Du changement dans les relations entre l’UE et le Maroc ?

Maroc, Israël, Union Européenne, Sahara Occidental, UE, #Maroc, #UE, #Israël, #SaharaOccidental,

Un vent de changement pour les relations entre l’UE et le Maroc ? – Le ministre israélien en visite historique à Rabat annonce l’ouverture d’ambassades

Le ministre israélien des affaires étrangères, Yair Lapid, a atterri à Rabat pour une visite de deux jours au Maroc, mercredi 11 août. Il s’agit de la première visite officielle du plus haut diplomate israélien depuis 2003 et du voyage au plus haut niveau depuis la signature d’un accord par les deux pays normalisant leurs relations après quelque deux décennies.

Mercredi, les ministres des affaires étrangères marocain et israélien ont signé trois accords – un accord de services aériens entre le royaume nord-africain et l’État d’Israël, un accord de coopération dans les domaines de la culture, du sport et de la jeunesse, ainsi qu’un protocole d’accord sur la mise en place d’un mécanisme de consultation politique entre les ministères des affaires étrangères de leurs pays.

Le protocole d’accord semble s’inscrire dans la conception plus large de la diplomatie en face à face au cours de la visite du ministre israélien des affaires étrangères au Maroc. Ce voyage a été couronné jeudi (12 août) par l’inauguration de la mission de liaison d’Israël dans la capitale Rabat.

À cette occasion, M. Lapid a déclaré que les deux parties allaient faire évoluer leurs relations vers des liens diplomatiques complets et ouvrir des ambassades dans leurs pays respectifs d’ici deux mois. Le plus haut diplomate marocain, Nasser Bourita, a déclaré à son homologue israélien en visite que les liens nouvellement renforcés de leurs pays apporteront des avantages économiques et l’a exhorté à œuvrer en faveur d’une solution à deux États au conflit israélo-palestinien.

Israël et le Maroc partagent une longue histoire de liens formels et informels, de nombreux Israéliens ayant une lignée qui remonte au Maroc, qui abrite toujours une petite communauté de plusieurs milliers de Juifs. Les deux pays ont entretenu des relations diplomatiques de faible niveau dans les années 1990, mais Rabat les a rompues après l’éclatement du deuxième soulèvement palestinien en 2000.

Les deux pays ont maintenu des liens informels, des milliers d’Israéliens se rendant au Maroc chaque année. Mais en décembre dernier, le Maroc et Israël ont accepté de reprendre leurs relations diplomatiques dans le cadre des “accords d’Abraham” négociés par les États-Unis avec quatre États arabes : les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc. Dans le cadre de cet accord, Washington a également reconnu la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental.

Certains experts soulignent que la normalisation des relations avec Israël doit être considérée dans le cadre des efforts de diversification de Rabat – notamment par le biais d’alliances avec les pays du CCG et d’Afrique, ainsi qu’avec la Chine et, potentiellement, la Russie – dans le but d’être moins dépendant de l’Union européenne à l’avenir.

Comme l’affirme Yasmina Abouzzohour, chercheur invité au Conseil européen des relations étrangères, si le régime marocain sait qu’il ne peut survivre sans le commerce et l’aide de l’Europe, l’UE, de son côté, continuera à considérer le Maroc comme un allié précieux, notamment en raison de son rôle important dans la limitation de la migration irrégulière et la lutte contre le terrorisme. Mais à l’avenir, le Maroc sera moins enclin à accepter les critiques de l’UE sur son bilan en matière de droits de l’homme ou sur son différend territorial concernant le Sahara occidental – même s’il continuera probablement à tenir compte des recommandations sur son économie tant qu’il recevra des fonds de l’UE.

En fin de compte, Abouzzohour souligne que Rabat prendra presque certainement ses distances avec l’UE et ses États membres s’il estime qu’ils ont soutenu une quelconque atteinte à la souveraineté territoriale marocaine.

EU Bulletin, 16/08/2021