L’Espagne entre le gaz de l’Algérie et les frontières du Maroc

Espagne, Maroc, Algérie, Sahara Occidental, #Maroc, #Algérie, #SaharaOccidental,

Sa position stratégique est en danger : L’Espagne hésite entre deux eaux : le gaz de l’Algérie ou les frontières du Maroc.

À dix kilomètres à peine de Cadix, une situation très tendue se développe, qui pourrait conduire à une confrontation directe entre nos voisins les plus stratégiques d’Afrique du Nord.

Alors que l’Espagne observe avec étonnement le retrait des forces multinationales d’Afghanistan, à dix kilomètres à peine de Cadix se développe une situation de haute tension qui, pour l’instant, est diplomatique, mais qui pourrait conduire à une confrontation directe entre ceux qui sont, sans aucun doute, nos voisins les plus stratégiques en Afrique du Nord : l’Algérie et le Maroc.

Le 25 août, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a annoncé la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc. Entre autres raisons, le gouvernement algérien a accusé le royaume alaouite d’entretenir des liens avec des « organisations terroristes » telles que le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MPAK) et le groupe islamiste Rachad. Alger accuse directement Rabat de fournir des renseignements aux deux groupes, car les autorités algériennes « avaient reçu des informations selon lesquelles certaines organisations terroristes recevaient un soutien financier des services de renseignements marocains pour mener des actes de sabotage dans plusieurs États du pays, notamment des incendies de forêt, à la suite d’une réunion tripartite supervisée par l’attaché militaire de l’ambassade du Maroc à Paris ».

C’est une accusation sévère, même pour un langage diplomatique timoré, et qui met en évidence l’impulsion que les deux capitales donnent depuis longtemps au Sahara occidental et à la région indomptable de Kabylie, toile de fond d’une relation angoissante dans laquelle l’Espagne a de nombreux intérêts stratégiques aussi bien qu’économiques en jeu.

Comme à l’accoutumée, le Maroc affirme avoir « pris note » du communiqué algérien, une pratique qui rappelle fortement la réponse donnée il y a quelques mois lorsque le leader sahraoui Brahim Ghali a atterri en Espagne après un échange dialectique grotesque entre l’Espagne et le Maroc qui a conduit à l’entrée illégale de milliers de Marocains à Ceuta.

L’Espagne va commencer sans « gaz marocain ».

L’histoire du retour de bâton entre le Maroc et l’Algérie a commencé en juin, lorsque, comme l’a rapporté La Información, Rabat a remis en question la viabilité future du gazoduc maghrébin qui transporte le gaz des champs gaziers algériens de Hassi R’Mel et entre directement à Cordoue par le détroit de Gibraltar. Il s’agissait clairement d’une manœuvre d’intimidation contre Madrid, car le gazoduc permet de fournir 9000 mètres cubes de gaz naturel à l’Espagne via le Maroc. La tactique du royaume marocain consistait à faire traîner en longueur les négociations compliquées visant à renouveler une concession vieille de 25 ans, dont la date limite pour cesser d’être une réalité est fixée à novembre.

De son côté, l’Algérie n’a pas manqué l’occasion de s’attaquer à son ennemi intime, et a encore resserré l’étau en annonçant qu’elle ne renouvellerait pas la concession du gazoduc. Son intention n’est pas tant de remettre en cause l’approvisionnement énergétique de l’Espagne que d’affaiblir la position de négociation du Maroc, qui perdrait un point d’approvisionnement stratégique avec lequel il pourrait faire pression sur Madrid à l’avenir. Les entreprises qui exploitent l’infrastructure traversant le royaume alaouite, notamment les sociétés espagnoles Naturgy et Enagás, ont depuis longtemps constitué des provisions pour les pertes qui résulteraient d’une éventuelle restriction de l’approvisionnement par le détroit de Gibraltar.

Pour réaffirmer sa position, le ministre algérien de l’énergie et des mines a confirmé, le lendemain de la rupture des relations, que l’Algérie continuerait à exporter du gaz vers l’Espagne, mais uniquement par le biais du gazoduc qui relie directement les côtes algériennes et espagnoles. En tout état de cause, l’Espagne a déjà perdu un moyen logistique d’approvisionnement en énergie, ce qui, dans un scénario de hausse continue du marché international du gaz, pourrait se retourner contre le gouvernement espagnol, déjà soumis à une forte pression en raison de l’augmentation excessive des factures d’électricité.

