Débats au Comité des 24 (26 août 2021)

Sahara Occidental, Maroc, Algérie, Gibraltar, Iles Falkland, Malouines, #SaharaOccidental, #Maroc, #Algérie,

Les orateurs se concentrent sur les questions du Sahara Occidental, de Gibraltar, des îles Falklands (Malvinas), alors que le séminaire régional des Caraïbes entame sa deuxième journée.

SAINT JOHN’S PARISH, Dominique, 26 août – La longue question du Sahara occidental, le seul territoire d’Afrique qui reste sur la liste de décolonisation des Nations Unies, a occupé le devant de la scène lors de la deuxième journée du Séminaire régional des Caraïbes aujourd’hui, avec des intervenants qui ont également discuté de Gibraltar et des îles Falkland (Malvinas)*.

Organisé sous les auspices du Comité spécial de la décolonisation, le thème du Séminaire 2021 est « Tracer une voie dynamique pour la décolonisation à l’aube de la quatrième Décennie internationale et à la lumière de la pandémie de coronavirus (COVID-19), par l’engagement envers le mandat, la collaboration, le pragmatisme et l’agilité ». (Pour plus d’informations, voir les communiqués de presse GA/COL/3348 du 23 août et GA/COL/3349 du 25 août).

Le Comité spécial est officiellement connu sous le nom de Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux.

Le représentant du Frente Popular de Liberación de Saguía el Hamra y Río de Oro (Frente Polisario) a noté que le Sahara Occidental est à l’ordre du jour du Comité spécial depuis 1963, pourtant la décolonisation par l’expression libre et authentique de la volonté de son peuple dans l’exercice de son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance reste en suspens à ce jour. Cela est dû à l’occupation militaire continue du Maroc et à sa frustration de tous les efforts de décolonisation entrepris par les Nations Unies, l’Organisation de l’unité africaine et l’Union africaine, y compris les plans pour un référendum, a-t-il dit.

Ghalla Bahiya, qui s’est présentée comme vice-présidente de la région de Dakhla Oued-Eddahab, a pris la parole pour soutenir la souveraineté du Maroc sur le territoire. Elle a expliqué en détail les efforts de développement en cours de ce pays, sa réponse à la pandémie COVID-19 et son initiative d’étendre l’autonomie au Sahara, qui, selon elle, a le soutien d’une majorité d’États membres. Le développement est irréversible et bénéficiera exclusivement à la population locale, a-t-elle ajouté.

Plusieurs membres du Comité spécial ont souligné que la question du Sahara occidental doit être résolue de manière pacifique et par le biais de compromis. Ils ont recommandé que le prochain Envoyé spécial du Secrétaire général s’appuie sur les progrès déjà réalisés en convoquant une troisième table ronde réunissant le Maroc, le Front Polisario, l’Algérie et la Mauritanie. La dernière table ronde a eu lieu à Genève en 2019.

Le représentant de l’Algérie a déclaré que des décennies d’inaction ont conduit à une détérioration de la situation sur le terrain et à l’effondrement du cessez-le-feu de 1991, alors que le poste d’envoyé spécial du secrétaire général est vacant depuis plus de deux ans. Même au milieu de cette pandémie, le peuple du Sahara Occidental est soumis à des violations flagrantes de ses droits et au pillage de ses ressources naturelles, a-t-il noté.

Le représentant du Maroc a soutenu que le Sahara marocain a été complètement décolonisé, définitivement rendu au Maroc et réintégré conformément au droit international. Les interprétations sélectives de l’histoire ne font que créer des erreurs et des malentendus, a-t-il dit. Le Maroc est engagé dans le processus de paix, a-t-il ajouté, soulignant que l’initiative d’autonomie de Rabat pour le Sahara est la seule voie possible.

Joseph John Bossano, ministre de l’entreprise, de la formation, de l’emploi, de la santé et de la sécurité de Gibraltar, a déclaré que l’Espagne était le seul obstacle à la décolonisation de ce territoire. Une relation économique mutuellement bénéfique avec ce pays est possible, mais les habitants du territoire ne sacrifieront jamais le contrôle de leur espace terrestre, maritime et aérien, a-t-il souligné, déclarant : « Il faudra me passer sur le corps pour que Gibraltar soit espagnol – et le combattant de la liberté que je suis a encore beaucoup d’années de combat devant lui. »

Le représentant de l’Espagne a déclaré que, conformément aux résolutions de l’Assemblée générale, l’avenir du territoire doit être décidé dans le cadre de négociations bilatérales entre Londres et Madrid, les deux États ayant à l’esprit les intérêts de sa population. Avec la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, l’Espagne est bien disposée à protéger les intérêts des habitants de Gibraltar et s’emploie à faire en sorte qu’ils continuent de jouir des libertés européennes fondamentales, a-t-il ajouté.

