Wikileaks : Câble sur la source opaque de la richesse au Maroc

Maroc, Wikileaks, économie, richesses, corruption, #Maroc, #Wikileaks,

Le 23 mai 2008, le Consul américain à Casablanca, Douglas Green fait état de la mainmise du roi sur les affaires dans le pays.

SUJET : SOURCES DE RICHESSE A CASABLANCA – INTERNES, EXTERNES, ILLICITES

Classé par : L’agent principal Douglas Greene pour les raisons 1.4 (B)
ET (D)

1. (SBU) Résumé : À Casablanca, la plus grande ville et capitale économique du Maroc, la prospérité est de plus en plus visible, ce qui soulève la question de son origine. L’argent des familles, les secteurs bancaire et immobilier, ainsi qu’un marché boursier performant, sont à l’origine d’une partie de la richesse. Les envois de fonds des Marocains résidant à l’étranger, le tourisme et les investissements étrangers, notamment en provenance des pays du Golfe, constituent les principales sources extérieures d’argent. Les sources de revenus illicites, notamment le trafic de drogue, le blanchiment d’argent et la corruption endémique, jouent également un rôle dans l’économie croissante. L’augmentation de la consommation a été un atout pour l’économie, mais la richesse de Casablanca doit être partagée plus largement pour bénéficier à tous les segments de la société. Résumé final.

————————–
LES SOURCES INTERNES DE RICHESSE
————————–

2. (SBU) Le phénomène facilement observable de la richesse à Casablanca soulève la question de l’origine de l’argent. De nombreux Casablancais citent l’argent de la famille comme l’un des principaux facteurs de richesse de la ville.

Selon Samir Benmakhlouf, président de Century 21 Maroc, l’industrie textile, basée à Fès, était traditionnellement le moteur de l’économie marocaine. Dans les années 70 et 80, les producteurs de textile se sont déplacés vers Casablanca pour trouver des débouchés commerciaux, créant ainsi des opportunités économiques. Casablanca pour y trouver des opportunités de vente au détail, créant ainsi un élan économique et apportant de l’argent à la ville. Un article du Middle East Report sur la bourgeoisie marocaine soutient cette vision historique, mais date le changement à la fin de la Seconde Guerre mondiale : « Le centre de gravité économique s’est déplacé vers les villes côtières, en particulier Casablanca. Des hommes d’affaires entreprenants ont quitté Fès pour Casablanca, où ils ont continué à être connus sous le nom de Fassis. » Aujourd’hui encore, les natifs de Fès conservent leur réputation de membres d’une élite douée pour les affaires. L’un des hommes les plus riches du Maroc, Othman Benjelloun, est originaire de Fès et est président-directeur général de la BMCE, la troisième plus grande banque du Maroc. Selon les employés de la BMCE, une « mafia de Fez » domine la banque. mafia » domine la culture de la banque. Benjelloun et d’autres personnes comme lui appartiennent à une élite fortunée de longue date qui contribue à la prospérité de Casablanca.

3. (U) Le secteur bancaire, basé à Casablanca, génère également de la richesse. Parmi les 15 banques du Maroc, on compte cinq banques privées appartenant à des Marocains et cinq banques étrangères. Grâce à l’expansion des réseaux géographiques et à l’augmentation des produits et services bancaires, notamment la banque en ligne, les prêts hypothécaires et le crédit à la consommation, le secteur a connu une croissance impressionnante. Dans l’ensemble, les revenus des banques ont augmenté de 10,5 % en 2006 pour atteindre 2,56 milliards d’USD. La même année, les banques marocaines ont enregistré des bénéfices nets de 825 millions d’USD, soit une augmentation de 68 % par rapport à l’année précédente. Ces bons résultats ont entraîné une augmentation des recrutements, notamment de jeunes Marocains instruits. Elle a également conduit plusieurs des six banques cotées à la Bourse de Casablanca à proposer des options d’achat d’actions aux employés, leur permettant ainsi de participer à la rentabilité de leur banque. Le rapport annuel 2007 de la BMCE Bank indique que les employés ont réalisé des gains moyens de 380 % lors de la deuxième offre publique de la banque, « ce qui équivaut à environ 15 fois le salaire mensuel net ». Une telle performance a un effet d’entraînement sur l’économie de Casablanca.

4. (SBU) Tout comme le secteur bancaire, le marché de l’immobilier contribue à la richesse de Casablanca, en raison d’une convergence de facteurs. La rareté des terrains dans la ville dense de Casablanca rend l’immobilier plus cher. Selon l’Oxford Business Group, la ville s’étend sur une superficie de 69,5 miles carrés, mais il lui faudrait plus de 100 miles carrés pour accueillir une population actuelle de plus de trois millions d’habitants. Comme les Marocains ont quitté les zones rurales pour s’installer à Casablanca, les prix des terrains ont augmenté. L’afflux d’investissements directs étrangers (IDE) aggrave cet effet. Sur les sept milliards de dollars d’IDE que le Maroc a reçus en 2007, l’immobilier représentait 26 %, juste derrière le tourisme (29 %). Étant donné que 63 % des investisseurs considèrent Casablanca comme le lieu le plus attractif pour investir au Maroc, les IDE ont eu un impact significatif sur la valeur des biens immobiliers dans la ville – et sur le développement d’un marché pour les biens et services haut de gamme.

