Espagne: Albares très réservé sur le Maroc au Parlement

Maroc, Espagne, Sahara Occidental, #Maroc, #Espagne, #SaharaOccidental,

Le ministre des Affaires étrangères fait ses débuts au Congrès avec des pieds de plomb vis-à-vis du Maroc.
Albares décrit le pays du Maghreb comme un « ami » et évite de se prononcer sur le Sahara. L’ensemble de la Chambre, à l’exception du PP et de Vox, soutient l’exécutif sur les évacuations de Kaboul.

« C’est un partenaire, un voisin et un ami ». Tous les mots étaient bons pour le Maroc lors des débuts parlementaires du ministre des affaires étrangères. José Manuel Albares a déclaré lundi au Congrès qu’une nouvelle ère avait commencé dans les relations avec Rabat, et que l’Espagne était prête à oublier le dernier incident du mois de mai, lorsque les autorités marocaines ont ouvert la frontière pour que des milliers d’immigrants entrent illégalement à Ceuta. Dans ce climat de détente, Albares s’est conduit avec des pieds de plomb devant les députés, peu enclin à entrer dans les détails de la résolution de la crise avec Rabat. Le ministre n’a même pas voulu préciser si l’Espagne maintiendra sa position sur le Sahara Occidental.

Le Sahara a été, au moins indirectement, le déclencheur de la crise, suite à la réaction furieuse du Maroc à l’accueil en Espagne du leader du Front Polisario, Brahim Gali, pour un traitement médical. En conséquence, plusieurs députés, en particulier ceux des groupes nationalistes, ont profité de l’apparition d’Albares devant la Commission des affaires étrangères du Congrès pour tenter de lui faire préciser si la réconciliation avec Rabat conditionnera la position du gouvernement sur le territoire envahi par le Maroc en 1976 après la décolonisation de l’Espagne. Telle était l’insistance de certains parlementaires et la ténacité du ministre pour éviter tout mot qui pourrait assombrir la nouvelle étreinte diplomatique entre Madrid et Rabat après le plus grave conflit depuis deux décennies.

« Au Sahara, nous ne sommes pas un acteur comme les autres, nous avons une responsabilité historique », a souligné le porte-parole du PNV, Aitor Esteban. Personne n’a autant insisté sur ce point que Jon Iñarritu d’EH Bildu, malgré le peu de succès de son examen du ministre. « Tu es très clair quand tu veux l’être, mais pas du tout quand tu ne veux pas l’être », a-t-il fini par se plaindre. Iñarritu a également été le plus direct, demandant deux fois au ministre si l’Espagne maintient son soutien à un référendum d’autodétermination au Sahara, comme l’établit la doctrine de l’ONU. Mais Albares a eu du mal à le faire sortir de sa prudence. « Le cadre est toujours celui de l’ONU », s’est-il contenté de répondre sans autre précision. « La relation avec le Maroc est beaucoup plus large que le Sahara », a-t-il ajouté pour justifier son manque d’intérêt à discuter de la question. Le ministre a terminé par la promesse classique que le gouvernement fera toujours passer les « intérêts de l’Espagne » en premier dans ses relations avec le Maroc.

Le PP, dont l’indignation contre le gouvernement après les événements de mai a cédé la place à un ton plus bas depuis que la tempête diplomatique s’est calmée, a également contribué à sa manière. Le PP s’en prend maintenant au gouvernement à propos de la crise afghane, principale raison de la présence du ministre au Parlement. Ils n’ont pas été découragés par les félicitations que l’opération d’évacuation de Kaboul a reçues d’Europe et des États-Unis, rejoints lundi par une large majorité du Congrès, de Ciudadanos à EH Bildu, du PNV à ERC. « Personne qui n’est pas aveuglé par le sectarisme ne peut nier le travail qui a été fait », a déclaré Gerardo Pisarello de Unidas Podemos. Seuls Vox et le PP ont choisi de disqualifier carrément les actions de l’exécutif, avec un ton plus blessant même dans le cas du PP.

