Le pouvoir du Maroc et le silence de l’Espagne

Maroc, Espagne, Sahara Occidental, #Maroc, #Espagne, SaharaOccidental, Front Polisario,

Lorsque le Maroc a autorisé des milliers de migrants à passer sans contrôle dans l’enclave espagnole nord-africaine de Ceuta en mai, le pays a probablement voulu faire une démonstration de force : L’Europe devrait enfin reconnaître la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental. Il s’agit d’un conflit qui dure depuis des décennies et qui n’a toujours pas été résolu.

Par Hans-Günter Kellner

La frontière de l’enclave nord-africaine espagnole de Ceuta avec le Maroc, le 18 mai : des milliers de personnes, dont de nombreux Marocains, affluent du côté espagnol. Les autorités frontalières marocaines avaient auparavant interrompu les contrôles. La police et l’armée espagnoles veulent d’abord arrêter les migrants, mais elles sont finalement assez impuissantes face à la ruée.

Le journaliste espagnol Ignacio Cembrero déclare : « Les raisons de cette ouverture de la frontière par le Maroc se trouvent à 1500 kilomètres plus au sud. Là, sur la côte atlantique, se trouve le Sahara occidental, autrefois colonie espagnole. Depuis 1975, le Maroc revendique ce territoire comme son propre État, tandis que le Front de libération du Polisario lutte pour son indépendance.

Le Sahara occidental était une colonie espagnole jusqu’en 1975

L’ancien président américain Donald Trump a reconnu la souveraineté marocaine sur le territoire en décembre avec un message sur Twitter. Avec l’ouverture de la frontière à l’extérieur de Ceuta, le Maroc voulait maintenant imposer que l’Espagne fasse aussi ce pas et accepte le Sahara Occidental comme territoire marocain, dit le journaliste Cembrero.

« Le Maroc pensait que plusieurs États prendraient cette mesure. Et pour le Maroc, ce que fait l’Espagne est particulièrement important. Elle est l’ancienne puissance coloniale et jouit d’une certaine autorité sur la question du Sahara occidental. Selon un avis juridique des Nations Unies, qui date maintenant de 19 ans, l’Espagne est même la puissance administrative du Sahara Occidental, même si elle ne peut pas exercer cette fonction. »

Jusqu’en 1975, le Sahara occidental était une colonie espagnole. Dans le cadre de la décolonisation exigée par les Nations unies, l’Espagne a organisé un référendum sur l’indépendance dans sa colonie de Guinée équatoriale dès 1968, et un tel référendum devait suivre au Sahara occidental en 1974.

« La décolonisation en Guinée équatoriale devait devenir un modèle, et elle s’est déroulée de manière exemplaire. Une autre question est de savoir ce que le pays est devenu par la suite. Elle s’est transformée en une dictature. Mais il est curieux qu’une dictature – ce qu’était incontestablement l’Espagne en 1968 – ait pu organiser un référendum démocratique sans faille dans une colonie. »

C’est ainsi que la Guinée équatoriale a opté pour l’indépendance. Au Sahara occidental, cependant, il n’y a jamais eu de vote correspondant.

« Peuple bien-aimé ! Demain, si Dieu le veut, vous passerez la frontière. » – Avec ces mots, le roi du Maroc Hassan II s’est adressé à la télévision aux dizaines de milliers de Marocains non armés qui allaient avancer au Sahara Occidental et occuper le territoire en novembre 1975. « Vous toucherez le sable et embrasserez la terre de votre patrie bien-aimée », a formulé Hassan II, étayant l’affirmation selon laquelle le Sahara occidental, avec ses mines de phosphate et ses riches zones de pêche dans l’Atlantique, a toujours fait partie du Maroc.

Le nouvel ennemi Maroc existe encore aujourd’hui

Les troupes espagnoles se retirent à quelques kilomètres derrière la frontière. L’Espagne ne voulait pas d’une guerre avec le Maroc, le dictateur Franco était mourant, personne ne savait ce qui allait se passer. L’Espagne a donc conclu un accord avec le Maroc et s’est retirée avant la fin du mois de février 1976. Le Front de libération du Polisario au Sahara occidental, qui luttait jusqu’alors contre la puissance coloniale espagnole, combat désormais un nouvel ennemi, à savoir le Maroc. Jusqu’à aujourd’hui.