5. (SBU) Dans un tel environnement, la spéculation se produit, poussant les prix à la hausse et permettant aux propriétaires fonciers de réaliser des profits faramineux. Dès l’annonce d’un nouveau Schéma Directeur d’Aménagement Urbain (SDAU), des spéculateurs achètent des biens dans des zones ciblées dans le seul but de les revendre. Selon Benmakhlouf de Century 21, « vous pouvez acheter un bien pour un million de dirhams et il vaudra 1,5 million dans six mois ».

6. (SBU) Les formidables performances de la Bourse de Casablanca sont aussi un facteur de création de richesse. Selon Jawad Kerdoudi, économiste et président de l’Institut marocain des relations internationales, de nombreuses entreprises attirent les investisseurs en cotant leurs actions à des prix faibles lors de l’introduction en bourse. Après quelques semaines, les prix montent en flèche, permettant aux actionnaires de vendre avec un bénéfice considérable. En tant que plus grande ville et centre économique du Maroc, Casablanca voit une grande partie de l’argent que les Marocains gagnent à la bourse.

————————–
SOURCES EXTERNES DE RICHESSE
————————–

7. (U) Comme indiqué ci-dessus, Casablanca a bénéficié d’un afflux d’argent provenant de l’extérieur du pays. Tout d’abord, les transferts de fonds des Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont augmenté depuis l’accession au trône de Mohammed VI en 1999, pour atteindre environ 7,8 milliards de dollars en 2007. Deuxièmement, le tourisme apporte des capitaux importants. Le secteur a augmenté de 12 à 14 % par an depuis 2001, lorsque le roi a lancé la politique stratégique de développement du tourisme « Vision 2010 ». Selon un rapport publié en 2007 Selon un rapport publié en 2007 par le Centre régional d’investissement de Casablanca, le tourisme a représenté plus d’investissements à Casablanca que tout autre secteur.

8. (U) L’investissement étranger est une troisième source importante de richesse à Casablanca. Profitant largement de la hausse des prix du pétrole, les pays exportateurs de pétrole du Golfe recherchent d’importantes opportunités d’investissement au Moyen-Orient, y compris à Casablanca. Moyen-Orient, y compris à Casablanca. Dubai Holding, par exemple, a lancé un projet de 500 millions d’USD pour construire une marina polyvalente à côté du port de Casablanca. Un groupe koweïtien et marocain a des plans pour un développement résidentiel dans la ville. Les investisseurs hors du Golfe recherchent également des opportunités financières à Casablanca. Au fur et à mesure que l’argent des MRE, du tourisme et des investisseurs étrangers est canalisé vers les banques, l’immobilier, le marché boursier et d’autres investissements, l’économie de Casablanca se développe.

————————-
LES SOURCES ILLICITES DE RICHESSE
————————-

9. (C) La plupart des Casablancais reconnaissent qu’une partie au moins de la richesse de Casablanca provient d’activités illicites telles que le trafic de drogue et le blanchiment d’argent. Selon Khalid Belyazid, PDG du groupe d’édition Eco-Medias, « Nous avons de l’argent sale. Le problème est que nous ne savons pas combien ». Il n’existe pas de statistiques permettant de quantifier la part de la richesse de Casablanca qui peut être attribuée à des activités illicites. Toutefois, une indication peut être trouvée dans le rapport 2007 du gouvernement américain sur la stratégie internationale de contrôle des stupéfiants : « Le Maroc est le plus grand producteur mondial de résine de cannabis (haschisch) et est constamment classé parmi les plus grands producteurs de cannabis au monde ». Le rapport estime que le commerce de la drogue au Maroc (principalement vers l’Europe) rapporte environ 13 milliards de dollars par an, soit plus du double du montant apporté par le tourisme en 2007. Une partie de cet argent arrive à Casablanca, où il est soit dépensé en bijoux, voitures, maisons et autres articles, soit blanchi. Faisant référence à l’utilisation des cafés comme façades pour des activités commerciales illégitimes, un professionnel de la finance a plaisanté en disant que « le blanchiment d’argent crée une belle culture des cafés à Casablanca ».

9. (C) La plupart des Casablancais reconnaissent qu’une partie au moins de la richesse de Casablanca provient d’activités illicites telles que le trafic de drogue et le blanchiment d’argent. Selon Khalid Belyazid, PDG du groupe d’édition Eco-Medias, « Nous avons de l’argent sale. Le problème est que nous ne savons pas combien ». Il n’existe pas de statistiques permettant de quantifier la part de la richesse de Casablanca qui peut être attribuée à des activités illicites. Toutefois, une indication peut être trouvée dans le rapport 2007 du gouvernement américain sur la stratégie internationale de contrôle des stupéfiants : « Le Maroc est le plus grand producteur mondial de résine de cannabis (haschisch) et est constamment classé parmi les plus grands producteurs de cannabis au monde ». Le rapport estime que le commerce de la drogue au Maroc (principalement vers l’Europe) rapporte environ 13 milliards de dollars par an, soit plus du double du montant apporté par le tourisme en 2007. Une partie de cet argent arrive à Casablanca, où il est soit dépensé en bijoux, voitures, maisons et autres articles, soit blanchi. Faisant référence à l’utilisation des cafés comme façades pour des activités commerciales illégitimes, un professionnel de la finance a plaisanté en disant que « le blanchiment d’argent crée une belle culture des cafés à Casablanca. »

