L’Ouganda suspend plus de 50 groupes civiques

Ouganda, associations civiles, #Ouganda,

L’Ouganda suspend plus de 50 groupes civiques pour non-respect des règles.

KAMPALA, Ouganda (AP) – Les autorités ougandaises ont suspendu plus de 50 groupes civiques pour non-respect présumé de la réglementation, portant ainsi un coup à des centaines de milliers de personnes qui bénéficient directement des activités de ces organisations.

Les suspensions, qui visent des organismes allant de la surveillance des droits aux groupes de femmes, ont été annoncées vendredi par le Bureau des organisations non gouvernementales du gouvernement. L’éminent groupe de défense des droits Chapter Four Uganda et le groupe d’observateurs électoraux CCEDU font partie des 15 organisations suspendues pour une durée indéterminée pour avoir prétendument omis de déposer des déclarations annuelles et des comptes audités.

Les suspensions prennent effet immédiatement et seront appliquées, a déclaré le Bureau des ONG dans un communiqué.

L’action du gouvernement ravive les craintes d’une attaque contre la société civile qui s’est développée avant une élection présidentielle chargée au début de l’année. Bon nombre des groupes concernés sont dans l’incertitude depuis des mois, incapables de mener leurs activités habituelles après que les autorités ont suspendu les opérations d’un donateur important connu sous le nom de facilité de gouvernance démocratique, ou DGF.

« Malheureusement, dans notre démocratie défaillante, tout peut arriver », a déclaré Dickens Kamugisha, dont le groupe prônant la bonne gouvernance énergétique fait partie des personnes suspendues. « Tout cela fait partie du harcèlement politique des citoyens et des ONG ».

Il a dit qu’il s’attendait à ce que les suspensions se produisent plus tôt après les troubles de la DGF ainsi que les multiples attaques contre les bureaux de groupes civiques considérés comme critiques envers le gouvernement.

La DGF a été lancée en 2011 par le Danemark, la Suède, l’Irlande, l’Autriche, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et l’Union européenne en tant que programme quinquennal visant à soutenir les groupes gouvernementaux et non gouvernementaux qui travaillent à promouvoir les droits de l’homme, à renforcer la démocratie et à améliorer la responsabilité.

Renouvelé en 2018 et disposant de bureaux à l’ambassade du Danemark à Kampala, la capitale, le fonds dit vouloir encourager l’Ouganda à être un pays « où les citoyens sont habilités à s’engager dans la gouvernance démocratique et où l’État fait respecter les droits des citoyens. »

Le président ougandais Yoweri Museveni, un allié des États-Unis au pouvoir depuis 1986 et réélu en janvier, a accusé à plusieurs reprises des nations et des groupes occidentaux anonymes de s’ingérer dans les affaires intérieures de ce pays d’Afrique de l’Est.

Museveni a remporté les élections du 14 janvier avec 58 % des voix, tandis que son plus proche rival, le chanteur et législateur Bobi Wine, en a obtenu 35 %, selon les résultats officiels. Wine, dont le vrai nom est Kyagulanyi Ssentamu, affirme qu’il a remporté les élections et que la victoire de Museveni est frauduleuse.