Le représentant de l’Argentine a réitéré la position de son pays dans le conflit de souveraineté qui l’oppose au Royaume-Uni au sujet des îles Malvinas. Il s’est dit convaincu que – guidé par le droit international et son attachement au principe du règlement pacifique des différends – le Comité spécial continuera d’appeler les deux parties à résoudre cette question coloniale anachronique conformément aux résolutions pertinentes de l’Assemblée générale.

Plusieurs membres du Comité spécial se sont exprimés en faveur de la position de l’Argentine, le représentant de la Fédération de Russie regrettant que le Royaume-Uni ne participe pas au séminaire, étant donné le nombre de fois où il est mentionné aujourd’hui.

Aujourd’hui également, un fonctionnaire représentant la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) a informé le Séminaire, dans une présentation vidéo préenregistrée, de l’impact de la pandémie de coronavirus sur les territoires non autonomes des Caraïbes.

L’Assemblée générale a adopté la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux (Déclaration sur la décolonisation) en 1960, proclamant ensuite la Décennie internationale de l’élimination du colonialisme (1990 à 2000), ainsi que les deuxième, troisième et maintenant quatrième Décennies internationales (2001-2010, 2011-2020 et 2021-2030). Plus de 80 anciennes colonies ont gagné leur indépendance depuis la création des Nations unies, mais 17 territoires non autonomes figurent encore aujourd’hui sur la liste du Comité spécial.

Ces 17 territoires sont les suivants : Samoa américaines, Anguilla, Bermudes, îles Vierges britanniques, îles Caïmanes, îles Falkland (Malvinas), Polynésie française, Gibraltar, Guam, Montserrat, Nouvelle-Calédonie, Pitcairn, Sainte-Hélène, Tokélaou, îles Turks et Caicos, îles Vierges américaines et Sahara occidental. Les puissances administrantes sont la France, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Le Séminaire se réunira à nouveau pour conclure ses travaux le vendredi 27 août.

Discussion III

Le Séminaire a tenu un débat sur le thème « Perspectives des puissances administrantes, des territoires non autonomes et des autres parties prenantes : Développements politiques dans les territoires non autonomes d’autres régions ».

JOSEPH JOHN BOSSANO, Ministre de l’entreprise, de la formation, de l’emploi et de la santé et de la sécurité de Gibraltar, a déclaré que l’Espagne était le seul obstacle à la décolonisation du territoire. Depuis que le Comité spécial a examiné pour la première fois la question de Gibraltar, en octobre 1964, ce pays a tenté de détourner l’invitation de cet organe à tenir des pourparlers avec le Royaume-Uni en éliminant l’affirmation selon laquelle la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux s’applique au territoire. Il a souligné que Gibraltar est clairement – et depuis 1946 – reconnu comme un pays colonial et les Gibraltariens comme son peuple colonial, et il ne peut en être autrement.

Rappelant qu’il s’est engagé en politique à l’âge de 25 ans pour faire campagne pour la décolonisation et s’opposer aux pourparlers avec l’Espagne sur l’avenir du territoire, il a déclaré : « J’ai maintenant 82 ans et je suis toujours là ». Il a déclaré que la position de son parti travailliste socialiste de Gibraltar est que la décolonisation est exclusivement une question de négociation entre le peuple colonial non autonome de Gibraltar et le Royaume-Uni. Même lorsque l’Espagne accepte que les Gibraltariens constituent un peuple, comme elle commence à le faire, a-t-il ajouté, le conflit de souveraineté reste un obstacle.

Il a poursuivi en rappelant qu’il avait clairement indiqué, lors de nombreux séminaires précédents, que le peuple de Gibraltar ne cédera pas un millimètre de ses terres ni un grain de sable de ses plages. Ils pensent qu’une relation économique mutuellement bénéfique avec l’Espagne est possible, mais ils ne sacrifieront jamais leur droit à la juridiction et au contrôle de leur terre, de leur mer et de leur espace aérien. Il a souligné que la cité-État de Gibraltar sera un jour décolonisée, mais pour être entièrement détenue par son peuple et non pour devenir une colonie de l’Espagne. Il a ensuite demandé au représentant de l’Espagne de dire à son gouvernement que « Gibraltar sera espagnol sur mon cadavre – et le combattant de la liberté que je suis a encore beaucoup d’années de combat devant lui ».