La porte-parole du PP pour les affaires étrangères, Valentina Martínez, a reproché au président du gouvernement de ne pas avoir appelé le chef de l’opposition ou de ne pas être venu personnellement donner des explications au Congrès face au « plus grand échec international que l’Occident ait jamais connu ». Il a qualifié Albares de « bouclier humain » de Pedro Sánchez au Parlement. Et il l’a accusé de « prendre la responsabilité de ce pour quoi d’autres se sont battus ». Selon M. Martínez, l’évacuation a fonctionné grâce aux diplomates et aux militaires, et malgré un gouvernement qu’il a qualifié de « travail bâclé, paresseux et inconsidéré ».

Le ministre, sans renoncer au ton extrêmement poli qu’il cultivait pour ses débuts dans l’hémicycle, après un mois et demi de mandat, s’est permis une ironie avec Martínez. Face à l’insistance du député populaire à reprocher au gouvernement de ne pas avoir vu venir le triomphe des talibans, il a répondu : « Je peux comprendre que vous l’ayez prévu, mais ce n’était pas le cas des rapports des services de renseignement, du Premier ministre britannique, du président des États-Unis… ». Albares a été catégorique en assurant que l’Espagne ne reconnaîtrait jamais le régime des Talibans.

Le ministre, sans renoncer au ton extrêmement poli qu’il cultivait pour ses débuts dans l’hémicycle après un mois et demi de mandat, s’est laissé aller à une petite ironie avec Martínez. Face à l’insistance du député populaire à reprocher au gouvernement de ne pas avoir vu venir le triomphe des talibans, il a répondu : « Je peux comprendre que vous l’ayez prévu, mais ce n’était pas le cas des rapports des services de renseignement, du premier ministre britannique, du président des États-Unis… ». Albares a été catégorique en assurant que l’Espagne ne reconnaîtrait jamais le régime des Talibans.

Sur un point, cependant, la critique du gouvernement a été plus répandue : ce que plusieurs groupes, de droite comme de gauche, ont considéré comme un ton trop triomphaliste. La « mission accomplie » que Sánchez a proclamée après avoir mis fin à l’opération d’évacuation a été remise en question à l’unisson par les députés du PP, de Ciudadanos et des nationalistes, qui ont rappelé que des collaborateurs espagnols sont toujours piégés en Afghanistan. Albares est ensuite entré dans la nuance. Il a déclaré que ce qui s’est terminé est une opération et qu’une autre commence maintenant, en collaboration avec plus de pays, mais avec le même objectif : « ne laisser personne derrière ». « L’Espagne a fait tout ce qu’elle pouvait et continuera à le faire. Nous ne lâcherons rien », a-t-il promis solennellement.

La volonté du ministre d’esquiver les questions les plus compromettantes a également été mise à l’épreuve lorsqu’il a évoqué l’arrivée éventuelle d’une nouvelle vague de réfugiés en Europe. La question de savoir s’il y a des plans en place ou du moins des idées préalables a été soulevée de tous les côtés de la Chambre. A gauche, la CUP s’est insurgée contre ce qu’elle considère comme un manque de générosité de l’Europe dans l’accueil des réfugiés. À droite, Vox a affirmé, par la bouche de son porte-parole, Iván Espinosa de los Monteros, que l’ouverture des portes à ceux qui fuient les talibans serait « un non-sens pour la sécurité nationale » et aurait « un coût inabordable ».

M. Albares a été très clair en précisant que l’engagement de l’Espagne se limite pour l’instant exclusivement aux collaborateurs afghans et que ceux des autres pays qui arrivent au centre de Torrejón ne sont qu’en transit. Il a été aussi clair sur ce point qu’il a été vague en répondant à la question de savoir ce qui sera fait si un flot de réfugiés arrive. Sur ce point, a-t-il dit, l’UE a son mot à dire.

El Pais, 30/08/2021