Guéguerre entre le Maroc et une chercheuses allemande

Maroc, Allemagne, Sahara Occidental, Algérie, Union Européenne, UE, Afrique, #Maroc, #Algérie,

Maroc : la critique de la science comme moyen de pression ?

Une étude de la chercheuse allemande spécialiste du Maghreb, Isabelle Werenfels, est critiquée par les médias marocains. Ses détracteurs l’accusent d’avoir un programme anti-marocain. Mais il ne s’agit probablement que superficiellement de science.

Même le roi du Maroc a apparemment trouvé l’étude digne d’être commentée. Le Maroc, a déclaré Mohammed VI dans son « Discours à la Nation » du 20 août 2021, également documenté en français, fait actuellement face à une « agression délibérée et préméditée ». Les « ennemis » de l’intégrité territoriale du Royaume ne veulent pas que le Maroc reste une puissance libre, forte et influente. Pour prouver les activités de ces ennemis – « principalement des pays européens » – il s’est référé à des « rapports » non précisés qui avaient « dépassé les limites de l’acceptable » et « préconisé de restreindre le développement du pays. »

Ces remarques ont été accompagnées d’une série d’articles dans les médias marocains – y compris les médias anglophones tels que Morocco World News ou The North Africa Post – qui se sont opposés, parfois sur un ton tranchant, à une étude publiée en novembre dernier par la chercheuse maghrébine Isabelle Werenfels de la « Stiftung Wissenschaft und Politik » (SWP) basée à Berlin.

L’article lui-même traite de la réussite de la politique africaine du Maroc. Selon M. Werenfels, cette politique a fait du royaume un État influent en Afrique – contrairement aux deux pays voisins, l’Algérie et la Tunisie, qui ont connu des succès pour le moins modestes, tant sur le plan politique qu’économique. Dans le sens d’une politique de cohésion, Werenfels plaide dans son article pour une promotion plus forte des deux pays voisins. Dans le « Morocco World News », cela a été interprété comme un plaidoyer pour une tentative d’empêcher « l’émergence d’une nouvelle puissance indépendante de l’influence occidentale » – le Maroc.

La colère contre l’Allemagne

L’article se trouvait sur le site web de l’Institut allemand pour les affaires internationales et la sécurité depuis près de neuf mois lorsqu’il est soudainement devenu la cible des médias marocains. Ce n’est pas surprenant, suggère Isabelle Werenfels dans une interview à la Deutsche Welle. « Le débat s’est engagé après que le président américain de l’époque, Donald Trump, a déclaré en décembre 2020 qu’il reconnaîtrait le Sahara occidental comme territoire marocain. » L’Allemagne, a-t-il dit, n’a pas suivi cette ligne en raison de préoccupations liées au droit international. « Mon document a simplement été très utile pour construire une ligne d’argumentation contre la politique étrangère allemande. Il ne s’agit pas tant de moi que de la relation germano-marocaine dans son ensemble. » Cette situation a été mise à mal pendant un certain temps par le refus de l’Allemagne de reconnaître les revendications marocaines sur le Sahara occidental. En mai, le Maroc a retiré son ambassadeur de Berlin. Depuis, c’est le silence radio entre Rabat et Berlin, et les relations sont gelées.

Dans le détail, elle a du mal à comprendre les critiques, dit Werenfels. « Apparemment, le Maroc veut faire monter les tensions une fois de plus et dépeindre l’Allemagne comme la nation qui veut freiner le développement marocain au sein de l’Europe. »

Une critique acerbe

Certaines des critiques dans les journaux marocains sont très acerbes. Le magazine d’information francophone « Challenge », par exemple, affirme que l’essai manque de rigueur scientifique et n’apporte aucune preuve.

Dans une interview accordée à la DW, Mme Werenfels a déclaré qu’elle avait l’impression que les commentateurs se concentraient sur une phrase de son étude, qui, comme tous les documents du SWP, avait été soumise à un processus interne rigoureux de vérification des faits et d’examen par les pairs. Au vu du fort développement du Maroc, l’auteur avait recommandé à l’Union européenne de se concentrer sur l’intégration africaine et la coopération multipartite entre l’UE, le Maghreb et l’Afrique subsaharienne. « Cela », dit l’essai, « pourrait relativiser les prétentions hégémoniques du Maroc ».