Le représentant de l’Espagne, soulignant son respect pour M. Bossano, a réitéré la position de son pays concernant la décolonisation de Gibraltar, la décrivant comme une question bilatérale dont l’origine remonte au Traité d’Utrecht de 1713, lorsque l’Espagne a cédé le territoire au Royaume-Uni. Il a ajouté qu’elle met en jeu le principe de l’intégrité territoriale tel qu’énoncé par l’Assemblée générale dans plusieurs résolutions. Celles-ci stipulent que la décolonisation doit se faire par le biais de négociations bilatérales entre l’Espagne et le Royaume-Uni, sans préjudice du pouvoir de l’Assemblée de vérifier que le processus a abouti, et les deux pays gardant à l’esprit les intérêts du peuple de Gibraltar, a-t-il noté.

Avec la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, a-t-il poursuivi, l’Espagne est bien disposée à protéger les intérêts des habitants de Gibraltar, qui ont voté par référendum à une écrasante majorité en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union. Madrid s’efforce donc de faire en sorte que Gibraltar continue de jouir des libertés européennes fondamentales, notamment de la liberté de circulation, a-t-il dit en exprimant l’espoir que la clôture qui sépare Gibraltar du reste de l’Espagne, érigée en 1909, sera démantelée. L’Espagne continue d’attendre le retour de la puissance administrante aux négociations bilatérales connues sous le nom de processus de Bruxelles, a-t-il ajouté.

SIDI MOHAMED OMAR, Front populaire pour la libération de Saguía el-Hamra et Río de Oro (Front Polisario), a déclaré que la question du Sahara occidental est une question claire de décolonisation conformément aux résolutions pertinentes de l’Assemblée générale. Elle est à l’ordre du jour du Comité spécial depuis 1963, mais la décolonisation par l’expression libre et authentique de la volonté de son peuple dans l’exercice du droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance reste en suspens à ce jour. Cela est dû à l’occupation militaire continue du territoire par le Maroc depuis le 31 octobre 1975, a-t-il souligné, citant la frustration de ce pays face à tous les efforts de décolonisation entrepris par les Nations Unies, l’Organisation de l’unité africaine et l’Union africaine, y compris les projets de référendum.

Il a déclaré que pendant trois décennies, le Front Polisario est resté pleinement engagé dans le processus de paix des Nations Unies au Sahara Occidental, faisant d’énormes concessions pour faire avancer le processus et atteindre l’objectif mutuellement convenu d’un référendum. Cependant, sa volonté politique et sa flexibilité n’ont jamais été réciproques avec l’autre partie. De plus, l’absence d’une position forte, sans équivoque et ferme de la part des Nations Unies et de la communauté internationale vis-à-vis de la position du Maroc n’a fait qu’encourager cet État occupant à persister dans ses pratiques coloniales en toute impunité alors qu’il tente d’imposer un fait accompli, a-t-il dit, soulignant que ces pratiques coloniales, imposées par la force, n’ont aucune légitimité ni aucun effet sur le statut du territoire.

Le Maroc utilise les restrictions COVID-19 pour intensifier ses pratiques répressives, a-t-il poursuivi, citant le cas d’une militante des droits de l’homme, Sultana Sid Brahim Jaya, dont la maison et la famille à Bojador sont soumises à un « siège étroit » depuis novembre 2020. Il a averti que l’entrée des forces armées marocaines dans la bande tampon de Guerguerat le 13 novembre 2020, entraînant l’effondrement d’un cessez-le-feu après près de 30 ans, a déclenché un nouveau conflit qui pourrait avoir de graves conséquences sur la paix, la sécurité et la stabilité régionales. Face à cet acte d’agression, le peuple du Sahara occidental n’a d’autre choix que d’exercer son droit légitime à l’autodéfense, a-t-il déclaré. Pour l’avenir, a-t-il dit, la question qui se pose au Comité spécial est de savoir si la logique de la force doit prévaloir au Sahara occidental ou si les Nations Unies doivent défendre les principes fondamentaux qui sous-tendent l’ordre international, consacrent le droit des peuples à l’autodétermination et à l’indépendance, et interdisent l’acquisition de territoires par la force.

