Pourquoi la crise de la guerre en Éthiopie s’aggrave de jour en jour

Ethiopie, #Ethiopie, Tigré, #Tigré,

NAIROBI, Kenya (AP) – Les États-Unis ont annoncé l’envoi d’un envoyé spécial en Éthiopie, alors que le conflit en évolution rapide dans la région du Tigré s’est étendu aux régions voisines et que le gouvernement éthiopien a appelé cette semaine tous les citoyens capables à arrêter les forces résurgentes du Tigré « une fois pour toutes ».

La guerre qui s’étend dans le deuxième pays le plus peuplé d’Afrique, avec 110 millions d’habitants, est aussi une crise humanitaire croissante. Des millions de personnes dans le Tigré restent hors de portée de l’aide alimentaire et autre, les Nations unies et les États-Unis affirmant que les autorités éthiopiennes n’autorisent qu’une petite fraction de ce qui est nécessaire. Et des centaines de milliers de personnes dans les régions d’Amhara et d’Afar sont déplacées alors que les forces du Tigré avancent, jurant d’aller à la capitale, Addis-Abeba, si nécessaire pour arrêter les combats et lever le blocus sur leur région de 6 millions de personnes.

« C’est l’un de ces cas où les mots nous manquent pour décrire l’horreur de ce que les civils subissent », a déclaré le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, aux journalistes cette semaine. « Plus de conflit ne peut que conduire, malheureusement, à plus de douleur pour les civils ».

Voici un aperçu des derniers développements de cette guerre de neuf mois et des pressions que pourrait exercer l’envoyé spécial des États-Unis.

QUE RECHERCHENT LES ÉTATS-UNIS EN ETHIOPIE ?

Les États-Unis ont annoncé cette nuit que l’envoyé spécial Jeffrey Feltman se rendrait à partir de dimanche en Éthiopie, à Djibouti et aux Émirats arabes unis, un allié clé de l’Éthiopie. C’est un « moment critique », a tweeté le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan. « Des mois de guerre ont apporté une immense souffrance et une division à une grande nation, qui ne sera pas guérie par de nouveaux combats. Nous appelons toutes les parties à venir de toute urgence à la table des négociations. »

Cela semble hautement improbable. Le gouvernement éthiopien a déclaré cette année que le Front de libération du peuple du Tigré, qui a dominé le gouvernement pendant près de trois décennies avant que le Premier ministre Abiy Ahmed ne prenne ses fonctions en 2018, était un groupe terroriste. Les forces du Tigré ont posé plusieurs conditions préalables à des pourparlers et affirment qu’Abiy n’a plus la légitimité pour gouverner. Elles ont repris une grande partie de la région du Tigré en juin, dans un tournant dramatique de la guerre, alors que l’armée éthiopienne battait en retraite.

Ce qui avait commencé comme un différend politique a maintenant tué des milliers de personnes.

À propos des pressions que les États-Unis pourraient exercer pour encourager les négociations, un collaborateur du Congrès a déclaré à l’Associated Press : « Je crois savoir que toutes les options sont sur la table, qu’il s’agisse des sanctions globales Magnitsky (sanctions pour violations des droits de l’homme), d’un décret de sanctions, du retrait de la loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (African Growth and Opportunity Act), de mesures plus restrictives en matière d’assistance », ainsi que des moyens de bloquer les efforts de l’Éthiopie pour obtenir des fonds des institutions financières internationales. L’assistant s’est exprimé sous couvert d’anonymat car il n’était pas autorisé à parler publiquement des discussions politiques.

Les responsables et les législateurs à Washington ont manifesté leur impatience lorsque les responsables éthiopiens nient les violations généralisées des droits de l’homme, telles que les viols collectifs et les expulsions forcées de l’ethnie tigréenne, ou rejettent la responsabilité sur les forces tigréennes.

Le rejet par le gouvernement éthiopien d’un nouveau rapport d’Amnesty International faisant état de violences sexuelles choquantes à l’encontre des femmes tigréennes pendant la guerre « témoigne de l’inaction du gouvernement face aux multiples conflits et crises humanitaires qui secouent le pays », a tweeté jeudi le sénateur Jim Risch, membre de la commission des affaires étrangères du Sénat.

