Analyse: La politique marocaine de cooptation des élites (I)

Maroc, monarchie, élites, cooptation, économie, #Maroc, Mohammed VI,

Au-delà de l’image de la réforme modèle : La politique marocaine de cooptation des élites

Depuis son arrivée au pouvoir en 1999, le roi du Maroc Mohamed VI a consolidé son règne en renforçant la stratégie de cooptation et de rotation des élites de son père. Cependant, après deux décennies de prédation économique, l’affaiblissement progressif des canaux de distribution de la rente et l’absence de véritable démocratisation, la stratégie de consolidation du pouvoir du roi pourrait s’essouffler.

Le règne de Mohamed VI a coïncidé avec l’adoption de réformes néolibérales à grande échelle, qui ont créé de nouvelles opportunités de cooptation économique et renforcé l’alliance de la monarchie avec les élites économiques et politiques locales. Toutefois, ce virage néolibéral s’est accompagné de coûts importants pour les groupes à faibles revenus.

Les 20 dernières années ont été marquées par une augmentation de l’obéissance de l’élite locale et l’affaiblissement des canaux formels de participation politique. Le roi a également pu s’attribuer le mérite de politiques réussies tout en blâmant l’administration ou les élus pour les échecs et en contribuant à la désinstitutionnalisation de la politique du pays.

L’accroissement des inégalités et une culture établie de mépris envers les « perdants » des politiques de libéralisation et de privatisation signifient que les personnes mécontentes du régime se tourneront de plus en plus vers des mécanismes d’adaptation qui ont un impact direct sur la sécurité européenne (par exemple, le trafic de drogue et d’êtres humains, le terrorisme international et la contestation politique violente).

Implications politiques

Un Maroc stable et prospère est vital pour la sécurité de l’Europe. Toutefois, une croissance économique inclusive et durable n’est possible que si une véritable réforme démocratique permet la mise en œuvre effective de l’État de droit, le respect des droits de l’homme et le développement de solides canaux de participation démocratique par lesquels les griefs populaires peuvent être traités.

Co-Optation des élites par le néolibéralisme

Comme pour d’autres régimes autoritaires, le palais marocain sait depuis longtemps que l’opposition des élites, plutôt que l’opposition de masse, représente le danger politique le plus sérieux. Les trois rois marocains qui ont gouverné le pays depuis l’indépendance en 1956 ont donc utilisé deux instruments principaux pour prévenir la mobilisation : des concessions politiques soigneusement programmées d’une part, et la cooptation active des challengers potentiels d’autre part. Alors que les concessions politiques ont souvent été symboliques et n’ont jamais affaibli de manière significative les prérogatives du roi, le palais marocain a réussi à créer une relation de dépendance avec la plupart des élites économiques, politiques et culturelles du pays – qui ont échangé leur loyauté contre un accès privilégié aux canaux de distribution de la rente de l’État.

Alors que la logique de cooptation économique était une caractéristique constante de la politique marocaine sous Mohamed V (qui a récompensé les élites rurales loyalistes en leur donnant accès aux canaux de distribution de la rente de l’État en échange de leur soutien pendant sa lutte contre les nationalistes) et plus tard Hassan II (qui a utilisé la même stratégie pour récompenser les partis de gauche loyalistes qui ont soutenu sa marginalisation des mouvements islamiques), le roi Mohamed VI bénéficie actuellement d’un contexte économique international distinctif qui lui a permis d’étendre la stratégie de cooptation économique de la monarchie à des niveaux sans précédent.

Alors que Mohamed V et Hassan II distribuaient la rente par des canaux relativement limités (généralement sous la forme de licences de transport, de pêche ou d’exploitation minière), Mohamed VI a supervisé des réformes néolibérales à grande échelle depuis 1999 – qui ont créé de nouvelles opportunités de cooptation économique – et renforcé l’alliance de la monarchie avec les élites économiques et politiques locales. Comme le notent Guazzone et Pioppi (2009 : 6) et Boukhars (2011 : 53), l’adoption de politiques néolibérales sous forme de privatisation, de libéralisation et de déréglementation administrative et le retrait concomitant de l’État de la fourniture de biens publics ont eu une double fonction. D’une part, elle a libéré les autorités de la charge financière liée aux anciennes responsabilités de l’État. D’autre part, il a augmenté la résilience de l’État en contribuant à produire une nouvelle génération d’élites commerciales dépendantes de l’État pour la réglementation, l’arbitrage et l’accès aux opportunités économiques. Bien que le roi et ses proches collaborateurs aient été les principaux bénéficiaires du tournant néolibéral des années 1990 et de la première décennie du XXIe siècle, les partisans traditionnels du palais, les familles loyalistes et la plupart des membres de l’opposition historique du pays ont également vu leur statut économique s’améliorer considérablement.