GHALLA BAHIYA, se présentant comme la vice-présidente de la région de Dakhla Oued-Eddahab, a déclaré que son pays, le Maroc, se prépare à organiser une série d’élections plus tard cette année qui renforceront la démocratie au Sahara marocain. Sans aucun doute, la participation sera massive, reflétant le désir de la population locale de contribuer au développement du Maroc, a-t-elle déclaré, ajoutant que sa participation au séminaire témoigne de la participation active des femmes et des jeunes à la vie publique du Maroc.

S’exprimant longuement sur la situation économique et sociale au Sahara marocain, elle a déclaré que, sous la direction du roi Mohammed VI, le pays a déployé une approche proactive de la pandémie de coronavirus qui l’a vu devenir la nation la plus vaccinée d’Afrique. Elle a fourni des statistiques détaillées sur le dépistage des nouveaux coronavirus, les vaccinations et les hospitalisations.

Notant que le nouveau modèle de développement du Maroc met l’accent sur le principe de la participation locale, permettant une large consultation avec les représentants régionaux, elle a déclaré que les provinces du sud du pays sont appelées à devenir un centre économique régional et un point de transit entre le Maroc et le reste de l’Afrique. Vingt-trois des pays du continent, du monde arabe et des Caraïbes, ainsi que les États-Unis, ont établi des consulats au Sahara marocain et d’autres ont l’intention de le faire, a-t-elle déclaré, saluant et encourageant la décision des États-Unis d’accroître leurs investissements dans la région.

Elle a poursuivi en déclarant que le développement du Sahara marocain ouvre la voie à la mise en œuvre de l’initiative d’autonomie que le gouvernement a soumise aux Nations unies et que la grande majorité des États membres soutiennent. Le développement est irréversible et bénéficiera exclusivement à la population locale, a-t-elle ajouté.

Attirant l’attention sur la situation humanitaire et des droits de l’homme dans les camps de Tindouf, elle l’a qualifiée de désastreuse, le pays hôte refusant d’autoriser l’enregistrement des réfugiés. La communauté internationale doit mettre fin à cette situation et permettre le retour des réfugiés, a-t-elle souligné.

Le représentant du Chili a déclaré que la situation au Sahara occidental devrait être résolue pacifiquement par le biais des mécanismes diplomatiques établis par les Nations Unies et conformément au droit international. Les efforts du Maroc ne doivent pas être ignorés, a-t-il ajouté.

Le représentant du Congo a lancé un appel à toutes les parties prenantes pour relancer le processus politique au Sahara occidental conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité. Il a salué l’initiative marocaine d’autonomie et encouragé les efforts de toutes sortes pour parvenir à une solution pragmatique et durable.

Le représentant de la Côte d’Ivoire a appelé le prochain Envoyé spécial du Secrétaire général à s’appuyer sur les progrès des deux premières tables rondes sur le Sahara occidental en 2018 en convoquant un troisième cycle dans un format similaire. La consolidation du processus politique peut conduire à une solution durable fondée sur le compromis et les résolutions pertinentes de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité, contribuant ainsi à la sécurité et à la stabilité au Sahel, au Maghreb arabe et dans la région au sens large, a-t-il déclaré.

La représentante de la Dominique a exprimé le soutien total et indéfectible de son pays au processus politique visant à parvenir à une solution réaliste, praticable et durable au différend régional entre le Maroc et l’Algérie au sujet du Sahara occidental, fondée sur le compromis. Elle a également réaffirmé son soutien à l’initiative d’autonomie du Maroc en tant que solution de compromis réellement viable et conforme au droit international et aux résolutions pertinentes de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité.

Le représentant de la Grenade a exprimé le soutien de son pays au processus politique en cours, disant attendre avec impatience la nomination du prochain envoyé spécial du Secrétaire général, qui devrait s’appuyer sur les progrès déjà réalisés. Il a ajouté que l’initiative marocaine d’autonomie est une proposition viable que le Conseil de sécurité reconnaît comme sérieuse et crédible.

Le représentant de l’Indonésie a déclaré que toutes les parties doivent faire preuve de retenue et éviter les actions qui pourraient compromettre la situation. Il a souligné la délicatesse et la complexité de la question et a exprimé l’espoir d’un progrès fondé sur un esprit de coopération.

La représentante de Sainte-Lucie s’est félicitée de la dynamique créée par les deux tables rondes tenues à Genève et de l’engagement des participants à rester engagés dans le processus politique. Elle a décrit l’initiative marocaine d’autonomie comme la seule solution sérieuse et réaliste pour mettre fin au différend et apporter la prospérité à la région. Elle a applaudi les efforts du Maroc pour développer le Sahara, élever le niveau de vie de ses habitants et promouvoir les droits de l’homme. Elle a également exprimé sa préoccupation quant à la situation dans les camps de Tindouf.

