Algérie-Maroc : ont-ils déjà atteint le « point de non-retour »?

Maroc, Algérie, #Maroc, #Sahara Occidental, #Algérie, Front Polisario, Sahara Occidental,

Algérie-Maroc : les relations entre les deux pays maghrébins n’ont jamais été aussi tendues. Ont-ils déjà atteint le « point de non-retour » ?

Jamais, depuis la « guerre des sables » d’octobre 1963 — lorsque le Maroc entendait occuper une partie du territoire algérien (les provinces de Tindouf et de Béchar) — la tension entre l’Algérie et le Maroc n’a été aussi extrême. Les relations sont « tranchantes au couteau » et même le discours prétendument apaisant du roi Mohamed VI prononcé le 30 juillet, date commémorative de deux décennies de règne, n’a eu aucun effet. Les autorités algériennes n’ont pas accordé de crédit à cette prétendue « sortie » du monarque alaouite, en même temps que son régime s’enlisait dans le scandale d’espionnage Pégase, qui était aussi la cible privilégiée de nombreux téléphones portables des plus hautes sphères politiques et algériennes. autorités militaires.

Algérie : revoir les relations, fermer l’espace aérien avec le Maroc

Alger a décidé hier de « revoir » ses relations avec le Maroc, qu’il accuse d’être impliqué dans les incendies dévastateurs dans le nord du pays, selon un communiqué de la présidence algérienne.

« Les actes d’hostilité incessants perpétrés par le Maroc contre l’Algérie exigent une révision des relations entre les deux pays et une intensification des contrôles de sécurité à la frontière ouest », indique le communiqué présidentiel publié à l’issue d’une réunion extraordinaire du Haut Conseil de sécurité algérien (HCS) présidée. par le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune.

Le HCS parle d' »intensifier les contrôles de sécurité à la frontière avec le Maroc ». En clair, l’armée est en état d’alerte pour faire face à toute éventualité après la menace du ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid a affirmé à Casablanca, lors de sa visite officielle au Maroc, d’une « inquiétante alliance algéro-iranienne ».

Le portail algérien Algérie Patriotique affirme que l’Algérie a même décidé de fermer l’espace aérien et de couper toutes les liaisons entre Alger et Casablanca.

Selon la presse algérienne, le pays essaie de « garder son calme pour éviter que la crise ne prenne de nouvelles dimensions, mais l’attitude prudente et rationnelle de l’Algérie semble avoir été perçue comme un signe de faiblesse par les récentes décisions de Rabat, qui à l’entité sioniste comme « refuge politique » avec laquelle ils ont passé un accord qui consiste à formaliser les relations déjà existantes entre les deux alliés ».

L’Algérie a commencé à remarquer l’attitude agressive évidente du Royaume du Maroc contre son intégrité territoriale – rapporte la presse algérienne – lorsque le mois dernier, lors du sommet des non-alignés, le représentant du Maroc à l’ONU a explicitement déclaré la guerre à l’Algérie, reprenant la cause du mouvement séparatiste Kabyle MAK, des mois après avoir été considéré comme une organisation terroriste par Alger.

Les récents incendies au cours desquels plusieurs milliers d’hectares ont brûlé et tué 80 personnes, notamment dans la région de Tizi Ouzou, ont cependant été le détonateur de la colère algérienne qui, selon des sources algériennes, ne devrait pas s’arrêter là.

Et si le gaz algérien ne passait pas par le Maroc ?

La prochaine étape pourrait être la « fin » du gazoduc Maghreb-Europe (GME), qui traverse le territoire marocain et relie les champs gaziers algériens au territoire espagnol, une situation qui inquiète les autorités de Rabat et qui pourrait encore s’intensifier la situation économique difficile du pays, fortement aggravée par la pandémie de covid-19. Le contrat GME, il faut le préciser, se termine le 31 octobre et tout est en perspective pour qu’il ne soit finalement pas reconduit, d’autant que l’Algérie dispose déjà d’une alternative viable et opérationnelle : Medgaz, un gazoduc qui relie directement Beni Saf, Algérie , au port d’Almeria, en Andalousie. Ce gazoduc fournit actuellement 60% des besoins en gaz de l’Espagne et sa capacité a déjà été étendue afin que l’Algérie puisse envoyer les plus de 10 000 millions de m3 qui ont transité jusqu’à présent,

Le Maroc a largement bénéficié de l’existence de cette infrastructure, non seulement parce qu’il est totalement dépendant du gaz et du pétrole, et a été approvisionné pour sa propre consommation, mais depuis 2002, les caisses du royaume ont bénéficié de montants élevés de taxe prélevés par le transid d’énergie. Rien qu’en 2017 et 2018, et selon la presse marocaine, le montant facturé s’élevait à environ 190 millions d’euros. Si le contrat expire le 31 octobre, le Maroc pourrait devoir s’approvisionner en gaz par voie maritime ou… importer du gaz d’Europe via le GME lui-même.

L’énergéticien algérien Sonatrach, la plus grande entreprise du continent africain, a approvisionné l’Espagne et le Portugal à travers ce « pipeline » de 1 300 km (dont 540 traversant le territoire marocain).

Les responsables algériens ont laissé entendre qu’ils étaient prêts à continuer à le faire maintenant par le biais du pipeline d’Almeria.

La situation a mis les dirigeants politiques et techniques marocains très mal à l’aise. Pas plus tard qu’hier, 18 août, la directrice générale de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), Amina Benkhadra, a déclaré à un organe de l’agence de presse nationale MAP, que le Maroc avait déjà exprimé le message de diverses manières et par tous les moyens, leur volonté de voir le contrat renouvelé. Dans la même interview, le directeur a déclaré que le pipeline était « un formidable outil de coopération mutuellement bénéfique et un projet régional structurant et mutuellement bénéfique ». Le directeur général de l’ONHYM a même souligné que son « accès libre et des tarifs transparents et non discriminatoires, soulignant que le fait que l’infrastructure était déjà amortie permettait d’avoir « des tarifs plus compétitifs que tous les autres moyens de transport actuels ».

Coïncidence, ou peut-être pas, hier également, le PDG de Sonatrach, Tewfik Hakkar, a déclaré que l’Algérie « a toujours été en mesure d’assurer l’approvisionnement de l’Espagne en gaz naturel via le gazoduc Medgaz et grâce aux capacités de liquéfaction de son pays ».

« Nous avons pris toutes les dispositions nécessaires en cas de non-renouvellement du contrat du pipeline en question (le GME) », a déclaré Hakkar lors d’une conférence de presse tenue en marge de la présentation des rapports d’activité de la Sonatrach, en réponse à un question sur l’éventualité d’un non-renouvellement du contrat du gazoduc Maghreb-Europe reliant l’Algérie à l’Espagne via le Maroc.

« Même en cas de non-renouvellement de ce contrat, qui se termine en octobre prochain, l’Algérie pourra approvisionner l’Espagne et également satisfaire sans problème toute demande supplémentaire du marché espagnol », a souligné le PDG de Sonatrach.