Pour Amal, universitaire marocaine,  » une grande partie de l’élite économique est dans une relation gagnant-gagnant avec le palais, qui est impliqué dans un certain nombre d’activités économiques lucratives  » (Amal, entretien personnel, 18 mai 2017). Ces élites savent que leur simple proximité avec le roi se traduira par des profits économiques supplémentaires, même si une minorité est également mécontente de ce qui semble être une concurrence déloyale de la monarchie dans certaines activités commerciales telles que la banque ou les énergies renouvelables. Pour Amal, la proximité du palais est tellement valorisante économiquement qu' » aujourd’hui, ce n’est pas le régime qui cherche à coopter les gens mais plutôt les gens qui cherchent à se faire coopter  » (Amal, entretien personnel, 18 mai 2017). De même, pour Fouad Abdelmoumni, responsable de Transparency Maroc, l’élite économique du pays est  » une création directe du palais  » (entretien avec F. Abdelmoumni, Rabat, 22 mai 2017).

Selon Ghassan Wael, jeune journaliste marocain, le « principal mécanisme de cooptation et donc de résilience politique dans le pays est l’utilisation des politiques publiques pour promouvoir les grands projets publics, tels que les projets d’électrification du secteur rural, la promotion immobilière ou l’industrie automobile, qui bénéficient d’un lourd soutien de l’État » (entretien avec G. El Karmouni, Rabat, 18 mai 2017) et dont les bénéfices sont canalisés par le palais et ses associés. Sous Mohamed VI, l’immobilier et le réaménagement urbain – notamment dans les grandes villes de Casablanca, Rabat et Tanger – sont devenus des conduits majeurs pour les réseaux clientélistes cultivés par le roi et ses associés. En particulier, la privatisation des terres communales a déclenché un processus d’accumulation de capital sans précédent pour les clients du régime. Parmi les autres mécanismes de cooptation économique, citons la privatisation des entreprises publiques, rachetées par la suite par certains des associés du régime. Le virage néolibéral a pris une telle ampleur qu’en 2008, 90 des plus grandes entreprises publiques du pays étaient partiellement ou totalement privatisées, les plus rentables l’ayant été avant 2005 (Maggi 2016 : 103).

La duplicité bureaucratique entre l’administration et les acteurs privés est un mécanisme complémentaire gagnant-gagnant par lequel les ressources de l’État sont mobilisées pour protéger des entreprises commerciales spécifiques habituellement étiquetées  » champions nationaux  » par le biais d’exceptions et/ou de privilèges fiscaux et administratifs. Ces « champions nationaux » sont l’un des nombreux canaux par lesquels l’alliance entre le palais et une partie de l’élite économique du pays est cimentée. Un exemple concret est le projet Plan Vert du pays, un projet agricole ambitieux qui est officiellement conçu pour redynamiser le secteur agricole du pays. En réalité, certaines des meilleures terres rurales du pays ont été mises à disposition en dessous du prix du marché à des acteurs privés (la plupart proches du régime), qui bénéficient des politiques fiscales agricoles généreuses du gouvernement sans être soumis à aucune forme de contrôle public. Les partenariats public-privé dans les activités nouvellement privatisées telles que la collecte des déchets ou la fourniture d’électricité sont également utilisés pour soutenir les copains locaux qui ont obtenu les contrats les plus lucratifs dans des conditions obscures, voire carrément illégales. Les entreprises appartenant à ces associés ont souvent été autorisées à opérer sans aucune supervision, le tout aux dépens des usagers qui ont été contraints de payer plus cher sans que la qualité des services fournis ne s’améliore de manière significative.

La relation symbiotique entre les élites économiques et les autorités découle également de la profonde dépendance des premières vis-à-vis des secondes et de la vulnérabilité relative des grands groupes industriels marocains face à la mondialisation. Bien qu’elles aient bénéficié des politiques de libéralisation du pays et qu’elles aient souvent soutenu publiquement les politiques libérales, de nombreuses élites économiques marocaines ne sont pas en mesure de survivre sans les politiques protectionnistes et régulatrices de l’État (Benhaddou 2009 : 112-115). Dans le secteur du gaz, par exemple, les prix ont été libéralisés sans contrôle concomitant de l’État, ce qui fait que l’ensemble du secteur est géré par seulement 15 acteurs – dont l’un, Aziz Akhannouch, contrôle environ 30 % du marché et est également ministre de l’agriculture, chef du Rassemblement national des indépendants (RNI, un parti politique loyaliste) et ami personnel du roi (entretien avec G. Wael, Rabat, 18 mai 2017). Une étude des 344 plus grandes entreprises marocaines menée par Oubenal et Zeroual en 2017 montre qu’après le roi et sa famille, les deux plus grands bénéficiaires des politiques de privatisation et de libéralisation mises en œuvre dans le pays au cours des trois dernières décennies ont été 150 familles proches de la monarchie, dont les plus importantes sont également représentées au gouvernement, ainsi que des investisseurs étrangers (Oubenal et Zeroual 2017 : 137, 139, 154-155).