Le représentant de la Sierra Leone, citant la résolution 2548 (2020) du Conseil de sécurité, a déclaré qu’une coopération renforcée entre les États membres de l’Union du Maghreb arabe contribuerait grandement à la réalisation d’un règlement du différend de longue date. Il a souligné que toutes les parties doivent respecter le cessez-le-feu au Sahara occidental, car la stabilité et la sécurité de toute la région sont en jeu.

La représentante de la Syrie a déclaré que son pays est une nation pacifique qui privilégie le règlement des différends par la diplomatie et le dialogue. La Syrie espère que les parties s’engageront dans des négociations fructueuses pour une solution juste et durable, a-t-elle ajouté, notant que son pays soutient les efforts du Secrétaire général pour parvenir à une solution politique mutuellement acceptable qui puisse restaurer la stabilité et la prospérité dans la région.

Le représentant du Venezuela a déploré le fait que le peuple du Sahara occidental ne puisse toujours pas exercer son droit à l’autodétermination, et que plus de 30 ans après la création de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO), son mandat n’ait toujours pas été exécuté. Le Venezuela rejette toute tentative de tout État de considérer cette question comme autre chose qu’une question de décolonisation, a-t-il souligné, appelant au maintien du cessez-le-feu de 1991, à l’application des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et au rétablissement d’un processus de paix sous les auspices des Nations unies. Il a exhorté le Comité spécial à utiliser tous les outils à sa disposition, notamment une mission de visite sur le territoire.

Le représentant de l’Algérie a dit qu’il était inquiétant qu’après trois décennies, un seul territoire – le Timor-Leste, en 2002 – ait été rayé de la liste. Cette constatation décourageante ne doit cependant pas détourner le Comité spécial de la nécessité d’assurer la décolonisation de tous les territoires non autonomes. Il existe un plan d’action, a-t-il déclaré, ajoutant que tout ce qu’il faut, c’est du courage et de l’intégrité. Il n’y a pas de place pour l’obstruction quand il s’agit du droit des peuples à l’autodétermination, a-t-il souligné, notant que le Sahara occidental est à l’ordre du jour du Comité spécial depuis de nombreuses années, avec peu de progrès vers un référendum. Des décennies d’inaction ont conduit à une détérioration de la situation sur le terrain, à l’effondrement du cessez-le-feu et à la vacance du poste d’envoyé spécial depuis plus de deux ans, a-t-il souligné. Même au milieu de la pandémie, le peuple du Sahara Occidental est soumis à des violations flagrantes de ses droits et au pillage de ses ressources naturelles, a-t-il dit, ajoutant que depuis le début du processus politique, les composantes essentielles de la bonne foi et de la volonté politique ont fait défaut.

L’agilité est quelque chose que le peuple du Sahara Occidental pratique tous les jours en surmontant l’adversité, les vérités déformées et les tentatives de mépriser leur identité et leur droit à l’indépendance, a-t-il dit. Le Comité spécial a le devoir de s’assurer que leur foi dans le droit international et le processus des Nations Unies ne soit pas perdue. Il doit utiliser tous les outils à sa disposition, y compris les missions de visite, pour assurer les droits du peuple du Sahara Occidental, en particulier dans le contexte de la pandémie, et soutenir l’achèvement réussi du processus de décolonisation, a-t-il exhorté. L’Algérie continue de soutenir les efforts du Secrétaire général et de l’Union africaine pour reprendre les négociations et parvenir à une issue positive qui garantisse que le peuple du Sahara occidental puisse exercer son droit à l’autodétermination, a-t-il dit.

En réponse au représentant de la Dominique, il a souligné que l’Algérie n’est pas une partie au conflit, mais plutôt un observateur officiel du processus de paix.

Le représentant du Maroc a déclaré qu’il ne s’attendait pas à prendre la parole, préférant permettre à Mme Bahiya de s’exprimer en tant que représentant élu du Sahara marocain et de présenter une image claire de ce qu’est la vie quotidienne là-bas. Il a déclaré que le Sahara marocain a été complètement décolonisé, définitivement rendu au Maroc et réintégré conformément au droit international. Les interprétations sélectives de l’histoire du Sahara ne font que créer des erreurs et des malentendus, a-t-il averti. Il a poursuivi en indiquant que plus de 20 000 personnes se sont échappées des camps de Tindouf et sont rentrées chez elles, ajoutant que l’Algérie a interdit le recensement des réfugiés pendant 45 ans parce qu’elle ne veut pas que le monde connaisse l’étendue des problèmes là-bas.

