La migration comme arme: pourquoi l’Europe crie « Basta!

Union Européenne, UE, Europe, Migration, Maroc, Turquie, #Maroc, #Turquie,

Alors que de plus en plus de dictateurs utilisent les migrants à des fins géopolitiques, l’Union européenne lutte pour mettre fin à cette pratique.

En juillet, l’Union européenne a déployé un dirigeable sans équipage au-dessus de la frontière entre la Turquie et la Grèce, un État membre de l’UE. Le dirigeable de 115 pieds est équipé d’un radar et d’une caméra thermique pour aider à empêcher une autre vague massive de migrants du Moyen-Orient comme celle déclenchée par la Turquie il y a six ans. Le déploiement du dirigeable était programmé pour une menace similaire. Alors que les talibans s’emparent de l’Afghanistan et forcent peut-être les Afghans à l’Ouest comme arme de chantage, l’UE veut resserrer l’une de ses frontières vulnérables.

Toujours en juillet, l’État membre de l’UE, la Lituanie, a commencé à installer du fil de rasoir le long de sa frontière avec la Biélorussie. Cette décision est intervenue après que l’homme fort de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, a commencé à envoyer des milliers de migrants d’Irak et d’autres pays dans le petit État balte en représailles apparentes aux sanctions de l’UE. L’UE est depuis venue en aide à la Lituanie ainsi qu’à la Lettonie et la Pologne, deux autres pays de l’UE qui ont vu une augmentation des migrants en provenance de Biélorussie.

La tactique consistant à utiliser la migration comme une arme – pour causer des difficultés dans une démocratie ou simplement pour obtenir de l’argent – ​​n’est pas nouvelle. Au cours des décennies passées, Cuba et Haïti l’ont utilisé contre les États-Unis. Mais l’Europe a connu le plus de cas de ce recours au « bombardement démographique ».

La Russie, la Libye et la Turquie l’ont utilisé contre l’Europe. En mai, le Maroc a organisé un exode de 6 000 personnes vers l’Espagne en représailles à l’offre à Madrid de soins médicaux au chef d’un groupe au Sahara occidental qui cherche à obtenir l’indépendance du Maroc.

Début août, neuf États de l’UE ont envoyé une lettre à l’UE demandant de mettre fin à « l’exploitation des migrants » en tant que chantage « géopolitique ». “Il ne fait aucun doute que si l’Union européenne ne répond pas collectivement à cette nouvelle tactique des États tiers”, ont averti les pays, “le problème ne persistera pas, mais pourrait augmenter en portée et en impact”.

L’Europe abrite un dixième de la population mondiale et un tiers des migrants internationaux – résultat à la fois de sa géographie proche de l’Afrique et du Moyen-Orient, ainsi que de ses valeurs démocratiques libérales. Il n’est pas étonnant que l’agence de l’UE avec le budget le plus important soit en charge de la migration. Connu sous le nom de Frontex, il a déployé le dirigeable en Grèce et est venu en aide à la Lituanie.

Au cours du siècle dernier, le monde a freiné l’utilisation ou la propagation de nombreuses armes, des mines terrestres aux bombes chimiques. En 2018, en raison de multiples problèmes liés à la migration transfrontalière, les Nations Unies ont approuvé le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. La stratégie de l’ONU est d’aider les pays à s’attaquer aux causes profondes de la migration, à protéger les migrants et peut-être à mettre fin à la pratique des dictateurs qui déploient cette « bombe humaine ».

Une cinquantaine de pays ont souscrit à l’assistance de l’ONU en matière de migration, mais l’organisme mondial a également adopté une approche affirmative. Il a honoré plus de 20 pays en tant que « champions » pour l’amélioration de leur « gouvernance des migrations ».

S’attaquer aux raisons pour lesquelles les gens fuient un pays est le meilleur moyen de lutter contre la « militarisation de la migration ». C’est une étape nécessaire car de plus en plus de régimes exploitent l’innocence des gens pour nuire à d’autres pays. D’autres armes de masse qui blessent des civils ont été réprimées. Le monde est peut-être prêt à en finir avec un autre.

The Christian Science Monitor, 13/08/2021