Tout en frappant le plus durement les groupes à faibles revenus, le tournant néolibéral a également permis l’accès aux circuits de rente à de nouveaux groupes de la classe moyenne émergente, dont le soutien s’est avéré crucial au cours des premiers mois tumultueux des soulèvements arabes. Malgré les conséquences négatives importantes des politiques de privatisation et de déréglementation sur la population générale, les revenus supplémentaires ont permis au régime d’acheter des consti-tuations clés (notamment les syndicats et les groupes clés de l’administration publique) au cours des premiers mois des soulèvements arabes en 2011. Selon un jeune ancien militant pro-démocratie, en conséquence, « la plupart des actions initiées par les acteurs locaux ont échoué parce qu’il n’y avait pas de soutien [des acteurs locaux] et … pas de courroie de transmission entre les demandes sociales et l’élite du pays, qui a refusé de légitimer les demandes populaires » (entretien avec Y. Rguig, Rabat, 20 mai 2017).

Même les médias du pays sont profondément ancrés dans cette logique clientéliste. Dans leur analyse des principaux actionnaires du secteur des médias du pays, Benchenna et al. (2017 : 10-11) constatent que, à quelques exceptions près, les figures médiatiques marocaines sont membres soit du régime, soit de la bourgeoisie locale, qui a bénéficié de la libéralisation économique et politique des 20 dernières années. Parmi ces acteurs, on peut citer Fahd Yata, le fils d’Ali Yata (ancien leader de l’opposition communiste et fondateur de l’un des principaux magazines économiques du pays), Moulay Hafid Elalamy, l’actuel ministre de l’industrie et du commerce, et Aziz Akhannouch, l’actuel ministre de l’agriculture – qui possèdent tous certaines des publications les plus renommées du pays (Benchenna et al. 2017 : 10-11). « (P)our ces hommes d’affaires, […] investir dans le secteur de la presse vise à protéger leurs propres intérêts commerciaux, à soutenir un monde politique stable en utilisant leurs nombreux titres à l’appui de la communication politique, et à ajouter la compétence commerciale comme l’une des qualités requises pour devenir un politicien établi » (Benchenna et al. 2017 : 10).

Une légitimité à double voix

Une autre caractéristique de la stratégie de consolidation du pouvoir de Mohamed VI est son intense discours de production de légitimité dans lequel il se positionne comme l’unique architecte de la plupart, sinon de toutes les réalisations économiques, sociales et politiques du pays. Le roi est omniprésent dans la couverture médiatique du pays et nourrit constamment l’impression qu’il est le seul acteur capable de mettre en œuvre des réformes politiques ou de réaliser des projets économiques réussis, tout en rejetant la responsabilité des échecs sur les élus et les administrateurs locaux.

Au cours des deux dernières décennies, par exemple, le roi s’est attribué tout le mérite (i) de la réforme du code de la famille et donc de l’amélioration des droits des femmes dans le pays, (ii) de la mise en place d’un ambitieux comité d’équité et de réconciliation, qui a officiellement tourné la page des violations des droits de l’homme commises par son père, et (iii) de la mise en œuvre d’un ambitieux projet de réforme constitutionnelle destiné à renforcer les institutions politiques du pays. Sur le plan économique, le roi a (a) mené de grands projets d’infrastructure qui ont permis de quadrupler la longueur du réseau autoroutier du pays, (b) éliminé la quasi-totalité des bidonvilles urbains du Maroc, et (c) revitalisé les centres des grandes villes du pays. Le monarque est également à l’origine de certains des projets socioculturels les plus populaires du pays, allant des festivals de musique aux célébrations religieuses.