Pour le Maroc, le problème a été résolu, a-t-il poursuivi. Un processus politique a été lancé et l’Algérie est partie prenante – et non un simple observateur – de ce processus. L’Algérie a créé, finance et arme le Front Polisario et lui fournit asile et territoire au détriment de sa propre population, a-t-il dit, soulignant que l’on ne peut pas dire que l’Algérie soit neutre comme la Mauritanie, qui n’accueille pas le Front Polisario, ne délivre pas de passeports à ses membres et ne paie pas leur hébergement. Il a ajouté que lorsque l’Algérie parle de défendre le principe de l’autodétermination, elle oublie le peuple kabyle qui se trouve sur son propre territoire et qui désire ce droit. Il est également honteux que l’Algérie participe à toutes les conventions sur les droits des enfants et qu’elle permette à des groupes sur son territoire de former des enfants pour faire la guerre. Il a poursuivi en assurant ceux qui ont exprimé leur soutien au processus de paix aujourd’hui que le Maroc est pleinement engagé dans le processus de paix. L’initiative d’autonomie a été discutée lors de la table ronde de Genève et c’est la seule voie possible, a-t-il souligné.

Le représentant de l’Algérie, prenant la parole une deuxième fois, a dit que le représentant du Maroc a un talent pour déformer la vérité. Si le Sahara occidental est maintenant décolonisé, pourquoi est-il encore à l’ordre du jour du Conseil de sécurité, de l’Assemblée générale, de la Quatrième Commission (questions politiques spéciales et décolonisation) et du Comité spécial, a-t-il demandé. Décrivant le Front Polisario comme le représentant légitime d’un peuple qui lutte pour sa liberté, il a déclaré que, en tant qu’État voisin et observateur, l’Algérie encourage toujours le Maroc et le Front Polisario à faire la paix et à soutenir la recherche d’une solution durable par le Secrétaire général. Il poursuit en rappelant que le Maroc a stoppé unilatéralement la dynamique des Nations Unies en s’opposant à tous les candidats au poste d’envoyé spécial.

M. OMAR, Front Polisario, a pris la parole une deuxième fois, exprimant son appréciation pour les déclarations de soutien au processus de paix des Nations Unies, tout en se demandant si leurs similitudes textuelles étaient une coïncidence ou autre chose. Il a déclaré que le représentant du Maroc a fait des affirmations grotesques et infondées visant à ternir le mouvement de libération qu’il représente. Notant que trois résolutions de l’Assemblée générale ont identifié le Maroc comme un État occupant, il a déclaré, en réponse à ceux qui ont appelé à la retenue, qu’il n’y a pas eu de cessez-le-feu depuis le 30 novembre 2020, un fait reconnu dans les rapports du Secrétaire général et du commandant de la force de la MINURSO. Les hostilités ont repris en raison de la violation du cessez-le-feu par le Maroc, a-t-il dit, ajoutant que le Front Polisario ne s’engagera pas dans le processus de paix tant que le Maroc tentera d’imposer un fait accompli au Sahara occidental.

Le représentant du Maroc, prenant la parole une deuxième fois, a déclaré que sa délégation est habituée à ce que l’Algérie ait recours à un langage vindicatif. Concernant la soi-disant neutralité de l’Algérie, il a demandé s’il existe un seul territoire non autonome limitrophe d’un État qui détourne l’aide humanitaire, séquestre les réfugiés et utilise un soi-disant front de libération pour faire la guerre. Personne n’a un voisin comme l’Algérie, qui finance ouvertement un groupe armé depuis 45 ans, tout en prétendant être neutre, a-t-il dit. Il a ajouté qu’Amnesty International, Human Rights Watch et d’autres ont publié des rapports pointant du doigt l’Algérie concernant les conditions dans les camps de Tindouf.

Le représentant de l’Algérie, prenant la parole sur un point d’ordre, a déclaré que la réunion d’aujourd’hui n’était pas consacrée à la situation dans son pays, et a demandé à la présidence si les orateurs pouvaient se concentrer sur le point de l’ordre du jour en cours.

