La justice et l’ONU suspendent l’expulsion des mineurs vers le Maroc

Maroc, Espagne, Ceuta, mineurs, migration, #Maroc,

La justice et l’ONU ordonnent de paralyser le projet de Marlaska de renvoyer les mineurs au Maroc

-Un juge de Ceuta paralyse le rapatriement d’enfants et d’adolescents marocains pendant 72 heures
-L’ONU demande également à l’Espagne de « suspendre l’expulsion » des enfants migrants
-Yolanda Díaz a contacté Pedro Sánchez pour mettre en garde contre une possible violation des droits
-Nous publions ces informations ouvertement grâce aux partenaires d’ Info Libre . Sans votre soutien, notre projet n’existerait pas. Obtenez votre abonnement ou offrez-en un en cliquant ici . Les informations que vous recevez ne dépendent que de vous.

Cette fois, ce ne sont ni les ONG, ni l’opposition politique, ni les critiques de leur partenaire gouvernemental. Les projets du ministre de l’Intérieur de renvoyer au Maroc les enfants arrivés à Ceuta au mois de mai se heurtent de plein fouet à la justice espagnole elle-même au point que, lundi soir, un tribunal des gardes de Ceuta a ordonné l’arrêt du processus d’expulsion. Dans une décision avancée par Cadena Ser et confirmée par ce journal , le juge demande des informations au ministère de l’Intérieur et suspend les retours pendant 72 heures après avoir entendu le témoignage de 5 mineurs qui devaient être prochainement expulsés.

L’arrêt est un véritable coup dur pour Fernando Grande-Marlaska, qui a mené ces rapatriements controversés de mineurs au milieu du pont d’août et qui a insisté ces dernières heures sur la légalité de la procédure face aux critères unanimes des organisations internationales, des ONG. , Défenseur du Peuple et, désormais, de la justice. Mais le ministre a subi un autre coup dur ce lundi. Car sa procédure controversée et inédite d’expulsion des mineurs a même mérité le rejet de l’ONU. Dans une résolution publiée ce lundi par le Comité des droits de l’enfant de l’ONU et à laquelle Free info a eu accès, il est « demandé l’État partie (Espagne) suspend l’expulsion « des mineurs marocains vers leur pays d’origine » et leur transfert vers un centre de protection.

Quelques heures auparavant, le chef du Tribunal contentieux-administratif numéro 1 de Ceuta avait également ordonné de « suspendre » le rapatriement d’un groupe de douze mineurs marocains, décision dont seuls neuf d’entre eux ont pu se prévaloir d’avoir été renvoyés trois d’autres avec avant ladite résolution. Dans une ordonnance très dure vis-à-vis de la procédure lancée par le ministère de l’Intérieur et la ville autonome de Ceuta, le juge souligne que « la législation espagnole n’autorise que le retour des majeurs en situation irrégulière dans notre pays » et rappelle que « Notre système judiciaire exige pour le rapatriement des mineurs étrangers non accompagnés l’ouverture d’un dossier administratif, en el que debe constar datos tan esenciales como los relativos a la filiación y las circunstancias sociales y familiares de su entorno en el país de origen ». En contra de lo afirmado este mismo lunes por Fernando Grande-Marlaska en una entrevista en la Ser , la jueza concluye que en este caso « ni se ha tramitado ni consta resolución expresa sobre dicha cuestión respecto a cada uno de los menores » . Dos mazazos para Interior que se unen a una larga lista de denuncias por parte de ONG, Unicef o el Défenseur du peuple.

Jusqu’à la résolution du tribunal des gardes de Ceuta dans laquelle toutes les expulsions ont été paralysées pendant les prochaines 72 heures, les plans du ministère de l’Intérieur devaient aller de l’avant avec les transferts d’enfants vers la frontière avec le Maroc, selon des sources de ce département.

Contrairement à l’avis du reste des acteurs impliqués, le ministère de l’Intérieur répète que les retours se font avec toutes les garanties à travers une procédure de « retour assisté » pour chacun des mineurs. Une affirmation qui n’est pas seulement démentie par la juge dans son ordonnance de suspension. La propre circonscription des mineurs du gouvernement autonome de Ceuta , le département compétent pour établir ces dossiers individualisés, a demandé la protection du Parquet et l’a informé qu' »il n’a pas participé » à un processus qu’il définit comme  » retours sans garanties ». Interrogés également par l’existence de dossiers qui confirmeraient la position défendue par Marlaska selon laquelle les enfants font l’objet d’une attention particulière, de son département, ils soutiennent que c’est « la responsabilité du gouvernement de Ceuta ».

La gestion des migrations de Grande-Marlaska à Ceuta est déjà devenue un problème politique qui affecte également la coexistence des partenaires gouvernementaux. Comme Info Libre a pu le confirmer , la deuxième vice-présidente du gouvernement, Yolanda Díaz, a téléphoné à Pedro Sánchez le week-end dernier pour lui faire part de son inquiétude face au rapatriement des mineurs au Maroc. Des sources de la deuxième vice-présidence expliquent que Díaz a fait part au président de sa préoccupation concernant une éventuelle violation des droits, une affaire que United We peut considérer avec le plus grand sérieux. Selon ces mêmes sources, Sánchez a répondu que tout était fait conformément à la législation en vigueur.

Ce même lundi et après la résolution judiciaire, le ministère des Droits sociaux a envoyé une nouvelle lettre à Fernando Grande-Marlaska dans laquelle ils demandent « de cesser l’opération » jusqu’à ce qu’un protocole soit défini qui permette « aux enfants qui souhaitent retourner dans leurs familles pouvoir le faire dans des conditions de sécurité », mais aussi que ceux« qui ne souhaitent pas rentrer, restent en Espagne dans des conditions d’accueil décentes ».

D’autre part, l’un des principaux partenaires parlementaires du gouvernement comme ERC, a demandé la comparution urgente au Congrès du numéro deux de l’Intérieur et du Médiateur.

Info Libre, 17/08/2021