Analyse: La politique marocaine de cooptation des élites (II)

Maroc, élites, monarchie, rente, corruption, #Maroc, Mohammed VI,

Répression et « mépris de l’État

La stratégie de rotation des élites et de partage des rentes mise en place par le roi a eu des conséquences importantes sur la configuration sécuritaire du pays. Étant donné la réticence de la plupart des élites politiques locales à défier le roi et à obtenir des concessions politiques bénéficiant à la majorité, le palais peut se permettre d’ignorer les griefs sociétaux pressants, similaires à ceux qui ont conduit aux révolutions tunisienne et égyptienne au début de 2011, malgré des signes inquiétants de mécontentement populaire.

En raison de l’augmentation des niveaux de corruption, de la flambée des inégalités économiques (désormais les plus élevées d’Afrique du Nord) et du mépris administratif et politique croissant envers les victimes des politiques néolibérales du pays, parmi lesquelles les jeunes bien éduqués, le Maroc connaît des épisodes de protestation politique de plus en plus agressifs (jusqu’à 50 par jour en 2014 selon un observateur). En outre, le retrait de l’État dans ce qu’un journaliste appelle le « Maroc utile » – où la plupart des ressources de l’État ont été redéployées sous la forme de partenariats public-privé au profit du roi et de ses alliés – explique pourquoi certaines des protestations les plus persistantes du pays se sont produites dans des zones rurales ou semi-rurales largement négligées, comme la région du Rif (2017 et 2018), la ville minière de Jerada (2018), et de petites villes périphériques comme Sidi-Ifni, Zagora, Tinghir ou Larache.

La déconnexion entre les « gagnants » et les « perdants » de ce redéploiement économique et administratif et l’incapacité de ce dernier à générer des coûts réels pour les autorités permettent au monarque et à ses associés de continuer à écarter les demandes sociétales pressantes. Le régime peut ainsi se permettre de punir les journalistes critiques (dont la plupart sont aujourd’hui en exil), d’imposer davantage de restrictions à la liberté d’association, d’emprisonner les militants des droits de l’homme, de licencier les fonctionnaires jugés déloyaux envers la monarchie, de détourner le processus électoral en nommant des copains à la tête de partis politiques clients et de s’engager dans des poursuites politiques contre les fonctionnaires qui dénoncent des cas de corruption impliquant des associés du roi (entretiens avec K. Ryadi, Rabat, 19 mai 2017 et F. Abdelmoumni, Rabat, 22 mai 2017). Le roi, dont la fortune personnelle s’élèverait à plus de 2,5 milliards USD, peut même se permettre d’augmenter son budget personnel à 46 millions EUR (Elayoubi 2013), bien que le Maroc ait un produit intérieur brut (PIB) par habitant d’à peine 2 892 USD en 2016 (selon la Banque mondiale).

Implications politiques pour l’Europe

Les sections ci-dessus montrent que la privatisation des institutions, des terres et de la culture appartenant à l’État – qui a été camouflée en « modernisation » ou en « réforme économique » – constitue le mécanisme central facilitant la consolidation du pacte politico-économique entre la monarchie et l’élite aux dépens de larges pans de la population au Maroc. Cependant, ce mécanisme, qui a permis à la monarchie de traverser les premiers mois turbulents des soulèvements arabes de 2011, contient un certain nombre de contradictions qui pourraient non seulement affecter l’avenir du pays, mais aussi avoir des conséquences importantes pour l’Europe voisine.

Bien que le tournant néolibéral se soit produit plus tard au Maroc par rapport à d’autres pays arabes, la transformation a été beaucoup plus étendue et coûteuse au niveau social (Catusse 2009). Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a classé le Maroc au 123e rang (sur 188) en 2015, derrière l’Irak (121), la Palestine (114), l’Égypte (111) et la Tunisie (97).

Au cours de la dernière décennie, le Maroc a également été régionalement moins performant dans les domaines du taux d’alphabétisation des femmes, du développement rural et de la santé. Selon un ancien militant pro-démocratie, « Tout est difficile dans la capitale, mais les choses sont catastrophiques en dehors de Rabat » (entretien avec Y. Rguig, Rabat, 22 mai 2017). La dette extérieure est passée à 81 % du PIB du pays en 2014, contre une moyenne de 50,4 % pendant les cinq années (2007-2012) précédant les soulèvements arabes. Cela équivaut à ce que chaque Marocain paie environ 500 USD par an pour le service de la dette nationale (Aziki 2015), qui sert en partie à financer les mécanismes de distribution de la rente (ibid). Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que les deux premiers pays touchés par les soulèvements arabes de 2011 – à savoir la Tunisie et l’Égypte – aient également été les plus diligents dans la mise en œuvre des politiques néolibérales dans les années 1990 et la première décennie du XXIe siècle. Dans le cas du Maroc, l’alliance entre les élites locales et la monarchie signifie qu’une révolution sociale reste peu probable. Cependant, l’augmentation des inégalités et une culture établie de mépris envers les « perdants » des politiques de libéralisation et de privatisation introduites au cours des deux dernières décennies signifient que les personnes mécontentes du régime auront de plus en plus recours à un ou plusieurs des trois mécanismes d’adaptation suivants : l’économie informelle, le populisme ou la contestation horizontale violente.