Le représentant du Maroc a déclaré que si l’Algérie ne voulait pas qu’il parle des camps de réfugiés et de l’entraînement des enfants soldats, elle ne devrait pas accueillir ces camps ou permettre à des personnes de former des jeunes à l’utilisation de kalachnikovs. L’Algérie est directement responsable de la tragédie qui se déroule dans la région, a-t-il affirmé.

Le représentant de l’Algérie a déclaré que la délégation du Maroc poursuit son habitude de la haine aveugle envers son pays. Au lieu d’aborder la décolonisation avec sincérité, elle utilise sa phobie de l’Algérie pour éviter le problème tout en prenant en otage le Comité spécial, a-t-il ajouté, soulignant que le Maroc n’a pas le droit de donner des leçons aux autres, surtout compte tenu de son manque de respect des engagements internationaux.

Le représentant du Maroc a déclaré que, contrairement à son pays, l’Algérie n’a lancé aucune invitation à la visite des experts des droits de l’homme des Nations Unies. Il a également demandé pourquoi le droit à l’autodétermination est refusé au peuple kabyle, qui existait avant que l’Algérie ne devienne un État.

Le représentant de l’Argentine a réitéré la position de son pays concernant le conflit de souveraineté qui l’oppose au Royaume-Uni sur la question des îles Malvinas, des îles Géorgie du Sud et Sandwich du Sud et de la zone maritime environnante. Cette situation spéciale et particulière, qui remonte à 1833, a conduit l’Assemblée générale à adopter en 1965 la résolution 2065 (XX) indiquant que la voie à suivre pour la décolonisation du territoire passe par des négociations bilatérales entre Buenos Aires et Londres, a-t-il rappelé. Ces négociations de souveraineté ont été interrompues 15 ans plus tard, et si l’Argentine reste disposée à reprendre les pourparlers, le Royaume-Uni affirme qu’il n’y aura pas de négociations sans le consentement des habitants du territoire. Ce faisant, il fait fi de la résolution 2065 (XX) en invoquant le prétendu droit à l’autodétermination des insulaires, a-t-il dit. Cela n’a aucun fondement en droit international et n’est qu’un prétexte pour le Royaume-Uni de maintenir une présence coloniale dans l’Atlantique Sud, a-t-il souligné.

Réaffirmant que le droit à l’autodétermination ne s’applique pas aux Malouines, il a déclaré que la population du territoire est le résultat d’une colonisation qui remonte à 1833, lorsque le Royaume-Uni l’a occupé par la force et a expulsé les autorités argentines. L’Argentine a toujours montré qu’elle respectait les intérêts des habitants du territoire et est toujours prête à négocier avec le Royaume-Uni des garanties spéciales pour que leurs intérêts soient correctement protégés, a-t-il dit, soulignant que le respect de leur mode de vie est inscrit dans la Constitution argentine. Pendant la pandémie de coronavirus, l’Argentine a fait savoir au Royaume-Uni qu’elle était prête à aider les habitants de l’île en leur fournissant de la nourriture, des fournitures médicales, des tests de diagnostic, des vols humanitaires et un accès aux traitements médicaux, mais cette offre est restée sans réponse, a-t-il noté.

En plus d’ignorer les appels internationaux à reprendre les négociations, a-t-il poursuivi, le Royaume-Uni persiste à mener des activités contraires à la résolution 31/49 de l’Assemblée, qui demande instamment aux parties de s’abstenir de prendre des mesures unilatérales dans une zone contestée jusqu’à ce qu’une solution définitive soit trouvée. Ces actions comprennent l’exploration et l’exploitation illégales de ressources renouvelables et non renouvelables, une pratique dénoncée à plusieurs reprises par l’Argentine. Il a poursuivi en réaffirmant la volonté de son pays de trouver une solution pacifique et définitive au différend et son soutien aux efforts du Secrétaire général pour aider à la reprise des négociations par ses bons offices. L’Argentine est convaincue, a-t-il ajouté, que guidée par le droit international et son attachement au principe du règlement pacifique des différends, le Comité spécial continuera d’appeler les deux parties à résoudre la question coloniale anachronique conformément aux résolutions pertinentes de l’Assemblée générale.

Le représentant du Chili a déclaré que, la question des Malvinas impliquant un différend de souveraineté spécifique entre deux États Membres, le Comité spécial n’était pas habilité à effectuer une mission de visite sur le territoire.

La représentante de la Syrie a réaffirmé le droit de l’Argentine sur les îles Malvinas, fondé sur le principe de l’intégrité territoriale. Elle a appelé le Royaume-Uni à engager un dialogue sérieux avec l’Argentine pour résoudre la question par des moyens pacifiques, le Secrétaire général offrant ses bons offices.