C’est le mot que les commentateurs ont désormais placé au centre de leur critique : « hégémonie ». « Ils ont lu la phrase comme si je plaidais pour que l’on freine le Maroc », dit Werenfels. « Pourtant, je dis très clairement par la suite qu’il ne s’agit pas de renforcer la politique marocaine ou algérienne et tunisienne, c’est-à-dire de jouer les États les uns contre les autres – mais au contraire de promouvoir des approches constructives en général », a déclaré le politologue. Toutefois, compte tenu des capacités disponibles dans le pays et des énormes progrès réalisés par le Maroc dans sa politique africaine, il est également « clair que le pays est moins dépendant de l’expertise technique de l’Allemagne que la Tunisie ou l’Algérie en ce qui concerne l’Afrique subsaharienne. » L’Algérie entretient traditionnellement des relations tendues avec le Maroc. Fin août, le pays a suspendu ses relations diplomatiques avec le royaume voisin.

Un ton anticolonialiste

Cependant, il pourrait y avoir plus que cela derrière les critiques, dit Werenfels. Rétrospectivement, elle se demande si la critique n’était pas principalement basée sur le terme « hégémonie » mais sur une autre affirmation. « Je faisais référence à la déclaration d’acteurs de la société civile au Maroc, qui critiquent le fait que l’effet de ruissellement de la politique africaine est relativement faible, c’est-à-dire que relativement peu de la richesse générée atteint la population en général. Il s’agit, bien entendu, d’un point très sensible qui peut également avoir provoqué un certain ressentiment. »

Dans certaines critiques, il y a au moins un ton anticolonialiste latent, dirigé moins contre Werenfels que contre l’Europe dans son ensemble. Certaines organisations occidentales « ne s’intéressent qu’aux bénéfices que l’Europe peut en tirer et à la manière d’empêcher l’émergence d’une nouvelle puissance indépendante de l’influence occidentale », indique par exemple Morocco World News.

Intégration économique

De telles accusations sont absurdes au vu des grands investisseurs en Afrique tels que la Chine et les États-Unis – et de plus en plus aussi la Turquie et les États du Golfe, estime M. Werenfels. Seule la France pourrait percevoir le Royaume du Maroc comsame un concurrent en Afrique occidentale. L’UE dans son ensemble, dit-il, a des ambitions beaucoup plus limitées. « Et j’ai également écrit que l’Europe fait trop peu pour promouvoir l’intégration économique en Afrique », déclare M. Werenfels.

L’UE doit s’assurer que, dans les négociations sur les accords de libre-échange avec les États du Maghreb, elle tient compte des conséquences possibles pour la zone de libre-échange africaine lancée en janvier 2020. Certaines voix, pas seulement au Maroc, considèrent les accords bilatéraux entre l’UE et les États du Maghreb comme une tentative de saper l’intégration africaine. « Le fait est que tout le monde profiterait d’une plus grande intégration de l’Afrique et d’une suppression plus forte de la division entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne sur le plan économique. »

Une faiblesse pour l’Algérie ?

Werenfels s’est peut-être rendue personnellement vulnérable en professant sa grande faiblesse pour l’Algérie sur son profil Twitter. « Cependant, ceci est basé sur le fait que j’ai fait mon doctorat sur l’Algérie. Rétrospectivement, bien sûr, cet aveu s’avère être une erreur – même si j’ai critiqué à plusieurs reprises la politique algérienne dans d’innombrables tweets. » Et ce n’est en aucun cas le cas que le gouvernement algérien la perçoive comme pro-algérienne, dit Werenfels, c’est plutôt le contraire qui est probable : « Je n’ai pas reçu de visa pour l’Algérie depuis 2019, malgré de multiples demandes. »

DW, 31/08/2021