Le blocus de Ceuta et Melilla multiplie les demandes d’asile

Espagne, Maroc, Ceuta, Melilla, #Maroc,

Les Marocains en situation irrégulière piégés dans les villes autonomes après la pandémie ont recours à cette voie pour pouvoir se déplacer vers la péninsule.

LAURA J. VARO

Le parcours d’Hicham, un Marocain de 21 ans, a été une odyssée faite de nuits à dormir dans la rue, de refus d’embarquement au port de Melilla et d’un bout de papier accréditant son statut de demandeur d’asile. Il a réussi à atteindre Almería samedi dernier, après avoir tenté de quitter la ville autonome pendant plus d’un mois. « Sans passeport, ils ne te laissent pas voyager », se plaignait-il encore dans la ville autonome, avant de réussir à embarquer grâce à l’accompagnement d’un groupe de bénévoles.

Comme Hicham, des centaines de personnes, pour la plupart des Marocains bloqués à Ceuta et Melilla, ont commencé depuis juin à enregistrer des demandes d’asile dans les deux villes avec l’intention de rejoindre le continent espagnol. Depuis août 2020, des arrêts successifs de la Cour suprême ont entériné la libre circulation des demandeurs d’asile sur le territoire national, qui étaient auparavant condamnés à rester dans les villes autonomes en attendant les transferts périodiquement orchestrés par le ministère de l’Intérieur et qui ont été interrompus pendant une bonne partie de l’année 2020.

Malgré l’engagement du gouvernement à renforcer les bureaux de Ceuta et Melilla avec davantage de fonctionnaires, le problème pointe vers un manque de personnel au sein de l’Office de l’asile et des réfugiés (OAR) à Madrid. Les retards dans les procédures ont créé une fenêtre bureaucratique qui a été exploitée par les personnes en situation irrégulière qui ne voient pas d’alternative : elles ne peuvent pas retourner au Maroc par une frontière fermée depuis mars 2020 et, sans papiers, elles ne peuvent pas régulariser leur séjour.

La législation espagnole protège la procédure d’asile pour accorder un permis de séjour assorti d’un autre statut de protection internationale aux personnes qui fuient les persécutions, les conflits ou d’autres menaces dans leur pays d’origine. Cependant, le manque de personnel à l’OAR et le volume de demandes reçues depuis 2018 ont transformé les délais fixés par la loi en une possibilité de subterfuge utilisée par les migrants de Ceuta et Melilla pour partir sur le continent espagnol. Les demandes doivent être admises pour traitement ou non en moins d’un mois ; après cela, elles sont considérées comme admises par silence administratif et toute personne ayant présenté la demande peut se déplacer sur tout le territoire espagnol.

« Pour l’instant, je n’ai qu’un seul problème », explique Abdelatif, qui garde dans sa poche le papier convoité contenant la convocation pour formaliser la procédure de demande d’asile, « si je reste au Maroc, j’ai 20 autres problèmes ». L’homme s’est occupé d’une personne âgée pendant plus de 20 ans à Melilla avec un contrat transfrontalier pour lequel il a payé des cotisations de sécurité sociale. Lorsque la frontière s’est fermée, il a décidé de rester du côté espagnol, et a renoncé à retourner dans la ville voisine de Nador lorsque Rabat a rouvert la frontière fin 2020 pour permettre à ses ressortissants de revenir. L’objectif était de continuer à travailler à Melilla, ce qui lui a permis d’envoyer à sa femme quelque 8 000 euros jusqu’à l’expiration de son permis de travail.

À Ceuta, Younes se demande encore s’il doit demander l’asile pour quitter la ville. « Honnêtement, j’ai peur de cette histoire d’asile, je ne sais pas quelles seront les conséquences », dit Younes. Le jeune homme de 21 ans est entré à la nage à Ceuta en mai, accompagné de son frère de 16 ans, qui a été renvoyé au Maroc en moins de 24 heures. « S’ils vous rejettent (la demande), ils vous expulsent et vous renvoient au Maroc, et au Maroc, ils vous arrêteraient pour trahison », explique-t-il.

Jusqu’en 2020, les demandeurs d’asile à Ceuta et Melilla, les seules villes espagnoles bénéficiant d’une exception au contrôle frontalier imposé dans l’espace européen de Schengen, ne pouvaient pas quitter leurs 19 et 12 kilomètres carrés, respectivement. Les arrêts de la Cour suprême, qui obligent à cesser d’imposer des obstacles aux voyages en bateau ou en avion, sont intervenus après des années de procédures engagées par des organisations telles que la Commission espagnole d’aide aux réfugiés (CEAR) et le Service jésuite des migrants, qui ont fini par porter devant les tribunaux l’exception administrative qui empêchait les personnes de quitter les villes autonomes. Rien qu’à Ceuta, au moins 1 230 personnes ont réussi à traiter une demande d’asile depuis juin, selon la déléguée du gouvernement, Salvadora Mateos. À Melilla, la tendance s’est accentuée en avril, après que plus d’une centaine de personnes se soient retrouvées dans les rues suite à la fermeture des arènes.

El Pais, 11/08/2021