Congo: Ancien ministre de la santé accusé de fraude au COVID-19

Congo, fraude covid 19, #Congo,

KINSHASA, Congo (AP) – Les autorités ont arrêté l’ancien ministre de la Santé publique du Congo, le Dr. Eteni Longondo, tard vendredi, suite à des allégations selon lesquelles il aurait détourné plus d’un million de dollars de fonds alloués par la Banque mondiale pour lutter contre la pandémie de COVID-19.

Longondo, qui a clamé son innocence, a été conduit à la prison centrale de Makala après une procédure judiciaire de plusieurs heures à Kinshasa, selon l’inspecteur général des finances Jules Alingeti.

On ignorait dans l’immédiat quelles étaient les charges spécifiques pesant sur Longondo et s’il avait engagé un avocat.

Les actes de mauvaise gestion présumés ont été mis en évidence lors d’enquêtes menées au ministère de la Santé et à la Banque centrale du Congo, a déclaré M. Alingeti.

Lors d’une conférence de presse mercredi, Longondo avait vivement nié les allégations, déclarant qu’il n’y a « jamais eu de détournement de fonds de Covid-19 au ministère de la Santé. »

Longondo avait été nommé ministre de la Santé en 2019 et a géré la première vague de la pandémie de COVID-19 au Congo avant d’être remplacé en avril.

Le Congo a connu plus de 54 000 cas confirmés de coronavirus, dont 1 053 décès, bien que ces chiffres soient largement considérés comme une vaste sous-estimation car les tests restent limités.

Les efforts de vaccination ont également été compromis lorsque le pays a décidé de ne pas utiliser les dons de vaccins AstraZenica, en raison de préoccupations quant à leur lien avec des caillots sanguins mortels. La campagne a repris depuis, mais la désinformation et l’appréhension à l’égard des vaccins COVID-19 restent élevées.

Les responsables de la santé ont également dû faire face à d’autres crises sanitaires graves, notamment une épidémie de rougeole qui a tué plus de 7 000 personnes entre 2019 et août 2020, et une épidémie d’Ebola plus tôt cette année à Butembo.

En 2019, la police a arrêté un autre ancien ministre de la Santé publique accusé de détournement de fonds. Oly Ilunga a nié avoir détourné des fonds lors d’une précédente épidémie d’Ebola dans l’est du Congo, mais a été condamné à cinq ans de prison et a juré de faire appel du verdict.