L’économie informelle représente plus de 14 % du PIB du Maroc (CFCIM 2014) et permet à des millions de Marocains de se tailler un espace de production économique partiellement libéré de la prédation étatique. Cependant, de larges segments de la population sont de plus en plus impliqués dans des activités illégales, allant du travail sexuel au trafic de drogue en passant par le blanchiment d’argent. Le Maroc était traditionnellement un exportateur de cannabis, mais il est en train de devenir rapidement une importante plaque tournante pour le transit de cocaïne, d’héroïne et de drogues synthétiques en provenance d’Amérique latine et destinées au marché européen. Depuis 2013, par exemple, les saisies de drogues ont augmenté dans toutes les catégories (Médias24 2017), avec plus de 2,8 tonnes de cocaïne saisies en un an dans la seule ville de Casablanca. Les trafiquants de drogue utilisent les routes d’exportation établies provenant de régions longtemps négligées par l’État, comme le nord du Rif et la zone frontalière orientale de l’Oriental, pour diversifier leurs activités de contrebande, qu’il s’agisse de nouvelles drogues ou d’armes ou de migrants illégaux (Sidiguitebe 2014).

L’insatisfaction populaire croissante à l’égard des institutions représentatives du pays, combinée au mépris susmentionné envers les perdants de la réforme économique, accroît la polarisation entre les nantis et les démunis et conduit à un environnement politique qui menace les investissements étrangers. Un exemple concret est une campagne de boycott commercial lancée en ligne en mai 2018 par un certain nombre d’activistes numériques qui ont pointé du doigt trois entreprises accusées de fixer des prix hors de portée de la majorité de la population. Au lieu de considérer la campagne de boycott comme un signal d’alarme de la part de citoyens mécontents de l’inégalité économique croissante dans le pays, les représentants des entreprises privées visées par le boycott et les membres du gouvernement ont plutôt choisi de snober les boycotteurs, un représentant de Centrale Danone, l’une des entreprises visées par les boycotteurs, traitant ces derniers de « traîtres » et un ministre du gouvernement les qualifiant dédaigneusement de « pantins ». La distance entre le régime et une grande partie de la population se reflète également dans le ton irrationnel de certaines théories du complot locales, selon lesquelles la stratégie relativement accueillante des autorités vis-à-vis des migrants subsahariens serait un « stratagème destiné à recruter des non-Marocains pour mieux réprimer la mobilisation populaire à venir » (anonyme, entretien personnel, janvier 2018).

Au cours des dix dernières années, le régime a également fait un usage intensif des portails d’information en ligne populaires pour délégitimer et diffamer tous ceux qui prônent des réformes significatives et menacent la suprématie du palais. La popularité de figures locales complètement éloignées des institutions formelles, comme Nasser Zefzafi, un ancien videur de boîte de nuit sous-éduqué qui a été le leader des manifestations du Rif en 2017, illustre le succès des autorités à délégitimer les alternatives institutionnelles. Si le pays devait connaître des soulèvements similaires à ceux qui ont eu lieu dans les pays voisins, la Tunisie ou l’Égypte, une transition pacifique serait difficile étant donné l’absence de figures représentatives légitimes capables de canaliser et de répondre aux demandes populaires.

D’un point de vue européen, il est donc essentiel de reconnaître que l’échec du modèle de réforme marocain comporte des risques importants qui concernent directement la sécurité européenne. Au lieu de louer les réformes cosmétiques du régime marocain, l’UE devrait faire pression sur la monarchie pour qu’elle adopte des réformes qui renforcent véritablement l’État de droit et les droits de l’homme et facilitent une croissance économique inclusive.

Références

Aziki, Omar (2015), CADTM – La Dette Publique Marocaine Est Insoutenable, CADTM – Comité Pour l’abolition Des Dettes Illégitimes, www.cadtm.org/La-dette-publique-marocaine-est (15 mars 2018).

Benchenna, Abdelfettah, Driss Ksikes, et Dominique Marchetti (2017), Les médias au Maroc : Une économie hautement politique, le cas de la presse papier et en ligne depuis le début des années 1990, in : La Revue des études nord-africaines, 22, 3, 386-410.

Boukhars, Anouar (2011), La politique au Maroc : Monarchie exécutive et autoritarisme éclairé, Routledge Studies in Middle Eastern Politics, 23, Londres : Routledge.

Catusse, Myriam (2009), Maroc : Un État Social Fragile Dans La Réforme Néolibérale, in : Alternatives Sud, 16, 59-83.

CFCIM (2014), L’informel : Un poids inquiétant pour le Maroc, Le site d’information de la CFCIM, www.cfcim.org/magazine/21595 (23 mars 2018).

Elayoubi, Salah (2013), Maroc. Mohamed VI, Le  » Roi Des Pauvres « , Dépense sans Compter, in : Courrier International, www.courrierinternational.com/article/2013/11/19/mohamed-vi-le-roi-des-pauvres-depense-sans-compter (10 mars 2018).

Guazzone, Laura, et Daniela Pioppi (eds.) (2009), The Arab State and Neo-Liberal Globalization : La restructuration du pouvoir étatique au Moyen-Orient, Reading : Ithaca Press.

Maggi, Eva-Maria (2016), La volonté de changement : Politique européenne de voisinage, acteurs nationaux et changement institutionnel au Maroc, in : Politik und Gesellschaft des Nahen Ostens, Wiesbaden : VS Verlag für Sozialwissenschaften.

Oubenal, Mohamed, et Abdellatif Zeroual (2017), Les Transformations de La Structure Financière Du Capitalisme Marocain, in : Revue Marocaine Des Sciences Politiques et Sociales, XIV, avril, 137-160.

Sidiguitiebe, Christophe (2014), Prolifération d’armes à La Frontière Entre Le Maroc et l’Algérie, in : Telquel.Ma, http://telquel.ma/2014/11/06/proliferation-armes-a-la-frontiere-entre-maroc-algerie_1421839 (15 mars 2018).

Source : German Institute for Global and Area Studies