Le représentant du Venezuela a appelé à des négociations et à ce que le Secrétaire général aide les parties à établir une solution durable. Dans l’intervalle, les parties doivent s’abstenir de toute action qui pourrait changer unilatéralement la situation, a-t-il dit.

Le représentant de l’Indonésie a encouragé le Royaume-Uni et l’Argentine à reprendre leur dialogue pour trouver une solution pacifique, juste et durable à la question.

Le représentant de la Fédération de Russie, notant combien le Royaume-Uni est souvent mentionné dans les discussions du Comité spécial, a déclaré qu’il était regrettable que son représentant ne participe pas au séminaire. Les parties doivent se comporter de manière responsable, a-t-il dit, ajoutant que l’Argentine adopte une approche constructive. Il a ensuite exprimé sa préoccupation face à la militarisation de l’Atlantique Sud et a souligné les obligations énoncées dans le Traité pour l’interdiction des armes nucléaires en Amérique latine et dans les Caraïbes (Traité de Tlatelolco).

Le représentant du Brésil a réitéré le ferme soutien de son pays aux droits légitimes de l’Argentine vis-à-vis du conflit de souveraineté sur les îles Malvinas, les îles Géorgie du Sud, les îles Sandwich du Sud et la zone maritime environnante. Appelant les parties à engager des négociations, il a demandé instamment au Royaume-Uni de cesser l’exploration et l’exploitation des ressources naturelles et de s’abstenir d’effectuer des exercices militaires dans la région.

Discussion IV

Le Séminaire a ensuite tenu une discussion sur le thème « Rôle du système des Nations Unies dans la fourniture d’une aide au développement aux territoires non autonomes, conformément aux résolutions pertinentes des Nations Unies ».

DALE ALEXANDER, chef du Centre de gestion des connaissances des Caraïbes, siège sous-régional pour les Caraïbes de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), a déclaré dans une présentation vidéo préenregistrée que les deux dernières années ont vu les territoires non autonomes des Caraïbes confrontés à plusieurs défis extraordinaires, notamment la pandémie de COVID-19, les impacts du changement climatique et des catastrophes naturelles, et – pour les territoires britanniques – les effets de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Passant en revue l’impact de la pandémie sur la santé, l’éducation et l’activité économique dans les Caraïbes, il a indiqué que la contribution réduite du tourisme au produit intérieur brut (PIB) allait de 3,5 % pour les Bermudes à plus de 20 % pour les îles Vierges britanniques. En outre, la pandémie a encore accru la vulnérabilité des territoires qui se remettent encore des ouragans Irma et Maria en 2017. Les Caraïbes sont la deuxième région la plus exposée aux catastrophes dans le monde et la saison des ouragans de 2020 a été la plus active jamais enregistrée, a-t-il noté.

Les impacts du changement climatique se font sentir de nombreuses manières, a-t-il poursuivi, attirant l’attention sur une toute première étude sur l’augmentation du niveau des mers dans les territoires britanniques d’outre-mer. L’augmentation des températures de la mer constitue une menace majeure pour les habitats marins, notamment lorsque les vagues de chaleur touchent les récifs coralliens, a-t-il ajouté. Pour l’avenir, la CEPALC contribue à accroître la résilience des pays et territoires des Caraïbes, notamment par le biais de séminaires et d’ateliers sur des sujets tels que la gestion des risques de catastrophe et l’élaboration de politiques fondées sur des données probantes, auxquels participent des représentants des territoires non autonomes.

Abordant l’impact du Brexit sur les territoires britanniques des Caraïbes, il a indiqué que, du fait de leur exclusion de l’accord de commerce et de coopération entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, ils ne bénéficient plus d’un accès aux marchés européens en franchise de droits et de quotas. Les services financiers, quant à eux, sont soumis aux règles de chaque État membre de l’Union européenne, plutôt qu’à la réglementation financière commune de l’Union, a-t-il expliqué, notant qu’ils n’ont plus accès au financement européen du développement. En réponse à cette situation, la CEPALC soutient les efforts déployés par les territoires concernés pour faire avancer leurs plans de développement, a-t-il ajouté, soulignant que les territoires non autonomes des Caraïbes sont tous des membres associés de la CEPALC.

__________
* Un différend existe entre les gouvernements de l’Argentine et du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord concernant la souveraineté sur les îles Falkland (Malvinas).

Source : UN Press, 26/08/2021