Kaboul ou l’écroulement de l’Occident

Afghanistan, Etats-Unis, Talibans, Occident, #Afghanistan, #Talibans

Par Abdel Boudemagh

A la différence des États-Unis, la Chine n’accroît pas son influence par les armes en détruisant des États comme l’Irak ou par des soutiens aux coups d’États militaires comme au Chili ni par le soutien à des États voyous, arrogants qui pratiquent l’apartheid comme Israël mais par une approche le plus souvent dédiée au développement de pays du tiers-monde comme en Afrique .

La Chine n’avance pas avec des idées colonisatrices ou d’hégémonie sur les peuples car elle croit au progrès des peuples non par une attitude altruiste mais parce que son marché est centré vers le reste du Monde avec une main d’œuvre très bon marché qui a besoin de s’accroître en équilibre avec le développement et les progrès économiques des pays du tiers-monde.

Elle participe ainsi à une redistribution des richesses sur un modèle gagnant-gagnant en respectant les choix politiques et culturels des pays.

La pandémie du CoVid19 a été un révélateur puissant sur la gestion catastrophique des pays occidentaux vieillissants et leur manque de solidarité et d’unité entre eux, quand la Chine à l’heure d’aujourd’hui contrôle aisément la pandémie dans une sérénité à toute épreuve.

Enfin la chute de Kaboul le 15 août 2021 a fini par achever cette vanité occidentale qui se voulait être dans le « tout prévoir »le « tout contrôler » pour finir à quitter l’Afghanistan dans un chaos indescriptible.

Les ambassades occidentales s’expatrient sur le tarmac de l’aéroport de Kaboul quand celle de la Chine s’engage à préparer la reconstruction de l’Afghanistan et de l’aider à entrer dans une ère de développement et progrès.

Oui Monsieur Anthony Blinken, secrétaire d’État des États-Unis d’Amérique, la chute de Kaboul est pire que la chute de Saïgon, elle signifie l’écroulement de l’Occident.

Algérie54, 16/08/2021