QUE DIT LE GOUVERNEMENT ÉTHIOPIEN ?

Le gouvernement éthiopien a exprimé à plusieurs reprises sa frustration, alléguant sans preuve que les États-Unis, l’ONU et d’autres pays prennent le parti des forces du Tigré ou soutiennent les combattants avec de l’aide. Ils ont affirmé qu’une attention disproportionnée était accordée au peuple tigré et que les abus présumés des forces tigrées dans les régions d’Amhara et d’Afar n’étaient pas suffisamment pris en compte.

L’allégation la plus urgente a été soulevée par l’agence des Nations unies pour l’enfance, qui a cité des « informations crédibles émanant de partenaires » concernant des attaques meurtrières perpétrées la semaine dernière dans un camp de personnes nouvellement déplacées à Afar. Une équipe de l’ONU prévoit d’évaluer les lieux dès que la sécurité le permettra, a déclaré l’agence jeudi. Le gouvernement éthiopien a rejeté la responsabilité sur les forces du Tigré, dont le porte-parole Getachew Reda a démenti mais a déclaré qu’elles étaient prêtes à coopérer à une enquête indépendante.

Dans la région d’Amhara, les groupes humanitaires ont des difficultés à atteindre leurs collègues à Woldiya, l’un des centres des combats, en raison d’une panne de communication. Les forces du Tigré ont formé une alliance militaire avec l’Armée de libération de l’Oromo, également désignée par l’Éthiopie comme un groupe terroriste.

Jeudi, la porte-parole du Premier ministre, Billene Seyoum, a déclaré aux journalistes que l’appel aux armes lancé par le gouvernement cette semaine, signalant la fin d’un cessez-le-feu unilatéral, signifiait que les Éthiopiens étaient invités à arrêter les forces du Tigré par « tous les moyens nécessaires ». Elle a déclaré que cela ne résulte pas de l’incapacité de l’armée à affronter les forces du Tigré et a affirmé que « des millions de personnes répondent à cet appel. »

QU’EN EST-IL DU SORT DES GENS ORDINAIRES ?

Les civils sont pris au piège et les efforts déployés pour leur apporter de l’aide sont de plus en plus difficiles, car le gouvernement éthiopien craint de finir par aider les forces du Tigré.

Ces dernières semaines, seuls 10 % de l’aide nécessaire au Tigré sont parvenus à la région, a déclaré à la presse l’administratrice de l’Agence américaine pour le développement international, Samantha Power, après une brève visite en Éthiopie la semaine dernière, au cours de laquelle le Premier ministre ne l’a pas rencontrée. L’USAID a estimé que jusqu’à 900 000 personnes dans le Tigré sont confrontées à des conditions de famine « artificielle » alors que les services téléphoniques, Internet et bancaires restent coupés.

Le Programme alimentaire mondial des Nations unies a déclaré vendredi qu’au moins 30 camions par jour doivent entrer dans la région pour répondre aux besoins et que ce qui est arrivé jusqu’à présent est une « goutte dans l’océan ».

Entre-temps, le gouvernement éthiopien a suspendu les activités de deux grands groupes d’aide internationale, la section néerlandaise de Médecins sans frontières et le Conseil norvégien pour les réfugiés, les accusant de diffuser des « informations erronées ». Cette mesure a dissuadé de nombreux travailleurs humanitaires de s’exprimer ouvertement, par crainte de représailles. Cela signifie également que les efforts déployés pour répondre aux crises dans les régions d’Amhara et d’Afar pourraient être affectés.

« Certaines organisations humanitaires pourraient maintenant modifier leurs campagnes de messages publics ou s’autocensurer pour éviter d’être suspendues. Cela contribuerait à la fermeture de l’espace civique en Éthiopie », a écrit jeudi le Center for Strategic and International Studies, basé à Washington.

Cela signifie que les conditions sur le terrain seront d’autant moins connues que de nombreux journalistes sont soumis à des restrictions imposées par le gouvernement, a-t-il ajouté, précisant que « les civils en souffriront. »