« L’Espagne abandonne le territoire et oublie tout simplement ses plans de décolonisation. Cela ouvre les portes à l’invasion militaire qui se poursuit jusqu’à ce jour. J’avais neuf ans à l’époque », raconte Abdullah Arabi, envoyé du Front de libération du Polisario à Madrid. « Les militaires ont envahi les villes du Sahara occidental, vérifiant maison après maison, à la recherche de membres du Polisario. Il y a eu des arrestations arbitraires, beaucoup ont disparu pour toujours. Cela a façonné l’enfance de toute une génération. Nous avons alors pu fuir. C’est la situation qui prévaut encore aujourd’hui, 46 ans plus tard. »

Le représentant du Polisario parle de 400 personnes disparues. Un nombre que le Maroc, cependant, ne reconnaît pas. Une chose est sûre : Des dizaines de milliers de personnes fuient les attentats vers l’Algérie, le grand adversaire du Maroc au Maghreb. Près de la ville désertique de Tindouf, le Polisario a organisé cinq camps de réfugiés où, selon l’organisation, environ 175 000 personnes vivent encore aujourd’hui.

« Mon nom est Ebbaba Hameida. J’ai 28 ou 29 ans. La raison pour laquelle je n’en suis pas sûr est que je suis né dans le désert de tous les déserts. Dans les camps de réfugiés sahraouis en Algérie. C’est là que mes parents ont fui lorsque l’Espagne a abandonné le Sahara occidental et que le Maroc a occupé le territoire. »

Aujourd’hui, Ebbaba Hameida vit à Madrid. Comme elle, environ 4000 enfants des camps de réfugiés viennent chaque année en Espagne pour séjourner dans des familles d’accueil pendant deux mois. De cette façon, les enfants échappent à l’énorme chaleur du Sahara, et le séjour est également utilisé pour des examens médicaux, car beaucoup d’entre eux souffrent de malnutrition. En outre, les enfants améliorent leur espagnol, deuxième langue officielle dans les camps après l’arabe.

Les « vacances de la paix », comme l’initiative privée est appelée, ont été annulées pour la deuxième fois en raison de la pandémie de Corona. Mais ils montrent à quel point l’ancienne colonie est encore aujourd’hui présente pour les Espagnols. Chaque année, des convois d’aide partent également d’Espagne vers les camps de réfugiés, et sans le soutien de la scène culturelle espagnole, le festival annuel de cinéma dans les camps du Polisario ne serait guère possible :

« Le peuple sahraoui, notre peuple frère, est en guerre », déclare l’actrice espagnole Clara Lago dans une vidéo du Festival du film du Sahara. Javier Bardem, lauréat d’un Oscar, appelle le gouvernement espagnol à intervenir dans le conflit en faveur du Front Polisario, affirmant que l’Espagne a une responsabilité historique. Et l’acteur Alberto Ammann demande que l’Espagne ne devienne pas complice de tout ce qui a été fait aux « frères et sœurs du Sahara occidental » depuis que l’Espagne s’est retirée du Sahara occidental et a permis l’invasion marocaine.

« L’Espagne ne veut pas jouer un rôle dans le conflit »

« Un peuple a été abandonné, un peuple qui souffre aujourd’hui. Oui, c’est là que parle la mauvaise conscience collective en raison de la manière dont elle a été décolonisée », déclare le journaliste Ignacio Cembrero. Et bien que le chef du Polisario, Brahim Ghali, ait été traité dans un hôpital espagnol en avril pour une grave maladie coronaire, la sympathie largement répandue pour les Sahraouis n’a aucune influence sur la politique espagnole, explique-t-il :

« L’Espagne ne veut pas jouer un rôle dans le conflit. Elle se cache derrière les résolutions des Nations Unies. Dans les coulisses, l’Espagne aide le Maroc. En 2010, Wikileaks a publié que l’ambassadeur d’Espagne à Rabat, aujourd’hui ministre de l’agriculture Luis Planas, voulait donner au Maroc des conseils juridiques sur une solution d’autonomie pour le Sahara occidental. Mais Rabat veut que l’Espagne soutienne publiquement ses revendications territoriales. »

En effet, les Nations unies ont jusqu’à présent reconnu un droit à l’autodétermination pour les Sahraouis, mais aucune des revendications territoriales des parties au conflit. En 1992, le Maroc et le Polisario ont convenu d’un cessez-le-feu et d’un référendum sur l’avenir de la région. Mais le vote n’a jamais eu lieu. Au lieu de cela, de plus en plus de Marocains se sont installés au Sahara occidental, de sorte qu’aujourd’hui, selon les estimations des Nations unies, environ 600 000 personnes vivent dans la région.

