El Mundo : Mohammed VI montre la voie de l’entente

Maroc, Espagne, Sahara Occidental, France, #Maroc, #SaharaOccidental,

Mohamed VI dit à Sanchez comment se comprendre

Le roi alaouite demande à Moncloa l’engagement qu’il a avec Macron, une allusion voilée au Sahara.

Il est de la plus haute importance que ce soit le roi du Maroc lui-même qui, dans un discours à la nation, ait déclaré que la plus grande crise entre son pays et l’Espagne de ces derniers temps avait été surmontée.

Le retour à une normalité bilatérale est plus que souhaitable, étant donné que la coopération est essentielle dans de trop nombreux domaines stratégiques, tels que la lutte contre le terrorisme et le trafic de drogue ou le contrôle des flux migratoires irréguliers.

Mais l’intervention de Mohammed VI ne dissipe pas les doutes qui entourent les graves tensions de ces derniers mois et ne rassure pas sur sa volonté de tourner la page avec le respect que l’Espagne mérite, tant en ce qui concerne notre intégrité territoriale – qui inclut, bien sûr, Ceuta et Melilla – que nos engagements internationaux – en particulier, notre soutien à un référendum d’autodétermination au Sahara occidental.

Au contraire, elle donne l’impression que nous sommes face à un Mohammed VI qui a grandi après les démonstrations d’obéissance du gouvernement Sánchez, qui a agi comme s’il devait se faire ménager par Rabat après la gaffe de l’accueil opaque du leader du Polisario.

Le roi du Maroc dit vouloir « inaugurer une étape nouvelle et sans précédent dans les relations entre les deux pays ». Mais il a directement interpellé Sánchez et exigé le même « engagement » que celui qui existe entre le Maroc et la France de Macron, si proche de la thèse alaouite sur le Sahara.

Le message qu’il envoie à notre gouvernement ne pourrait être plus clair.

Le Maroc a répondu à la bévue du chef du Polisario d’une manière inacceptable qui l’a exposé devant toute la communauté internationale, jetant des milliers de personnes désespérées dans les eaux de Ceuta.

Depuis la Moncloa, pour apaiser le roi alaouite, on lui a confié la tête de Laya, le maladroit ministre des affaires étrangères, on a continué à arroser Rabat de millions d’aides pour gérer l’immigration et l’achat de matériel de sécurité, et on a procédé sans respecter nos lois au renvoi des mineurs que le roi lui-même nous a envoyés hostilement à Ceuta.

Bien sûr, il doit y avoir une harmonie entre deux « alliés stratégiques », comme l’a dit Sánchez hier – son exagération selon laquelle nous sommes « frères » était superflue au vu de ce qui s’est passé. Mais sur la base d’une réelle confiance et non sur le chantage permanent auquel nous sommes soumis par un régime autoritaire encore plus dominateur aujourd’hui.

El Mundo, 22/08/2021