La guerre contre le terrorisme a renforcé le pouvoir de l’État

Terrorisme, Etat Islamique, Daech, Al Qaïda, salafisme, ISIS,

La résistance est futile

Par Thomas Hegghammer

« Quel était, » je demande parfois aux étudiants d’un cours que je donne sur l’histoire du terrorisme, « le nom de la branche de l’État islamique en Europe ? ». C’est une question piège : l’État islamique (également connu sous le nom d’ISIS) n’a jamais créé de branche européenne à part entière. Le calife autoproclamé du groupe, Abu Bakr al-Baghdadi, savait mieux que quiconque qu’il ne fallait pas essayer. En 2014, lorsque l’ISIS a officialisé sa séparation d’Al-Qaïda et s’est imposé comme l’acteur dominant du mouvement salafiste-jihadiste mondial, les services de sécurité occidentaux avaient compris comment rendre impossible l’établissement d’une base d’opérations en Europe ou en Amérique du Nord. Comme Al-Qaïda avant lui, ISIS n’a jamais été présent en Occident que sous la forme de cellules et de sympathisants disparates. Une organisation terroriste traditionnelle – avec une bureaucratie fonctionnelle, des lieux de rencontre réguliers et une production de propagande interne – aurait, comme Baghdadi et ses sbires l’ont compris, eu aussi peu de chance de survivre dans un pays occidental contemporain que la proverbiale boule de neige en enfer.

En fait, cela fait des décennies qu’il n’est plus possible de diriger une organisation terroriste majeure, capable de monter une campagne soutenue d’attentats de grande envergure, en Europe ou en Amérique du Nord. Même les plus notoires des mouvements séparatistes et des milices d’extrême droite qui ont vu le jour dans les pays occidentaux, et dont la rhétorique peut sembler menaçante, sont des opérations relativement modestes ; elles survivent parce qu’elles tuent relativement peu de personnes et ne parviennent jamais à attirer toute l’attention des autorités. Les dernières organisations terroristes à fort impact basées en Occident – les séparatistes basques de l’ETA en France et en Espagne et les paramilitaires loyalistes et républicains en Irlande du Nord – se sont effondrées dans les années 1990 sous le poids des contre-mesures étatiques.

Dans le sillage des attentats du 11 septembre, il semblait que tout cela allait changer. Et bien sûr, les deux dernières décennies ont été marquées par des attaques horribles contre des cibles molles occidentales : l’attentat à la bombe contre une gare à Madrid en 2004, l’attaque d’une salle de concert à Paris en 2015, l’assaut contre une boîte de nuit à Orlando, en Floride, en 2016, entre autres. Mais ces crimes n’étaient pas le fait d’organisations implantées localement, et aucun des auteurs n’a pu frapper plus d’une fois. Bien que, pendant un certain temps, ces essaims d’attaquants faiblement connectés aient périodiquement déjoué les services de sécurité et de renseignement occidentaux, ces derniers se sont adaptés et, de manière définitive, ont prévalu.

Aussi spectaculaires qu’elles aient été, les attaques du 11 septembre n’ont pas indiqué, comme beaucoup le craignaient, que de grandes et puissantes organisations terroristes avaient pris racine en Occident et menaçaient les fondements de son ordre social. Entre-temps, la crainte persistante d’une telle issue – qui n’a jamais été probable – a rendu beaucoup de gens aveugles à une tendance opposée : le pouvoir coercitif sans cesse croissant de l’État technocratique. L’intelligence artificielle ayant déjà renforcé cet avantage, la menace d’une rébellion armée majeure, du moins dans les pays développés, devient pratiquement inexistante.