L’éternel conflit sahraoui

Outre le flanc économique, la rupture des relations diplomatiques entre Marocains et Algériens a ouvert de nombreuses autres voies à l’Espagne. Le Sahara occidental est devenu un lieu hautement explosif et un foyer d’instabilité internationale dans lequel Madrid, malgré ses tentatives de disparition, reste un acteur de premier plan dans la région.

Dans ce théâtre diplomatique, le Maroc est main dans la main avec les Etats-Unis, tout comme l’Algérie est main dans la main avec la Russie. Chaque coup d’État dans le Sahara est contre-programmé par un mouvement similaire dans la région sauvage de Kabylie en Algérie, qui abrite de forts sentiments indépendantistes parmi la communauté berbère amazigh. Le Rif, le grand Rif, a toujours été une région troublée où le Maroc et l’Algérie ont beaucoup à perdre avec les Rifains et les Kabyles.

L’affaire Mohamed Abdellah

Un autre événement qui est passé inaperçu et dans lequel l’Espagne est une fois de plus impliquée est la situation de l’activiste algérien Mohamed Abdellah. Cet ex-gendarme devenu « youtuber » a publié des informations compromettantes pour le gouvernement algérien dans lesquelles il affirme qu’une grande partie de la classe politique s’enrichit au détriment de la sécurité nationale.

Son travail en tant que membre de la gendarmerie stationnée à la frontière algéro-tunisienne l’a amené à découvrir des cas de pots-de-vin, de corruption et d’abus de pouvoir de la part de ses anciens collègues. En 2018, il a décidé de quitter le pays pour l’Espagne, demandant la protection du gouvernement espagnol en tant qu’ancien gendarme et alléguant une persécution politique dans son pays. En août 2020, il subit une agression qu’il attribue aux services secrets algériens.

L’Espagne vient de remettre Mohamed Abdellah aux autorités algériennes, qui le traduisent en justice pour des attaques présumées contre la nation.

Malgré les signes évidents de persécution, l’Espagne vient de remettre Abdellah aux autorités algériennes, qui le traduisent en justice pour de prétendus attentats contre la nation, implication terroriste, financement de groupes terroristes et blanchiment d’argent. Sur ce point, le ministère espagnol de l’intérieur a gardé un silence scrupuleux qui n’a toutefois pas aidé le « youtuber » à affronter un procès au cours duquel il sera probablement condamné à passer, au mieux, une longue période dans une prison algérienne.

Pour sa part, le Maroc brandit cette situation comme un nouveau signe que le gouvernement espagnol fait pencher la balance diplomatique vers l’Algérie, favorisant clairement les intérêts d’un pays qui, ces dernières années, a pris une dérive clairement militariste et dans lequel les généraux de l’armée sont devenus une nouvelle élite intouchable au pouvoir omnipotent.

Pour le moment, le Maroc semble jouer ses cartes politiques beaucoup mieux. D’une part, il a inscrit la question sahraouie à l’ordre du jour international et a obtenu le soutien des États-Unis. D’autre part, il a également conclu de nombreux accords commerciaux avec le Royaume-Uni, grâce à sa position sur le marché de l’hydrogène, où elle est en concurrence directe avec l’Espagne. Elle a renforcé ses relations avec le Portugal dans le domaine de la logistique et des transports, en raison des représailles exercées contre Madrid pour l’incident du Ghali, qui a coûté son poste à une ministre espagnole des affaires étrangères, rien de moins. Comme si tout cela ne suffisait pas, le Maroc a rejoint les rangs des pays qui rétablissent leurs relations avec Israël, autre partenaire stratégique des Marocains. Les Hébreux, en plus d’être des leaders en matière d’investissements dans les énergies renouvelables et les technologies, semblent plus disposés que jamais à faire du Maroc leur fer de lance en Afrique du Nord.

L’Espagne, dirigée par le nouveau ministre des affaires étrangères, José Manuel Albares, semble vouloir tourner la page et se joindre à la nouvelle vague de soutien dont bénéficie Rabat. Toutefois, M. Albares devra faire très attention à ne pas briser une corde dans laquelle l’Espagne joue bien plus que des milliards dans des contrats gaziers : sa position stratégique en Méditerranée occidentale est en jeu. Jusqu’à présent, tant les Marocains que les Algériens ont tenté de s’attirer les faveurs de cette zone, et l’Espagne a toujours su nager entre deux eaux qui semblent aujourd’hui plus turbulentes et dangereuses que jamais.

La Informacion, 28/08/2021