Algérie/ Prix: Aucune empathie envers le citoyen

Algérie, prix, produits alimentaires, #Algérie,

Personne n’est aujourd’hui à l’abri de la hausse vertigineuse des prix des produits alimentaires et autres. C’est une des situations des plus dramatiques du moment qui risque de remuer des ambitions autres…Les sentences prononcées par les barons du marché, les spéculateurs et les commerçants sont habituellement lourdes à supporter par les consommateurs et les citoyens les plus démunis. Le marché affiche allégrement les prix.

La  » peine  » pour le pouvoir d’achat du citoyen peut être plus grave que le fixe l’économie de marché. Aucun appel n’est possible pour les ménages algériens. Tout le monde s’étant jusqu’à présent déclaré incompétent. En temps de libéralisation des prix, il n’existe plus de recours en grâce, c’est à peu près ce qui s’affirme sur le terrain.

En vertu de cette anarchie appelée à prendre de nouvelles propositions très graves à la veille de la rentrée scolaire, les règles les plus élémentaires de la complémentarité sont bafouées. Personne ne tient à prendre au sérieux la volatilité des prix, personne ne pense à  » voir mes enfants vivre et manger tranquillement « , dit un consommateur au bout de ses peines pour remplir son couffin.

La flambée des prix de tous les produits de consommation est sans doute actuellement la conspiration la plus dangereuse aujourd’hui eu égard aux conséquences socio-économiques imposées au pays par la crise sanitaire du coronavirus (Covid-19), car elle touche directement au corps le plus large de la société algérienne. Sur les étals les prix augmentent de plus de 80 %, voire plus dans certaines régions du pays où l’approvisionnement est perturbé par le confinement sanitaire.

La brutalité de la mercuriale se trouve là comme ailleurs. Un constat dès lors, frappe à l’œil, la chasse ainsi lancée contre le pouvoir d’achat du citoyen bat son plein, ses records. Une catastrophe qui peut avoir de lourdes conséquences sociales, voire politiques, très inquiétantes.

Incontestablement les barons du commerce semblent bénéficier de larges manœuvres pour monopoliser le marché à leur guise, même de fortes largesses, ici et là. Une dérive plus que jamais pour provoquer d’avantage d’inflation, mieux encore davantage de pauvreté pour les Algériens. L’envolée des prix paraît être mise en scène parce que d’aucuns tapis dans l’ombre du business économique et politique, tentent de réaliser un large front contre les pouvoirs publics. Le marché est aujourd’hui entre les mains d’une haute bourgeoisie locale et les grands opérateurs industriels dans une hostilité sans nuance avec les consommateurs.

Un état de fait d’une société aujourd’hui à la merci de ces vautours et à la recherche de son minimum de subsistance. Un désarroi qui n’intéresse guère plus personne.

Une réaction violente s’impose pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens et pour la mise en œuvre de nouveaux dispositifs de régulation du marché face aux fluctuations des prix et par conséquent, la recherche d’une stabilisation des prix des produits de base.

B. C.