NIVEAU DE MENACE : SEVERE

À l’aube de ce siècle, les perspectives étaient bien différentes. Les attentats du 11 septembre 2001 étaient largement considérés comme le signe avant-coureur de la montée en puissance d’acteurs non étatiques ultra-létaux qui, beaucoup en étaient convaincus, disposaient de cellules dormantes bien équipées dans de nombreuses villes occidentales, avec des militants qui se fondaient dans les communautés sans se faire remarquer en attendant l’ordre de frapper. Au cours des semaines et des mois qui ont suivi immédiatement le 11 septembre, les preuves de l’existence de ces cellules semblaient être partout : fin septembre et début octobre 2001, une série de lettres contenant de l’anthrax ont été envoyées aux bureaux du Sénat américain et à des organes de presse, et le 22 décembre 2001, un Britannique converti à l’islam sur un vol à destination de Miami a été maîtrisé par ses compagnons de voyage après avoir essayé de mettre le feu à ses chaussures, qui contenaient des explosifs en plastique. Un flux constant de rapports médiatiques a suggéré que les djihadistes avaient accès à des armes de destruction massive. À la fin de l’année 2002, les décideurs ont été surpris par des rapports des services de renseignement indiquant qu’Al-Qaïda prévoyait d’utiliser un dispositif à deux chambres appelé « mubtakkar » (mot arabe signifiant « invention ») pour libérer du cyanure dans le métro de New York. Plus personne n’est à l’abri, insinuaient les présentateurs de journaux télévisés en montrant le baromètre officiel des menaces aux États-Unis, qui clignotait périodiquement en rouge pour signifier « grave ».

L’anxiété ambiante s’est reflétée, sous une forme quelque peu atténuée, dans la réflexion universitaire et stratégique. Après les attaques mortelles au gaz sarin dans le métro de Tokyo perpétrées par la secte extrémiste Aum Shinrikyo en 1995, des universitaires comme Walter Laqueur ont commencé à parler du « nouveau terrorisme », une forme de violence politique caractérisée par le zèle religieux, l’organisation décentralisée et la volonté de faire un maximum de victimes. Les attentats du 11 septembre ont contribué à populariser ces idées, ainsi que l’idée que les sociétés occidentales étaient particulièrement vulnérables à cette nouvelle menace.

L’islamisme militant a effectivement progressé dans les années 1990, et Al-Qaïda a considérablement relevé la barre en démontrant l’ampleur des dégâts que des acteurs non étatiques pouvaient infliger à un pays puissant. À l’époque, les services de sécurité nationale de la plupart des pays occidentaux étaient plus petits qu’aujourd’hui, et comme ces services comprenaient moins bien les acteurs auxquels ils étaient confrontés, les scénarios les plus pessimistes étaient moins facilement démystifiés. Pourtant, il est clair rétrospectivement que les horreurs du 11 septembre ont effrayé beaucoup de gens et les ont poussés à un pessimisme excessif.

La plus grande erreur d’analyse, cependant, n’a pas été de surestimer l’ennemi, mais de sous-estimer la capacité des pays riches et développés à s’adapter et à rassembler des ressources contre les nouvelles menaces. Au lendemain des attentats du 11 septembre, les commentateurs ont souvent dépeint les gouvernements de ces États comme des bureaucraties léthargiques dépassées par des rebelles au pied léger. Au fil des années, cependant, on a vu apparaître des technocraties dynamiques, dotées de moyens financiers importants et d’enquêteurs et d’agents hautement qualifiés. Pour chaque dollar dans les coffres d’ISIS, il y a au moins 10 000 dollars dans la banque centrale américaine. Pour chaque fabricant de bombes d’Al-Qaïda, il y a un millier d’ingénieurs formés au MIT.

Lorsqu’ils ont été confrontés à des menaces pour la sécurité sur leur propre sol, la plupart des États occidentaux ont plié leurs propres règles.
Les gouvernements occidentaux se sont également révélés moins scrupuleux à l’égard de la préservation des droits civils que ce à quoi beaucoup s’attendaient dans les premières années de la guerre contre le terrorisme. Confrontés à des menaces de sécurité sur leur propre sol, la plupart des États occidentaux ont contourné ou enfreint leurs propres règles et ont négligé de se montrer à la hauteur de leurs idéaux libéraux autoproclamés.

L’un des biais cognitifs les plus répandus dans l’analyse stratégique consiste à considérer le comportement de l’adversaire comme régi par des facteurs exogènes, tels qu’une stratégie rusée ou des ressources matérielles. Mais le terrorisme est un jeu stratégique entre des États et des acteurs non étatiques, et ce que les rebelles sont capables de faire dépend fortement des contre-mesures prises par un État. En bref, il importe peu que les nouveaux terroristes soient bons, car ceux qui les pourchassent sont encore meilleurs.

