, qui dans les heures précédentes avait retiré son personnel des postes frontières ou leur avait donné l’ordre de laisser passer quiconque s’approchait. Dans le même temps, des informations sur « l’ouverture » du poste frontière ont été diffusées via les réseaux sociaux et la presse. L’arrivée massive a complètement bouleversé les autorités espagnoles, qui plusieurs mois plus tard continuent d’en gérer les conséquences.

Cet épisode, de par sa gravité, a mis en évidence l’utilisation de stratégies non conventionnelles par le Maroc. Mais ces techniques sont utilisées depuis des années face à la surprenante passivité espagnole. L’affaire Ghali n’a servi que de prétexte pour aiguiser le pari alaouite.

Le prétexte, l’hospitalisation de Ghali, a pris fin le 1er juillet. Cette nuit-là, le leader sahraoui a quitté l’hôpital de San Pedro pour l’aéroport de Noain (Navarre), d’où il partirait pour Alger. Le chef du polisario quittait l’Espagne avant d’avoir complètement terminé le traitement, bien que sa santé soit déjà bien meilleure.

Les 44 jours de séjour du président sahraoui en Espagne ont été une démonstration de realpolitik de la part du Maroc, qui en un peu plus d’un mois a pressé toutes les ficelles à sa disposition pour forcer par des méthodes « pas très propres » un changement de position en Espagne avec respect au Sahara occidental. Le refus espagnol a amené les relations bilatérales à un point de rupture presque total de facto ; maintenant le Maroc prend l’initiative et adoucit le ton avec Madrid, proposant de reprendre des relations, conscient que la rupture récente avec l’Algérie, la guerre du Sahara et la crise avec l’Allemagne sont trop de fronts pour rester ouverts en même temps. Cependant, il est clair que Rabat utilisera à nouveau ce type de technique lorsque le contexte le permettra ; la question est donc de savoir quelle sera la réponse espagnole à cette occasion.

*Étudiant en Sciences Politiques à l’Université de Salamanque. Essayer d’offrir un regard critique sur la géopolitique. Militant. J’ai parcouru et vécu sur le terrain les processus migratoires en Grèce, en Italie et à Melilla. Maintenant, j’écris sur l’Amérique latine.

Descifrando la guerra, 03/09/2021

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire