Algérie-Maroc: Chronologie de relations turbulentes (Anadolou)

Algérie, Maroc, #Algérie, #Maroc,

2 pays d’Afrique du Nord connaissent des tensions récurrentes depuis 1963

L’Algérie a décidé mardi de rompre ses relations avec son voisin marocain, accusant Rabat d’avoir des « tendances hostiles » à son égard.

Le pays a fait un pas similaire vers son voisin occidental en 1976.

Voici une liste des étapes les plus marquantes des tensions récurrentes entre les deux pays au cours des dernières décennies :

Octobre 1963 :

L’Algérie et le Maroc se sont affrontés militairement au sujet d’un différend frontalier lors de la soi-disant guerre des sables en octobre 1963 après l’indépendance de l’Algérie le 5 juillet 1962. L’Algérie a déclaré qu’elle repoussait les ambitions marocaines d’obtenir des terres à la frontière, tandis que Rabat a répondu en disant qu’elle avait exercé des représailles contre le provocations frontalières de l’armée algérienne soutenue par les Égyptiens.

1969 et 1972 :

Les deux pays ont signé un traité de démarcation frontalière et de bon voisinage en deux phases en 1969 et 1972, point culminant de la fin de la guerre et du différend frontalier.

1976 :

Rabat a annoncé la rupture des relations diplomatiques avec Alger pour protester contre la décision de ce dernier de rejoindre un certain nombre de pays pour la plupart africains reconnaissant la décision unilatérale du Front Polisario d’établir la soi-disant République arabe sahraouie.

1988 :

Les deux pays ont signé un accord pour normaliser les relations et rétablir les relations diplomatiques à la suite d’une médiation saoudienne. Les dirigeants des deux pays ont échangé des visites en témoignage de la normalisation.

Août 1994 :

Rabat a accusé les services secrets algériens d’être à l’origine d’un attentat terroriste dans la ville du sud-ouest de Marrakech et a imposé une obligation de visa d’entrée aux Algériens. L’Algérie a répondu en fermant sa frontière terrestre avec le Maroc qui est toujours en vigueur à ce jour.

1999 :

Le président algérien de l’époque, Abdelaziz Bouteflika, a assisté aux funérailles du roi Hassan II, décédé le 23 juillet 1999, au Maroc, pour tenter de rétablir les relations entre les deux pays arabes. Aucune percée significative n’a cependant été réalisée.

Juin 2005 :

Les relations bilatérales se sont réchauffées alors que Rabat se préparait à une visite du Premier ministre algérien de l’époque Ahmed Ouyahia et de sa délégation à Rabat pour signer plusieurs accords. Mais la visite a été annulée à la dernière minute, Rabat disant que le moment n’était pas venu, un geste que l’Algérie a protesté comme une insulte.

1er novembre 2013 :

La jeunesse marocaine a organisé une manifestation devant le consulat algérien dans la ville du nord de Casablanca contre les déclarations de Bouteflika sur les droits de l’homme dans la région du Sahara qui s’est terminée par l’incendie du drapeau algérien.

Les deux pays ont échangé des convocations d’ambassadeurs. L’Algérie a également protesté contre une décision de justice condamnant l’homme accusé d’avoir brûlé le drapeau à deux mois de prison.

Mai 2020 :

Le consul du Maroc à Oran, dans l’ouest de l’Algérie, a qualifié l’Algérie de « pays ennemi », incitant le ministère algérien des Affaires étrangères à convoquer l’ambassadeur du Maroc et à déclarer le diplomate impliqué « persona non grata ».

15 juillet 2021 :

L’ambassadeur du Maroc auprès de l’ONU Omar Hilale appelle lors d’une réunion des pays non alignés à « l’indépendance du peuple kabyle » en Algérie. L’Algérie a convoqué son ambassadeur de Rabat pour des consultations et a demandé des éclaircissements.

23 juillet 2012 :

Le ministère algérien des Affaires étrangères proteste contre les autorités de certains pays, notamment le Maroc, qui utilisent le programme d’espionnage israélien Pegasus contre des fonctionnaires et des citoyens algériens. Rabat a nié les accusations mais Alger a exigé que le premier fournisse des preuves.

31 juillet 2021 :

Le roi du Maroc Mohammed VI exhorte l’Algérie à mettre de côté les différends entre les deux voisins et à ouvrir une nouvelle page dans leurs relations.

8 août 2021 :

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a déclaré dans un communiqué que son pays était prêt à tout dialogue, mais a demandé au Maroc de répondre d’abord à la demande d’éclaircissements de l’Algérie concernant la position de Rabat sur le discours de son représentant à l’ONU concernant la région de Kabylie.

11 août 2021 :

Lors de sa visite au Maroc, le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid a exprimé l’inquiétude de son pays quant au rôle de l’Algérie dans la région et son grand rapprochement avec l’Iran. L’Algérie a accusé Rabat d’avoir incité Tel-Aviv contre elle.

18 août 2021 :

Le Conseil suprême de sécurité en Algérie, dirigé par Tebboune, a accusé le Maroc de poursuivre ses « actes d’hostilité » et a appelé à revoir les relations bilatérales et à renforcer la surveillance sécuritaire aux frontières occidentales.

24 août 2021 :

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a annoncé la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc pour ce qu’il a qualifié de « mesures agressives successives ».

« Lorsque les liens sont rompus, cela est suivi d’un examen de toutes les relations et de la vérification de ce qui doit être annulé et de ce qui doit être conservé », a déclaré Lamamra.

Les relations entre les deux pays voisins sont tendues depuis des décennies dans le contexte de la région contestée du Sahara entre Rabat et le Front Polisario soutenu par l’Algérie.

Anadolou, 26/08/2021

* Ecrit par Ibrahim Mukhtar à Ankara