Cependant, l’effort du roi pour produire de la légitimité est un exercice à double voix. Si certains efforts tentent véritablement de répondre à certains défis domestiques importants, tels que le logement insalubre ou l’électrification rurale, leur autre objectif est de renforcer l’alliance entre le roi et ses acolytes par une logique systématique de transfert économique. Dans cette perspective, les réformes politiques et administratives mises en œuvre au cours des 15 dernières années ont eu peu d’effets positifs au-delà de ceux associés au régime ; elles ont essentiellement visé l’élite économique et politique du pays. Bien qu’elles aient donné l’impression d’une réforme démocratique, les réformes constitutionnelles et administratives ont été utilisées dans la pratique pour dépolitiser et bureaucratiser les anciens opposants du roi en les récompensant par des salaires attractifs et un statut public (entretien avec G. Wael, Rabat, 18 mai 2017). Ce système de cooptation intensive est formalisé en partie par de nombreuses instances de médiation créées sous l’impulsion royale – notamment, le Conseil national des droits de l’homme (CNDH), le Conseil des Marocains résidant à l’étranger (CCME), le Conseil royal consultatif des affaires sahariennes (CORCAS), l’Instance centrale de prévention de la corruption (ICPC) et le Conseil supérieur de l’éducation. Ces conseils et comités sont tous présidés ou dirigés par des associés au régime ou d’anciens opposants qui ont accepté de s’intégrer au système et de cibler des groupes d’électeurs spécifiques, tels que les groupes de femmes, les Marocains résidant à l’étranger et les notables tribaux de la région du Sahara, qui ont tous un fort potentiel de mobilisation. Même si ces institutions sont rarement en mesure de mettre en œuvre des changements pratiques malgré le battage médiatique qui entoure généralement leur création, le processus de cooptation et d’intégration des élites qui se produit est bien réel et contribue à neutraliser les personnalités qui se font entendre, comme Driss Benzekri, un ancien prisonnier politique qui a été appelé à diriger l’Instance équité et réconciliation de 2004. Un autre exemple est celui de Salah El Ouadie, un ancien prisonnier politique et un homme d’extrême gauche qui a été le porte-parole du Parti authenticité et modernité (PAM), un parti pro-monarchie.

Une autre stratégie utilisée par la monarchie consiste à équilibrer les différents intérêts administratifs, économiques et militaires les uns contre les autres par l’arbitrage des élites. Cette pratique a une double fonction. D’une part, elle signale à la population que le monarque est réellement soucieux des réformes politiques et économiques et attentif aux préoccupations de ses sujets. Le roi a ainsi pris l’habitude de gronder régulièrement les administrateurs et les élus pour leur manque de professionnalisme. Mohamed VI a également habitué le pays à des accès réguliers de colère royale au cours desquels il punit les politiciens ou les administrateurs jugés incompétents en les démettant de leurs fonctions et en semblant prendre la responsabilité personnelle de l’exécution rapide de certains projets. Le palais permet également aux fondations royales, notamment la Fondation Mohamed V pour la solidarité et le Fonds Hassan II pour la solidarité économique et sociale, de bénéficier d’importantes ressources publiques. Ces deux institutions sont financées par des fonds publics, n’ont pratiquement aucun compte à rendre au Parlement et sont placées sous l’autorité de membres de l’entourage du roi ou d’hommes d’affaires du secteur privé (Catusse 2009 : 78). Si les fonds sont publics, tout le prestige de ces organisations se répercute sur le roi, qui ne permet pas à d’autres d’apparaître comme des concurrents potentiels.

D’autre part, et peut-être plus important encore, l’utilisation sélective du système judiciaire pour statuer sur la corruption administrative, le népotisme et les conflits d’intérêts est un mécanisme complémentaire par lequel le régime génère la loyauté de l’élite tout en donnant l’illusion d’une réforme démocratique et judiciaire. Les campagnes anti-corruption aléatoires ciblent stratégiquement les acteurs jugés déloyaux par le roi et lui permettent simultanément de renforcer son rôle d’arbitre ultime des intérêts politiques et économiques divergents. Transparency International classe le pays au 90e rang sur 176 (derrière le Liberia, la Zambie et le Lesotho par exemple) et des scandales réguliers illustrent la prévalence de la corruption à tous les niveaux de la société, mais plus particulièrement dans les hautes sphères administratives dépendant de la monarchie. Parmi les exemples de collusion, citons l’attribution de terres publiques en dessous du prix du marché à des associés du régime et l’acceptation de conflits d’intérêts flagrants à tous les niveaux des affaires et de l’administration. Pour Fouad Abdelmoumni, économiste marocain et secrétaire général de la section marocaine de Transparency International, « la corruption n’est pas un phénomène marginal […]. C’est un choix délibéré d’encourager les pratiques criminelles  » (entretien avec F. Abdelmoumni, Rabat, 22 mai 2018).

Source : German Institute for Global and Area Studies