10. (C) La corruption représente également une certaine part de la richesse de Casablanca. « Vous ne pouvez pas imaginer à quel point l’impact est important », a déclaré un résident de longue date après avoir expliqué le phénomène des fonctionnaires qui exploitent des informations privilégiées et/ou leur pouvoir pour en tirer un avantage financier. Dans un cas notoire, un officier de police a créé une entreprise d’importation de motos BMW après avoir appris que la police prévoyait d’équiper une brigade de motards. M. Benmakhlouf, de Century 21, a noté que les permis de construire pour des terrains mis en réserve par la ville sont parfois accessibles aux promoteurs qui versent des pots-de-vin. Cette corruption permet à ceux qui en bénéficient d’amasser des richesses importantes, même si elles ne sont pas déclarées.

11. (SBU) L’économie informelle est un autre vecteur par lequel les individus amassent des richesses. Si le terme évoque des images de petits détaillants ou de travailleurs sans papiers, il peut s’agir d’entreprises à part entière qui fonctionnent en dehors du cadre légal et de ses exigences. Dans l’industrie textile marocaine, par exemple, des usines entières ont mis fin à leurs activités officielles, pour rouvrir en dehors des limites de la ville sous la forme d’entreprises entièrement financées en espèces qui fonctionnent sous le radar des autorités marocaines (ou avec leur complicité). L’usine de matelas de Casablanca qui a brûlé fin avril 2008, tuant 58 travailleurs (REF A), offre un excellent exemple d’une situation dans laquelle un propriétaire d’entreprise a bafoué les codes du travail, de la sécurité et de la construction au nom du profit.

12. (C) La propre expérience du Consulat, qui a essayé d’acheter un terrain pour une nouvelle installation, illustre à quel point les arrangements informels, sous la table, sont enracinés dans l’économie marocaine. Quatre-vingt-dix pour cent des transactions immobilières à Casablanca sont effectuées de manière informelle. Sur plus de 30 sites identifiés, plus de 20 ont été immédiatement retirés de la liste parce que les courtiers ne voulaient pas vendre dans le cadre d’une transaction officielle. D’autres ont refusé de vendre parce qu’ils attendent que les prix s’apprécient. Parmi ceux qui ont accepté de vendre, beaucoup voulaient de l’argent sous la table en plus du prix demandé. Qu’il s’agisse de la vente d’un bien immobilier, de la gestion d’une société ou de la création d’une entreprise, le volume élevé d’activités menées en dehors des circuits officiels fait partie intégrante des affaires et permet souvent aux individus de contourner les réglementations et d’accroître leurs gains financiers.

———–
CONSOMMATION
———–

13. (SBU) Expliquer les sources de la richesse de Casablanca n’explique cependant pas nécessairement la consommation. Pour Khalid Rouggani, de la division des études du BMCE, les Marocains sont « cultivés pour être ouverts » et veulent savoir ce qui existe en dehors de leur pays. Par conséquent, ils connaissent les marques et les produits étrangers, et les achètent volontiers, notamment dans la ville cosmopolite de Casablanca. En revanche, M. Rouggani a cité l’Algérie, un pays disposant de 120 milliards de dollars de réserves, moins ouvert à la culture étrangère et moins enclin à consommer des produits étrangers. Les vendeurs de Dior et de Roberto Cavalli ont semblé confirmer l’idée que la culture joue un rôle dans la stimulation de la consommation, notant que « les Marocains aiment avoir du style » et constituent la majorité de leur clientèle.

14. (SBU) Les contrôles stricts des changes peuvent également contribuer à la consommation à Casablanca. Si le Maroc a assoupli les restrictions sur la quantité de devises que les Marocains peuvent sortir du pays, les contrôles externes sont toujours en place. Incapables de placer des économies importantes à l’étranger, de nombreux Marocains investissent et dépensent localement.

15. (C) Commentaire : La richesse qui est évidente à Casablanca indique de nombreux développements positifs, y compris des booms boursiers et immobiliers, alimentés par les transferts de fonds et de forts investissements étrangers. Elle suggère également des éléments négatifs difficiles à suivre, mais significatifs, tels que le trafic de drogue et une corruption profondément enracinée. Quelles que soient les sources de richesse, cependant, les contrastes entre riches et pauvres à Casablanca sont susceptibles de persister, car il y a peu de signes de retombées. Si les Casablancais n’ont pas la possibilité de partager la richesse qui les entoure, le risque de tensions sociales plus larges est susceptible d’augmenter. Commentaire final.

GREENE

Source : Marocleaks, 19/08/2021