Le Prince Andrew « une personne d’intérêt » dans l’enquête sur Epstein

Prince Andrew, Jeffrey Epstein, #PrinceAndrew, #JeffreyEpstein, Ghislaine Maxwell, Virgina Giuffre, #GhislaineMaxwell, #VirginaGiuffre,

WASHINGTON, 16 août (Reuters) – Les procureurs américains qui enquêtent sur les activités de la mondaine britannique Ghislaine Maxwell et d’autres personnes liées au financier américain Jeffrey Epstein considèrent le prince Andrew comme une personne d’intérêt dans l’enquête, a déclaré une source familière de l’enquête américaine.

Les enquêteurs veulent interroger Andrew, le deuxième fils de la Reine Elizabeth, sur son amitié avec Epstein dans le cadre de leur enquête sur d’éventuels co-conspirateurs, a déclaré la source. En tant que personne d’intérêt, il est considéré au moins comme un témoin potentiel.

En 2020, les procureurs ont déclaré qu’Andrew avait « cherché à se présenter faussement au public comme étant désireux et disposé à coopérer », mais qu’il n’avait accordé aucune interview aux autorités fédérales et avait refusé à plusieurs reprises de s’entretenir avec les enquêteurs.

Bien qu’Andrew reste une personne d’intérêt pour les procureurs du bureau du procureur américain du district sud de New York, ils ne s’attendent pas à pouvoir l’interviewer dans un avenir prévisible, voire jamais, selon la source.

« Il ne semble pas vouloir nous parler », a déclaré la source.

Les représentants du Prince ont refusé de faire des commentaires.

Au début du mois, Virginia Giuffre, qui a déclaré avoir été abusée par Epstein, a déposé une plainte civile contre Andrew devant le tribunal fédéral de Manhattan. Mme Giuffre affirme qu’Andrew l’a forcée à avoir des rapports sexuels non désirés au domicile de Maxwell à Londres.

Andrew a nié cette allégation.

Epstein est mort par suicide en 2019 alors qu’il attendait son procès pour des accusations de trafic de mineurs.

Ghislaine Maxwell a plaidé non coupable aux accusations selon lesquelles elle aurait procuré des adolescentes à Epstein pour qu’il en abuse sexuellement entre 1994 et 2004. Son procès devrait avoir lieu en novembre.

L’année dernière, les procureurs ont envoyé au gouvernement britannique une demande officielle, connue sous le nom de demande d’entraide judiciaire (MLAT), pour avoir accès au prince afin de pouvoir lui parler.

Le MLAT est une procédure utilisée dans le cadre d’enquêtes criminelles pour recueillir auprès de pays étrangers des éléments qui ne peuvent pas être obtenus facilement sur la base d’une coopération.

L’avocat de Giuffre n’a pas fait de commentaire immédiat.