Cinq concessionnaires vont fabriquer des voitures en Algérie

Algérie, voitures, automobiles, véhicules, concessionnaire, #Algérie,

Cinq concessionnaires français, coréens et chinois vont fabriquer des voitures en Algérie

Cinq groupes internationaux spécialisés dans la fabrication et la commercialisation de voitures ont exprimé leur volonté d’investir sur le marché algérien à travers la mise en place d’unités de production ou d’installation de voitures comme Volkswagen, dont le contrat de partenariat avec Sovac a pris fin en raison de l’incertitude qui règne encore sur le marché.

Le président du Conseil national de concertation pour le développement des petites et moyennes entreprises, Adel Bensaci, a indiqué à Echorouk qu’ils ont eu des réunions au niveau du conseil avec 5 constructeurs automobiles étrangers, qui ont annoncé leur volonté d’entrer sur le marché algérien pour investir dans le domaine de la fabrication de véhicules, ou en tant qu’installation de première étape sans bénéficier d’exonérations fiscales ou de privilèges fiscaux.

« Nous avons discuté avec ces fabricants mondiaux au niveau du Conseil national de consultation pour le développement des petites et moyennes entreprises. Nous avons également tenu une réunion avec la Bourse d’Oran, et chacun a confirmé son intérêt pour le marché algérien, et sa volonté d’investir en Algérie même sans bénéficier de réductions d’impôts », a-t-il ajouté.

« Il s’agit de concessions françaises et sud-coréennes dans le domaine des véhicules utilitaires et d’une concession chinoise. Le marché algérien, dont les besoins atteignent un demi-million de véhicules, attire les constructeurs automobiles mondiaux, malgré tout ce qui circule de la part de certains sur les réticences des investisseurs du secteur automobile en Algérie. Or, les responsables sont aujourd’hui appelés à se prononcer sur ces dossiers, avant d’examiner le reste des demandes, d’autant plus que les cinq concessionnaires n’attendent aucune incitation ou dérogation ».

« Les nouvelles qui circulent sur les constructeurs mondiaux annonçant qu’ils ne reviendront pas sur le marché algérien, comme l’allemand Volkswagen et le coréen Hyundai, n’ont aucune preuve, en réalité, comme le fait l’expiration des contrats de ces usines avec le concessionnaire Sovac, par exemple. ne signifie pas que Volkswagen n’investira plus sur le marché algérien ».

« Les concessionnaires avec qui nous avons parlé ont confirmé qu’ils acceptaient toutes les conditions de la partie algérienne et ont exprimé leur volonté d’investir sur le marché algérien ».

Le porte-parole a demandé la divulgation des résultats des travaux du comité technique au niveau du ministère de l’Industrie chargé d’étudier les dossiers d’agrément pour l’importation de voitures, qui a commencé à travailler il y a quelque temps, confirmant qu’une ambiguïté entoure le marché automobile en L’Algérie aujourd’hui, qu’il s’agisse d’importer ou de fabriquer en raison du retard dans la communication des résultats d’une étude des dossiers.

Dans un autre contexte, des sources du ministère de l’Industrie ont démenti préparer l’imposition d’un nouveau cahier des charges, pour réglementer l’activité d’importation de voitures, expliquant que le dernier livre publié début mai dernier est valide et est en cours d’élaboration, comme la commission technique chargée d’instruire les dossiers des concessionnaires automobiles agréés étudie selon elle, et a confirmé que les travaux se poursuivent au niveau de la commission, qui travaille à plein régime pour examiner les dossiers déposés sur sa table.

Plus de 14 groupes automobiles sont actifs sur le marché mondial, avec un nombre total équivalent à 54 marques de véhicules, tandis que le nouveau cahier des charges algérien réglementant l’activité d’importation et de fabrication de véhicules permet aux concessionnaires souhaitant obtenir des licences d’importation et de production de choisir le groupe qu’ils souhaitent traiter en respectant les conditions et normes imposées par le cahier des charges, qui est venu réglementer l’activité des concessionnaires et protéger le consommateur algérien.

Echourouk online, 01/09/2021