Pour comprendre pourquoi, il faut examiner les fondements de la compétition. Les groupes terroristes dans les États occidentaux – ou dans tout autre pays pacifique et relativement stable, d’ailleurs – sont généralement de minuscules factions qui ne contrôlent aucun territoire. Négligés par les forces combinées de l’État, ils bénéficient d’un avantage clé : l’anonymat. Ils peuvent opérer tant que les forces de l’ordre ignorent qui ils sont et où ils sont basés. Le contre-terrorisme est donc fondamentalement une affaire d’information : les services de sécurité s’efforcent d’identifier et de localiser les suspects, tandis que ces derniers tentent de rester cachés. Une campagne de terrorisme est une course contre la montre, dans laquelle les terroristes parient qu’ils peuvent attirer de nouvelles recrues ou vaincre l’État plus vite que la police ne peut les traquer.

Grâce aux enquêtes, à l’analyse des renseignements et aux recherches, les connaissances de l’État sur les terroristes augmentent progressivement. S’ils ne parviennent pas à attirer de nouvelles recrues assez rapidement pour rendre ces connaissances constamment obsolètes, les terroristes perdront la course. La plupart des campagnes terroristes suivent donc une courbe d’activité qui commence par un niveau élevé, puis diminue progressivement, avec parfois un sursaut à la fin lorsque les militants font une dernière tentative désespérée pour renverser la vapeur.

Les campagnes terroristes sont également façonnées par les technologies de communication. Les nouvelles techniques de cryptage, par exemple, peuvent aider les terroristes à échapper à la détection, et les nouvelles plateformes de médias sociaux peuvent les aider à diffuser leur propagande et à recruter de nouveaux membres. Mais les groupes terroristes ne disposent généralement que d’une brève fenêtre pour profiter des fruits de chaque nouvelle technologie avant que les États ne développent des contre-mesures telles que le décryptage ou la surveillance. Par exemple, en 2003, les agents d’Al-Qaïda en Arabie saoudite ont utilisé les téléphones portables avec beaucoup d’efficacité, mais en l’espace d’un an, la surveillance gouvernementale a fait de ces mêmes appareils un handicap.

LA PREMIÈRE GUERRE CONTRE LE TERRORISME

De manière générale, les États occidentaux ont mené deux guerres dites « contre le terrorisme » : l’une contre Al-Qaïda au cours de la première décennie de ce siècle et l’autre contre ISIS dans les années 2010. Dans chaque cas, une nouvelle organisation s’est développée, en grande partie inaperçue, dans une zone de conflit, avant de surprendre la communauté internationale par une offensive transnationale, pour être ensuite repoussée par un effort de contre-terrorisme désordonné. Dans chaque cas, les militants ont d’abord bénéficié d’agents et de sympathisants inconnus des gouvernements occidentaux, mais ont perdu cet avantage lorsque ces derniers ont cartographié leurs réseaux. De même, les innovations technologiques ont profité aux terroristes au départ, mais sont devenues une vulnérabilité au fil du temps.

Al-Qaïda est né d’un petit groupe d’anciens combattants arabes du djihad afghan des années 1980 qui, au milieu des années 1990, ont décidé de mener une guerre asymétrique contre les États-Unis pour mettre fin à ce qu’ils considéraient comme l’impérialisme occidental dans le monde musulman. Le groupe s’est renforcé à la fin des années 1990, en partie grâce à l’accès à des territoires en Afghanistan, où il a entraîné des combattants et planifié des attaques dans une paix relative. Des centaines de volontaires du monde musulman, d’Europe et d’Amérique du Nord ont participé à ces camps entre 1996 et 2001. Les gouvernements occidentaux n’y ont guère prêté attention, car ils ne les considéraient pas comme une menace majeure pour le territoire des États-Unis ou de l’Europe. Le 11 septembre, le groupe a bénéficié de l’élément de surprise et de l’anonymat relatif de ses agents.

