Tunisie: Une discrète médiation algérienne?

Algérie, Tunisie, Kaïs Saïed,

Algérie-Tunisie : Intenses contacts

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, M. Ramtane Lamamra, effectue depuis hier, une visite de travail en Tunisie, en qualité d’envoyé spécial du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune.

Entre l’Algérie et la Tunisie, l’entente a toujours été parfaite, indépendamment des régimes qui ont eu à gouverner l’un ou l’autre pays. En ces temps d’incertitudes politique et sanitaire en Tunisie, le soutien de l’Algérie est apprécié au plus haut point par la population, mais aussi par l’élite politique, au pouvoir et dans l’opposition.

Les multiples visites des ministres des Affaires étrangères et les entretiens téléphoniques au plus haut niveau, apportent le témoignage d’un dialogue permanent entre les deux pays, notamment depuis la décision du président tunisien de suspendre le parlement de son pays pour une durée d’un mois. Cette mesure éminemment politique, prise le 25 juillet dernier, arrive à expiration demain.

Entre temps, la situation en Tunisie n’a guère changé et les parlementaires, mis au placard par Kaïs Saïed, en sortiront par force de loi. C’est certainement cette échéance constitutionnelle qui aura un impact majeur sur la vie politique qui a justifié l’échange téléphonique que le chef de l’Etat tunisien a eu avec son homologue, Abdelmadjid Tebboune.

Les deux Présidents ont évoqué «les relations algéro- tunisiennes dans divers domaines», rapporte un communiqué de la présidence de la République, non sans manquer de préciser «la solidarité du peuple et du gouvernement algériens avec la Tunisie en cette étape sensible».

La sensibilité de la période tient, à n’en pas douter, à la situation politique complexe dans ce pays et surtout à l’approche de la fin du délai de la suspension du pouvoir législatif. Rappelons au passage que plusieurs députés et ministres sont actuellement sous le coup d’enquêtes judiciaires pour corruption.

Dans le même temps et concomitamment à l’entretien téléphonique, le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, M. Ramtane Lamamra, effectue depuis hier, une visite de travail en Tunisie, en qualité d’envoyé spécial du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, indique un communiqué du ministère.

«Cette visite s’inscrit dans le cadre de la volonté commune des deux pays de raffermir davantage les relations privilégiées de fraternité, de coopération et de bon voisinage et d’oeuvrer à la consolidation de leur tradition de concertation et de coordination sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun», souligne le communiqué. Il reste que le communiqué ne dit pas l’objet d’une visite qui intervient à un moment précis dans l’agenda politique tunisien.

L’absence de toute réaction d’hostilité de la part de la classe politique tunisienne, suppose que les parties en conflit, dans ce pays, acceptent une médiation fraternelle et discrète d’Alger. On se souvient qu’au lendemain de la «révolution du Jasmin », l’Algérie avait joué un rôle très positif dans la stabilisation de la situation du pays, en rapprochant les points de vue.

Anissa Mesdouf

Ouest Tribune, 24/08/2021