Seuls 125 000 d’entre eux sont encore des Sahraouis, selon le Polisario – « une petite minorité dans leur propre pays », selon les termes de l’organisation. Le Polisario s’accroche néanmoins au droit à l’autodétermination, tandis que le Maroc ne parle que d’une solution d’autonomie à l’intérieur de son royaume. Cembrero est sceptique :

« Si une partie du Maroc obtenait une véritable autonomie, les autres régions exigeraient immédiatement la même chose, notamment le récif du nord. Toute la structure de l’État est très centralisée, une véritable autonomie mettrait cette structure en danger. Si le Polisario s’engageait dans des négociations sérieuses sur cette question, le Maroc aurait un réel problème. Parce qu’il ne peut accorder au Sahara occidental qu’une pseudo-autonomie ».

Le point de vue de Cembrero n’est pas apprécié au Maroc. L’Espagnol a longtemps été le correspondant du quotidien El País dans la capitale marocaine Rabat et est considéré comme l’un des journalistes espagnols les mieux informés sur les questions du Maghreb. Mais il n’est plus autorisé à entrer dans le pays. Au lieu de cela, des preuves du logiciel d’espionnage Pegasus ont été découvertes sur son téléphone. Le Maroc est soupçonné de l’avoir installé même sur le président français Emmanuel Macron. résume Cembrero :

« Le Maroc a commis plusieurs erreurs depuis cette déclaration de Donald Trump le 10 décembre. Ils ont surestimé les conséquences de cette décision sur l’attitude des Européens sur la question du Sahara occidental. Ils ont ensuite pensé qu’ils pourraient faire pression en ouvrant les frontières de Ceuta, sans penser qu’en agissant ainsi, ils provoqueraient des protestations dans toute l’Europe. Et l’erreur la plus grave a été d’utiliser ce logiciel d’espionnage, non seulement contre l’Algérie voisine, mais aussi toujours contre la France, principal allié du Maroc. »

La position du Maroc n’est pas claire

Le Maroc, en revanche, a réussi à marquer un point : le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a limogé sa ministre des affaires étrangères Arancha González Laya et a nommé José Manuel Albares, l’ancien ambassadeur à Paris, pour lui succéder. Il est difficile de donner un compte rendu de première main de la position marocaine dans ce conflit. Rabat a retiré ses ambassadeurs de Berlin et de Madrid.

Plusieurs demandes d’interviews par téléphone et par e-mail, ainsi que la proposition de répondre au moins par écrit à des questions sur les projets marocains au Sahara occidental et la situation des droits de l’homme dans cette région sont restées sans réponse. Mais il existe des évaluations et des analyses d’experts de groupes de réflexion étrangers. Haizam Amirah Fernández de l’Institut Elcano à Madrid déclare :

« Pour le Maroc, la domination du Sahara occidental est une question de souveraineté nationale. Depuis le milieu du siècle dernier, on parle du « grand Maghreb », du grand Maroc. Selon les idées de l’époque, non seulement le Sahara occidental lui appartient, mais aussi une partie de l’Algérie, de la Mauritanie et bien sûr les îles Canaries. C’est un projet nationaliste sur lequel Hassan II, le père de l’actuel roi Mohammed VI, a fondé la légitimité de la monarchie. »

Ces dernières années, le Maroc s’est également recommandé comme un rempart contre le terrorisme islamiste, qui se répand au sud-ouest du Sahara occidental. Le chef djihadiste Adnan al-Sahrawi vient des camps de réfugiés du Polisario dans le désert. Un cas isolé, selon Haizam Amirah-Fernández :

« Le Maroc essaie depuis longtemps de lier le Polisario au djihadisme, mais il n’y a pas d’autres cas à part celui d’al-Sahrawi, à ma connaissance. Le Polisario est vraiment loin de cela. Ce serait la fin pour eux. Nous avons déjà interrogé les États-Unis à ce sujet, et ils ne voient pas non plus de lien. Cette thèse fait partie de la guerre de propagande, du conflit. Il y a également eu des tentatives de lier l’Iran et le Hezbollah au Polisario. C’est du n’importe quoi. »

L’avenir est plus incertain que jamais. Actuellement, les Nations unies n’ont même plus d’envoyé spécial pour le Sahara occidental depuis que l’ancien président allemand Horst Köhler a démissionné de ce poste en 2019 pour des raisons de santé. Tous les plans de paix présentés jusqu’à présent ont échoué, dit Amirah-Fernández :

« Il fut un temps où le Sahara occidental était une question majeure. James Baker, en tant qu’envoyé spécial, a obtenu l’accord de Houston lorsque les deux parties ont accepté un référendum. C’était un poids lourd de la politique étrangère américaine, anciennement secrétaire d’État. Il a démissionné par frustration. John Bolton, le célèbre ancien conseiller à la sécurité de Donald Trump, était un associé de James Baker, le Maroc le considère aujourd’hui comme un ennemi du pays parce qu’il a prôné l’indépendance du Sahara occidental. »