L’élan d’al-Qaïda a duré une demi-décennie de plus, les États occidentaux s’efforçant de cartographier les réseaux du groupe. Le centre de Guantánamo Bay, qui a été mis en place au début de l’année 2002 pour emprisonner des personnalités importantes d’Al-Qaïda mais qui a fini par détenir principalement des personnes de bas niveau (et certaines personnes qui n’avaient aucun lien avec le groupe), est un monument à ce problème d’information précoce. En 2002, le secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld, a qualifié les détenus de Guantánamo de « pires des pires ». En réalité, les États-Unis n’avaient guère d’idée du rôle, le cas échéant, que ces détenus avaient joué dans Al-Qaïda, car les autorités de Washington savaient relativement peu de choses sur les opérations ou le personnel du groupe.

Pendant ce temps, Al-Qaïda lui-même grandissait et se transformait d’une organisation en un mouvement idéologique. Il a attiré des milliers de nouveaux sympathisants dans le monde entier, en partie grâce à la publicité générée par les attentats du 11 septembre, en partie grâce à la croissance de la propagande jihadiste en ligne et en partie grâce à l’indignation des musulmans suscitée par l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003. Entre 2001 et 2006, des cellules formées ou inspirées par Al-Qaïda ont perpétré de multiples attentats en Europe, dont les plus célèbres sont les attentats de Madrid en 2004 et les attentats à la bombe dans le métro de Londres en 2005. Des dizaines de complots ont également été déjoués, comme celui de 2006 dans lequel une cellule basée au Royaume-Uni prévoyait de faire exploser plusieurs avions commerciaux en apportant les ingrédients de la bombe à bord dans de petits conteneurs et en assemblant les bombes après le décollage. (Ce complot est la raison pour laquelle, aujourd’hui encore, les passagers ne sont pas autorisés à faire passer des bouteilles d’eau aux contrôles de sécurité des aéroports).

Mais les capacités des services de renseignement occidentaux s’accroissent également. Dans toute l’Europe occidentale et en Amérique du Nord, le nombre d’analystes travaillant sur le djihadisme est monté en flèche à la suite du 11 septembre. Les services de sécurité des États ont conçu de nouveaux systèmes de collecte de renseignements d’origine électromagnétique et ont échangé davantage d’informations entre eux. De nombreux pays ont adopté des lois qui ont effectivement abaissé la barre des enquêtes et des poursuites contre les suspects, souvent en élargissant la définition de l’activité terroriste pour y inclure la fourniture d’un soutien logistique aux groupes terroristes. Les disques durs ont commencé à se remplir de données, les imprimantes à produire des graphiques de réseaux et les enquêteurs à étudier les points les plus fins de l’idéologie islamiste.

Le vent a finalement tourné vers 2007. À cette époque, les réseaux qu’Al-Qaïda avait développés en Europe avant le 11 septembre avaient tous été démantelés et les autorités avaient trouvé le moyen d’arrêter un certain nombre de religieux extrémistes basés dans des pays occidentaux. Le nombre de complots djihadistes en Europe a diminué, tout comme la quantité de propagande d’al-Qaïda en ligne. Sur les forums de discussion jihadistes en ligne, où les utilisateurs se sentaient auparavant suffisamment en sécurité pour partager leurs numéros de téléphone, la crainte de l’infiltration et de la surveillance est devenue palpable. Les branches d’al-Qaïda au Moyen-Orient étaient également en perte de vitesse, notamment en Irak et en Arabie saoudite. Les États-Unis ont connu une brève recrudescence des attentats en 2009 et 2010 – liée en partie à l’influence du prédicateur salafi-jihadiste yéménite américain Anwar al-Awlaki – mais cela n’a pas suffi à changer le tableau général. En 2011, l’humeur des cercles occidentaux de lutte contre le terrorisme était devenue prudemment optimiste. La vague de soulèvements populaires dans le monde arabe qui a commencé à la fin de 2010, et qui a été connue sous le nom de Printemps arabe, promettait de mettre fin à l’autoritarisme que beaucoup considéraient comme la cause première du jihadisme. Lorsque les phoques de la marine américaine ont tué Oussama ben Laden à Abbottabad, au Pakistan, le 2 mai 2011, il était possible d’envisager que la guerre contre le terrorisme touchait à sa fin.

Foreign affairs, septembre/octobre 2021