Un vétéran de l’opposition remporte la course présidentielle en Zambie

Zambie, élections présidentielles, Hakainde Hichilema, #Zambie,

LUSAKA, Zambie (AP) – Le vétéran de l’opposition zambienne, Hakainde Hichilema, a remporté la présidence de ce pays d’Afrique australe après avoir obtenu plus de 50% des voix.

Hichilema a été déclaré président élu par Esau Chulu, président de la Commission électorale de Zambie, tôt lundi après l’annonce des résultats de 155 des 156 circonscriptions du pays.

Le président Edgar Lungu, 64 ans, a reconnu sa défaite et a déclaré qu’il travaillerait pour un « transfert pacifique du pouvoir ».

Hichilema, un homme d’affaires de 59 ans qui brigue la présidence pour la sixième fois, a obtenu plus de 2,8 millions de voix contre 1,8 million de voix pour le président Edgar Lungu, réalisant l’une des plus grandes victoires électorales de l’histoire de la Zambie. Hichilema a recueilli plus de 50 % des près de 5 millions de voix exprimées pour remporter la présidence sans avoir à se présenter à un second tour des élections. Environ 80% des électeurs inscrits du pays ont voté.

Hichilema deviendra le septième président de la Zambie depuis la réintroduction de la démocratie multipartite en 1991 par le président fondateur, feu Kenneth Kaunda, qui avait dirigé le pays en tant qu’État à parti unique pendant plus de deux décennies.

Hichilema a perdu de justesse deux élections précédentes contre Lungu en 2015 et 2016. Son soutien a augmenté dans chacun de ces sondages et en 2016, il n’a perdu que 100 000 voix.

Les Zambiens ont célébré la nuit, avec des centaines de partisans frénétiques d’Hichilema transformant sa maison à la périphérie de la capitale, Lusaka, en une zone de fête.

Hichilema a du pain sur la planche, car ses partisans comptent sur lui pour augmenter l’emploi et éliminer la corruption. « Nous allons résoudre ce problème ! » était l’un de ses slogans de campagne populaires.

La Zambie a enregistré des progrès économiques pendant plus d’une décennie et a atteint le statut de pays à revenu intermédiaire en 2011, mais aujourd’hui, le pays est assailli par une inflation élevée, une dette élevée et des allégations de corruption.

La pandémie de COVID-19 a encore plus touché l’économie déjà chancelante. Les mesures de verrouillage ont poussé la Zambie dans sa première récession depuis 1998 et l’économie s’est contractée de 1,2%, selon la Banque mondiale.

Un assouplissement des mesures de verrouillage à la fin de 2020 et la hausse mondiale des prix du cuivre ont entraîné une certaine reprise, bien que l’inflation ait atteint un sommet de 22% en février de cette année, selon la Banque mondiale.