Horst Köhler n’a pas non plus été en mesure de faire des progrès en tant qu’envoyé spécial. Et un arrêt de la Cour européenne de justice est attendu prochainement, ce qui risque de secouer encore plus le Maroc :

« Ces procédures concernent les accords de pêche, de commerce et d’agriculture entre le Maroc et l’Union européenne, qui incluent, par exemple, la pêche dans les eaux du Sahara occidental. La Cour européenne de justice avait déjà statué une fois que ces accords sont invalides parce que le Maroc n’a pas de pouvoirs souverains sur le territoire du Sahara Occidental. Il est probable que la Cour confirmera bientôt cet arrêt. Cela va accroître les tensions entre le Maroc et certains États de l’Union européenne. »

Violations des droits de l’homme par les forces de sécurité marocaines

En outre, le Conseil de sécurité de l’ONU doit prolonger le mandat de l’ONU pour le Sahara occidental après l’été, éventuellement nommer un nouvel envoyé spécial et adopter une nouvelle résolution. L’Espagne continue de faire profil bas ; le ministère des affaires étrangères affirme qu’il s’efforce de trouver une solution juste et durable que les deux parties peuvent accepter.

Mais qu’est-ce que la mission de l’ONU Minurso est censée faire d’autre au Sahara occidental ? Jusqu’à présent, sa tâche a consisté à organiser un référendum. Les organisations de défense des droits de l’homme souhaiteraient que la mission ait au moins pour mandat de surveiller la situation des droits de l’homme sur le terrain. Alfonso López, porte-parole d’Amnesty International, adresse de sévères reproches au Maroc :

« D’un côté, nous avons le cas de Sultana Khaya et de sa famille. Elle vit en résidence surveillée sans ordonnance du tribunal depuis six mois maintenant. Selon nos informations, le 12 mai, plusieurs agents de sécurité sont entrés chez elle, ont violé sa sœur et ont tenté de la violer également. »

L’activiste reste assigné à résidence, a-t-il précisé. Il ne s’agit pas d’un cas isolé, affirme le porte-parole d’Amnesty, et les violations des droits humains par les forces de sécurité marocaines sont en fait en augmentation :

« Nous avons connaissance d’au moins sept cas de torture contre des activistes et des défenseurs des droits de l’homme, de mauvais traitements, d’intrusion, d’assignation à résidence. Cette situation s’est intensifiée depuis novembre, lorsque des militants ont manifesté au poste frontière de Guerguerat avec la Mauritanie pour protester contre l’exploitation des ressources minérales du Sahara occidental, ce à quoi les militaires se sont opposés. »

Concernant la situation des droits humains dans les camps de réfugiés contrôlés par le Polisario, Amnesty International a déclaré :

« Là aussi, nous ne pouvons pas enquêter sur la situation sur le terrain. Il n’y a jamais eu de révision judiciaire des graves violations des droits de l’homme commises pendant la guerre avec le Maroc dans les années 1970 et 1980. Plus récemment, il y a eu des violations de la liberté d’expression. Des personnes ont été arrêtées pour avoir prétendument diffusé des informations sur la pandémie qui, selon les autorités locales, étaient fausses. Le problème ici aussi : Dans presque toutes les missions de maintien de la paix des Nations unies, les droits de l’homme font partie du mandat, mais pas dans cette mission. »

Human Rights Watch parle également d’arrestations de dissidents dans les camps. Selon un rapport de 2014 de l’organisation, le Polisario n’empêche cependant personne de se déplacer dans le territoire contrôlé par le Maroc. Mais même là, peu de jeunes Sahraouis voient des perspectives. Ebbaba Hameida a étudié le journalisme en Espagne, a obtenu deux masters et travaille aujourd’hui pour la radiotélévision publique espagnole. En regardant en arrière, elle a dit :

« L’Espagne m’a facilité la tâche. La société espagnole connaît la situation du Sahara Occidental. Quand je suis arrivé en Espagne, ils savaient exactement qui j’étais. Mais vivre dans les camps m’a aussi montré que je ne peux pas y étudier, que je n’ai pas d’avenir là-bas. On ne peut rien attendre de ce désert. Quand je suis revenu, je voulais surtout une chose : étudier, étudier, étudier. »

À ce jour, seuls 9 000 Sahraouis vivent en Europe, mais il est probable que de nombreux autres jeunes Sahraouis suivront ce chemin vers la diaspora.

Deutschlandfunk, 10/08/2021