Israël vole au secours du Maroc

Algérie, Maroc, Israël, #Algérie, #Maroc, #Israel,

Après la décision de l’Algérie de rompre ses relations avec le Royaume

Le nouvel allié du Maroc, en l’occurrence Israël n’a pas digéré la rupture des relations diplomatiques avec le Royaume, annoncée avant-hier par l’Algérie.

Dans une déclaration reprise, hier par des médias étrangers, un diplomate israélien parle « d’accusations» algériennes « infondées et sans intérêt » à l’égard de son pays qui pourtant a utilisé le territoire marocain pour s’attaquer à l’Algérie. C’était le 12 août dernier, lorsque le chef de la diplomatie israélienne, Yaïr Lapid, s’était exprimé à Casablanca.

Pour ce diplomate de l’Etat hébreux dont le nom n’a pas été cité, « l’Algérie doit se focaliser sur ses problèmes économiques ».

« Ce qui compte, ce sont les très bonnes relations entre Israël et le Maroc (…). L’Algérie devrait se focaliser sur ses problèmes auxquels elle est confrontée, en particulier les problèmes économiques sérieux », estime-t-il, en citant la dernière visite de Yaïr Lapid au Maroc.

Ce diplomate va encore plus loin et accuse l’Algérie de faire partie de ce qu’il appelle « l’axe du mal ». « La coopération entre les deux pays pour le bien de leurs citoyens et de toute la région. Israël et le Maroc sont une partie importante d’un axe pragmatique et positif dans la région face à un axe qui va en sens inverse et qui inclut l’Iran et l’Algérie», lance-t-il.

Yaïr Lapid, rappelons-le, avait, lui aussi, exprimé lors d’une récente visite officielle au Maroc ce qu’il appelle ses « inquiétudes au sujet du rôle joué par l’Algérie dans la région ou encore son rapprochement avec l’Iran ».

Lors de sa dernière conférence, Ramtane Lamamra affirme que «sur le plan de la sécurité régionale, le fait pour les autorités marocaines d’introduire une puissance militaire étrangère dans le champ maghrébin et d’inciter son représentant à tenir des propos fallacieux et malveillants à l’encontre d’un pays voisin constituent un acte grave et irresponsable ».

Comme son nouvel allié, le Maroc joue aussi « l’innocent ». Dans une première réaction à la décision algérienne, le ministère marocain des Affaires étrangères dit « avoir regretté une décision complètement injustifiée de l’Algérie ». Il prétend ainsi que l’Algérie « a avancé des prétextes fallacieux, voire absurdes ». «Les motifs avancés par Alger ne sont pas sérieux », juge-t-il.

Samir Rabah

L’Est Républicain, 26/08/2021