Espagne : Sánchez répond au roi du Maroc

Espagne, Maroc, Sahara Occidental, Brahim Ghali, Ceuta, Immigration, #Maroc, #SaharaOccidental,

M. Sánchez répond aux propos du roi du Maroc : « C’est l’occasion de redéfinir nos relations ».

Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a souligné que le discours du roi du Maroc, Mohamed VI, à l’occasion de l’inauguration d’une étape sans précédent avec l’Espagne est  » une grande opportunité  » pour  » redéfinir les relations et les piliers sur lesquels elles reposent  » entre des pays  » alliés et frères « .

M. Sánchez a répondu de cette manière lors d’une conférence de presse conjointe avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le président du Conseil européen, Charles Michel, qui ont visité samedi le camp installé sur la base aérienne de Torrejón de Ardoz (Madrid), qui sert de port d’arrivée aux Afghans évacués de Kaboul.

Après avoir « reconnu et remercié » le monarque marocain pour ses propos, M. Sánchez a souligné que « toute crise crée également des opportunités, et celle-ci est une grande occasion de redéfinir les relations et les piliers sur lesquels elles reposent ».

Vendredi, Mohammed VI a mis fin à la crise diplomatique avec l’Espagne, souhaitant « inaugurer une étape sans précédent » dans les relations entre les deux pays, qui doivent être basées sur « la confiance, la transparence, la considération mutuelle et le respect des engagements ».

« Nous nous félicitons de ces paroles parce que sur la base de la confiance, du respect et de la collaboration présente et future, nous pouvons construire une relation sur des bases beaucoup plus solides que celles que nous avons eues jusqu’à présent », a souligné le chef du gouvernement espagnol, qui a souligné que l’Espagne et le Maroc sont deux pays « alliés, voisins et frères ».

La crise avec le Maroc a débuté en avril dernier suite à l’hospitalisation en Espagne du leader du Front Polisario, Brahim Gali, et à l’afflux massif d’émigrants qui s’en est suivi en mai dans la ville autonome espagnole de Ceuta face à la passivité marocaine, parmi lesquels 1 097 mineurs qui doivent être rapatriés, bien que pour le moment un tribunal ait suspendu les retours.

À cet égard, M. Sánchez a déclaré que le gouvernement sera « attentif » et « nous répondrons à toutes les exigences que les tribunaux pourraient nous demander », en partant du principe que l’exécutif doit maintenant faire face, avec le Maroc et Ceuta, à « une double dimension de cette crise » avec « les plus de 1 000 mineurs à Ceuta et l’équilibre complexe de la coexistence dans cette ville autonome ».

Il a toutefois tenu à préciser que depuis « l’arrivée massive » de mai dernier, « ce que nous avons fait à tout moment est de nous occuper des mineurs » en collaboration avec Ceuta, les ONG et le Maroc.

Pour leur part, Ursula von der Leyen et Charles Michel ont également salué les propos de Mohammed VI car  » le Maroc est un partenaire de l’UE  » avec lequel elle entretient  » une coopération étroite « , de sorte que  » les bonnes relations avec ce pays sont aussi importantes pour l’UE que pour l’Espagne « .

20 Minutos, 21/08/2021